Devenir : le challenge de Michelle Obama

Résumé

Editions Fayard. Parution : novembre 2018 Prix : 24.50€

4ème de couverture

« Il y a encore tant de choses que j’ignore au sujet de l’Amérique, de la vie, et de ce que l’avenir nous réserve. Mais je sais qui je suis. Mon père, Fraser, m’a appris à travailler dur, à rire souvent et à tenir parole. Ma mère, Marian, à penser par moi-même et à faire entendre ma voix. Tous les deux ensemble, dans notre petit appartement du quartier du South Side de Chicago, ils m’ont aidée à saisir ce qui faisait la valeur de notre histoire, de mon histoire, et plus largement de l’histoire de notre pays. Même quand elle est loin d’être belle et parfaite. Même quand la réalité se rappelle à vous plus que vous ne l’auriez souhaité. Votre histoire vous appartient, et elle vous appartiendra toujours. À vous de vous en emparer. »

Devenir. La leçon de vie de Michelle Obama

Derrière chaque grand homme, il y a une femme, dit le dicton. A n’en pas douter c’est le cas chez les Obama. De la petite fille vive et obstinée du quartier modeste du South Side de Chicago à la Première Dame des Etats-Unis, investie au service de la population dans de multiples causes, Michelle Obama retrace son parcours avec une simplicité désarmante.

Derrière l’étudiante bûcheuse, l’avocate douée, la travailleuse acharnée, la perfectionniste, la Première Dame confiante et lumineuse, se dévoilent la fille, la femme, l’épouse, la mère. On découvre les doutes, les blessures et les failles. Son perfectionnisme, sa peur de l’échec et cette obsession sans cesse de démontrer, de se prouver qu’elle est à la hauteur. Comme si le fait d’être afro-américaine et d’origine modeste donnait quelque chose de plus à prouver.
Elle se raconte avec humour, Michelle Obama, ne s’épargnant ni les moments sombres, ni les erreurs, ni l’introspection, ni le portrait de son fichu caractère. Mais elle évoque surtout ceux qui l’ont forgée, qui l’ont incitée à voir plus haut. Ses parents et son frère bien entendu, cœur vibrant de son histoire, mais aussi toutes ces rencontres qui ont émaillé sa vie. Tous ces gens qui ont su l’écouter, voir en elle et parfois lui ouvrir une porte. Et sans lesquels, elle ne serait pas devenue Michelle Obama.

Mais les mémoires de Michelle Obama c’est aussi la perception d’une réalité économique et sociale, tant au niveau d’une communauté que d’un pays. C’est la détresse d’une communauté noire américaine sur laquelle la misère et la violence font peser une suspicion perpétuelle. Comment ne pas se sentir directement concernée quand votre mari est le premier président noir américain et que vous êtes, vous-même, issue de ces quartiers ? Comment aider lorsque certains semblent penser que votre réussite efface votre couleur, vos origines ?
C’est également le contexte qui accompagne les deux mandats de son époux : la crise économique, les attentats, la traque de Ben Laden, les fusillades dans les écoles ou à Orlando, la lutte contre les armes, la légalisation du mariage homosexuel, la lutte pour la couverture sociale universelle.

Sans jamais chercher à justifier les décisions de son président de mari, Michelle Obama nous raconte cette présidence, vue par le prisme de l’intime, en dévoilant une toute autre facette. Pourtant jamais, elle n’efface la femme derrière le politique et si cette partie trace un double portrait, c’est de son point de vue toujours qu’elle évoque les choses. Elle raconte cette présidence vécue de l’intérieur avec le délicat apprentissage du rôle de Première Dame des Etats-Unis et de Première Dame noire qui plus est. Sans omettre les faux pas ou le portrait au vitriol que l’opposition dresse d’elle durant la campagne.

Elle lui ressemble la plume de Michelle Obama. Elle a son élégance et son énergie, son intelligence et  sa sincérité aussi. Elle a la simplicité de cette Première Dame qui jardine dans la boue avec les enfants des écoles, devant la Maison Blanche pour lutter contre l’obésité. La fougue de celle dont la voix s’opposa si vaillamment aux propos de Donald Trump.

Et la fraîcheur de celle aussi qui n’hésita pas à chanter avec James Corden pour porter la voix d’une autre de ses causes This is for my Girls, programme destiné à soutenir l’accès à l’éducation des filles dans le monde entier.

Devenir de Michelle Obama c’est le portrait d’une Amérique et celui d’une femme battante et investie. D’une femme qui, au fil des remises en questions, a forgé son chemin pour devenir enfin qui elle est, que ce soit la femme, la mère ou l’épouse. D’une femme a compris à quel point les mots  «  Vous avez votre place. Vous êtes importants. J’ai une grande estime pour vous. » (p.521) peuvent changer une vie et lui donner un sens. Et c’est là, le coeur de ses mémoires. Michelle Obama ne veut pas nous raconter sa vie, elle veut nous apprendre à nous emparer de la nôtre.

A lire

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

7 commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :