Pride (2014) : le film qui fait du bien !

Fiche technique

Sortie : 2014

Réalisateur : Matthieu Warchus

Scénariste : Stephen Beresford

Casting : Bill Nighy, Andrew Scott, Paddy Considine, Imelda Staunton, Dominic West, 

Synopsis.

Angleterre, 1984. Le gouvernement de Margaret Thatcher a décidé de fermer un grand nombre de puits de charbon jugés non rentables, dans des régions où la mine constitue souvent la seule perspective d’emploi. Le Syndicat National des Mineurs lance alors un appel à une grève illimitée, entamant ainsi un périlleux bras de fer avec le pouvoir. Pour forcer les mineurs à plier, Margaret Thatcher place alors les fonds des syndicats sous séquestre, privant ainsi les mineurs de moyens pour continuer la grève.

C’est alors qu’à Londres, un petit groupe de militants gays et lesbiens, qui se voient eux-aussi brimés et leurs droits déniés par le gouvernement, décide de se mobiliser pour apporter son soutien aux mineurs.
Leur proposition restant sans réponse auprès du Syndicat National des Mineurs, ils prennent alors l’initiative d’apporter directement le fruit de leur quête à un petit village de mineurs du pays de Galles, Onllwyn.
Une insolite rencontre entre deux mondes que tout oppose, qui n’ira pas sans heurts, ni bouleversements…

Pride, mon amour.

Pride c’est le film qui te redonne foi en l’humanité. Qui te réchauffe le coeur et te met la larme à l’oeil. D’autant que tout ceci est basé avec une certaine exactitude sur une histoire vraie, celle du mouvement Lesbians and Gays Support the Miners, porté par Mark Ashton.
Un mouvement qui naît au départ pendant la Gay Pride de 1984 de la simple initiative de quelques uns de récolter des fonds pour les mineurs, mais qui au final donnera lieu à une singulière aventure humaine et au mouvement LGBT tel que nous le connaissons.

[Pour un contexte historique plus fouillé et détaillé, je vous recommande cet article extrêmement intéressant qui explique tout, mieux que je ne saurais le faire]

L’histoire de Pride se place donc dans un contexte politique et social particulier avec deux fils de narration essentiels :

  1. La grève des mineurs de 1984-1985 sous le gouvernement Thatcher et les tensions sociales en Angleterre à cette époque.
  2. Le mouvement de revendication homosexuel avec en toile de fond l’apparition du  VIH.

Avec beaucoup d’humour et de tendresse, le réalisateur Matthew Warchus et le scénariste Stephen Beresford ont choisi de nous raconter ce moment d’histoire, sans pour autant l’enjoliver à outrance ou trahir la chronologie des événements.
Pendant deux ans, Stephen Beresford a donc mené des recherches pour donner corps et âme à Pride, et que le film soit représentatif de ce qui s’est passé et non une caricature de lui-même. Il fut pour cela assisté par Mike Jakson, co-fondateur du mouvement qui lui donna accès aux archives du mouvement Lesbians and Gays Support the Miners.
Ainsi la plupart des personnages du film sont bel et bien des protagonistes réels de cette folle histoire. Par commodité de narration, seul le personnage de Gethin Roberts (incarné par Andrew Scott), gérant de la librairie Gay’s the world  qui servit de base au mouvement Lesbians and Gays Support the Minersest en réalité la fusion deux personnalités du mouvement. Des membres survivants du mouvement seraient même venus participer comme figurants au tournage.
Dans ce récit, la réalité dépasse même parfois la fiction, car c’est ce qui vous semblera le plus extraordinaire, comme le final du film, qui est bel et bien authentique.

Pride c’est une histoire de solidarité et de tolérance, mais aussi de préjugés et de stigmatisation. C’est l’union insolite de deux mondes qui se retrouvent à combattre côte à côte pour ne plus être méprisés par les autorités. Pour défendre leur droit à exister. Une histoire pourtant souvent méconnue, que même certains membres de l’équipe ont découvert en lisant le scénario.

D’ailleurs, Pride c’est aussi un très très joli casting, de Bill Nighy à Joseph Gilgun. Des acteurs émouvants de naturel et de sincérité qui jouent du grave et du drôle, du triste et du gai. L’alchimie qui se produit à l’écran parait couler d’elle-même, comme une évidence. Rien d’étonnant vous me direz avec tant de merveilleux talents à l’écran. Rarement des acteurs ne m’auront autant donner envie de les aimer.
A travers l’énergie formidable qui se dégage du film, on ressent cette envie poignante de faire passer cette histoire au spectateur avec la plus grande authenticité possible. Comme une responsabilité, un devoir de mémoire…

Au final, cela donne des scènes, de la plus belle intimité, à vous coller le frisson. Pride c’est un film qui vous pousse à laisser tomber vos défenses pour succomber à l’émotion. Car bon sang c’est arrivé ! On peut retrancher telle scène, nuancer telle autre, oublier l’humour si vous le souhaitez, mais les faits restent les faits. Et le film les rend avec intensité.
Si une minorité opprimée et stigmatisée peut choisir de dépasser ses combats pour voler au secours d’une autre, quelle que soit l’issue, si un film peut nous donner envie d’en sourire,d’ en rire, d’en pleurer, ça ne vous donne pas envie d’espérer ?

C’est tellement difficile d’expliquer tout ce que ce film vous donne. C’est un moment d’humanité tout simplement. Et l’histoire d’une solidarité qui perdure…

Alors allez-y. Visionnez-le. Laissez cette histoire vous parler. Riez. Pleurez. Et soyez porteur de cette histoire à votre tour, pour démontrer que les préjugés ne sont que des préjugés et que, même dans les moments sombres (peut-être encore plus dans ceux-là) on peut surmonter ce qui nous sépare et trouver notre « fierté » en sortant le meilleur. C’est dans ces moments qu’on fait l’histoire… Et les plus beaux films pour la raconter.

Publié par

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

Un commentaire sur « Pride (2014) : le film qui fait du bien ! »

  1. J’étais allée voir ce film presque par hasard avec une amie, on s’était dit « tiens il y a Bill Nighy, ça doit être bien ! » Résultat, on est restées scotchées, on a ri, pleuré, aimé, c’était si fort, c’était si beau ❤

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.