Le délire culturel de la semaine

Disons que ça va être le moment culturel chiant ( pardon mais soyons honnête.)
Dans un excès d’enthousiasme je me prise à me relancer dans une étrange aventure littéraire.
Mettez ça sur le compte de l’été qui approche et de la chaleur.
Ou du fait que je n’avais plus rien à lire sur mon Kindle et que je pouvais avoir tous les volumes pour le prix d’un livre normal.
Ou l’approche de mon anniversaire (une forme de sénilité très précoce) qui a déclenché une certaine nostalgie. On a les souvenirs familiaux qu’on mérite.

Bref je me suis mise à relire Les Rois Maudits de Maurice Druon de l’Académie Française.
Avec tout ce que cela comporte d’italiques et de phrases interminables de plus de quatre lignes.

Et là les plus jeunes d’entre nous se disent : Mais de quoi elle parle ?
Tandis que les plus âgés se croient tombés dans un épisode de Docteur House :
– Oh mon Dieu Docteur ! Elle fébrile !
– Vite 0.5 gr de Lydocaïne en IV.
– Votre diagnostic Foreman ?
– Une maladie auto-immune ?
– Vous êtes une quiche Foreman ! Vous n’avez pas fouillé le domicile de la patiente. Regardez ce qu’il y avait sur sa table de chevet !
– Un exemplaire des Rois Maudits. Sûrement la cause de la crise.

Sic

Reprenons donc.
Les Rois Maudits c’est une saga en sept volumes. Oui sept. Il y a un homme, sans doute très seul, qui s’est éclaté sur l’Histoire de France autant que J.K Rowlings avec Harry Potter. Oui je suis d’accord, c’est triste. Et croyez moi, qu’arrivée au volume 7, on a l’impression d’avoir gravi l’Everest et on ne sait plus pourquoi on avait commencé.
Bref.
Donc saga parcourant de façon romancée, mais historiquement correcte, les règnes des Capétiens et des Valois depuis Philippe Bel et ce jusqu’à la guerre de Cent ans.
Et pourquoi je vous parle de ça ?
Parce-que mes petits chéris, la télévision c’est pour le meilleur…
Et souvent le pire.
Or Les Rois Maudits ça a quand même une vague filiation scénaristique avec Dallas. C’est pouvoir, débauche, argent et trahisons dans les arcanes du pouvoir royal. Non Game of Thrones n’a rien inventé. Les dynasties royales d’Europe avaient déjà tout fait avant. Et il faut avouer que Maurice Druon rend ça très bien.

Donc ce fut adapté pour le petit écran. Sic again.

Le moins que l’on puisse dire c’est que ça a un certain charme désuet. Et les coiffures feraient froid dans le dos à Cristina Cordula. Néanmoins, il est plus que probable que ce soit bien plus proche de la réalité historique que la vision que nous donnent de l’Histoire des séries comme les Tudors.

Henri VIII étant certainement plus proche de ceci, (et encore en omettant les tares diverses de l’époque genre problèmes dentaires et petite vérole).

Henri VIII par Hans Holbein le Jeune
Henri VIII par Hans Holbein le Jeune. source Wikipédia

Que de cela, avec toute l’affection que j’ai pour l’interprétation de Jonathan Rhys-Meyers. (Même si techniquement parlant, dans nos petites têtes de princesse, le prince ressemblait plus à ça.)

Les Tudors. Affiche. Source commeaucinema.com

Revenons en à notre saga française.

Le succès fut si bien au rendez-vous à l’époque qu’on renouvela le crime en 2005 avec un casting plus glamour (Brialy, Depardieu, Rich). Notamment Jeanne Moreau dans le rôle de Mahaut d’Artois, Philippe Torreton incarne le tumultueux Robert d’Artois et Tchéky Karyo, Philippe le Bel. C’était déjà plus vendeur.

Pour l’anecdote vous reconnaîtrez Julie Gayet dans le rôle d’Isabel de France, reine d’Angleterre (oui j’y vois une certaine ironie du sort, pas vous ?).
Mais trêve de billevesées (mot de 1972, date de ladite adaptation d’origine. J’assume.). Le fait est, qu’outre m’avoir été d’une certaine utilité pendant mes révisions de médiévale, les Rois Maudits furent en leur temps, les précurseurs des séries historiques à la télévision.

Des Tudors par exemple, justement.
Ou des Borgia.
Oui je sais, ça la fout mal.

Mais c’est un fait.
Remarquez, depuis on a fait pire et avec de meilleurs moyens. On a fait Reign.
Mais on en parlera une autre fois de ça…

A lire

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

7 commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :