Police.

Résumé.

9782246861447-001-x_0Editions Grasset. Parution: 24/08/16.

Prix: 17.50€

Trois gardiens de la paix. Deux hommes, une femme. Un vieux briscard qui cache son usure, un autre plus jeune joyeux vantard un peu frimeur, un peu charmeur, le comique de la brigade et une femme, jeune maman dont le travail a érodé la vie conjugale et qui remet en cause ses choix personnels.

Trois flics ordinaires en somme, tous un peu abîmés par le travail sous leur uniforme. Par tout ce qu’ils ont vu et que personne ne devrait voir. Un peu beaucoup même. Et une mission inhabituelle, peut-être celle de trop : reconduire un étranger à la frontière. Un homme dont le premier pas dans son pays sera sanctionné de mort. Cette seule information suffit à faire basculer la situation. Ils ont vingt-cinq kilomètres pour prendre une décision qui remet en cause toutes leurs convictions. Obéir ou désobéir ?

Mon avis.

Police est un huis-clos sobre et sous-tension. Un étrange coup du destin pour ces trois personnages. Un moment où toutes les misères de leur vie de flics, le ras-le-bol, les milles et un dégoût d’un quotidien éprouvant viennent soudain ronger, écailler l’impassibilité de l’uniforme. Sur cette mission inhabituelle, les consciences vacillent, les apparences s’effondrent. Quand le devoir vous fait bourreau, la morale le dispute à la conscience professionnelle. Y-a-t-il une limite dans le métier de policier ? Qui du flic ou de l’homme faut-il écouter face au drame qui se joue ? Au fil des minutes, la tension monte inexorablement et les questions se posent. Silencieux, presque invisible, l’objet de leur mission envahit tout l’habitacle de son existence en suspens, rendant l’atmosphère oppressante et le dilemme omniprésent. Les personnages chancellent sur leurs socles de convictions. Et si ?

Police nous interpelle, tant sur la réalité du métier de policier aujourd’hui que sur la façon dont tournent notre monde, notre société. Pourtant, le roman donne l’impression de ne pas aller jusqu’au bout de ses intentions. En dépit  de cela, On reste accroché malgré soi au destin de ces quatre personnages, brimbalés dans un fourgon de police.

Retrouvez ma chronique complète sur Les Petits Livres by Smallthings

Police

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s