Lost in translation

Lost in Translation : Affiche Bill Murray, Sofia Coppola
Copyright Pathé Distribution

Fiche technique

Sortie: 2004

Réal et scénario : Sofia Coppola

Casting:  Bill Murray, Scarlett Johansson

L’histoire en deux mots.

Poussé par le besoin financier, Bob Harris, acteur sur le déclin, se rend à contrecœur à Tokyo pour y tourner un spot publicitaire pour une marque de whisky prestigieuse.

Ne comprenant rien à la langue, ni la culture nippone, il se retrouve complètement déboussolé à la fois dans son travail et dans cette ville démesurée.

Cela ne fait que le ramener à ses doutes quant à sa carrière et son couple.

Dans le même hôtel, se trouve une jeune américaine, Charlotte.

Mariée depuis 2 ans, elle vient d’achever ses études de philosophie.Ne sachant que faire, elle a suivi son mari, photographe, venu pour affaires.

Mais l’homme qu’elle découvre alors dans ce contexte, la déconcerte, la laissant en proie aux interrogations par rapport à ses choix.

Leurs chemins vont se croiser, réunis par la solitude et leurs insomnies.

Pourquoi il faut le voir ?

Ce soir, j’ai revu Lost in Translation.

Enfin, disons plutôt: j’ai enfin réussi à le voir en entier.

Car, ce film et moi, c’est comme deux avions en partance. Jamais la même destination, jamais le même fuseau horaire. En somme, on s’est beaucoup croisé et je n’avais que des morceaux volés.

Frustration.

Ce soir, j’ai pu comprendre comment ce film avait réussi à me charmer juste avec son titre et quelques extraits.

Merci Arte.

On est happés presque instantanément par l’ambiance du film. A l’instar de nos deux protagonistes, on se sent perdus dans ce Tokyo qui bruisse, qui vibre, qui s’apaise et qui tourbillonne.

On reste en contemplation devant le contraste entre ces grandes villes et la majestueuse sérénité des paysages japonais.

Escales paisibles dans cet étrange voyage immobile.

Le fait que les dialogues en japonais soient peu ou pas traduits, ajoute à cette sensation de voyage.

On ressentirait presque le décalage horaire et son impression de malaise latente.

La petite migraine qui tapote. Les yeux un peu douloureux.

Le choix des plans et des lumières est magnifique, donnant parfois une sensation de vertige quand il s’agit de Tokyo.

L’ensemble renvoie une image contrastée des diverses facettes du Japon et de ses contradictions, qui subjugue et déroute.

C’est poétique et dépaysant.

Avec un petit quelque chose d’initiatique dans la lenteur parfois de certaines scènes.

En se laissant perdre dans cette autre culture, on est plus à même de comprendre le désarroi de nos héros et leur parcours, voir leurs angoisses, au sein de cet autre monde.

Bill Murray est désarmant et attendrissant tant il semble désemparé face à la situation et à sa propre vie. Il fait des merveilles de ce personnage désabusé et perdu.

Lui fait face une Scarlett Johansson éblouissante de fraîcheur, dans toute la finesse de son interprétation.

Entre recherche spirituelle et remise en question, la Charlotte qu’elle nous livre, est à la fois pleine de vie et si fragile qu’elle semble prête à partir à la dérive.

De ces deux chemins qui se croisent, sans pourtant se couper, on ne retient qu’une impression d’immense tendresse et d’instants volés.

Suspendus.

C’est une jolie partition pleine de douceur, d’amertume et de tendresse que nous offre ce duo.

Deux étrangers se rencontrent, se trouvent, perdus dans les doutes de leurs existences.

Perdus dans la traduction.

Lost in Translation : Photo Bill Murray, Scarlett Johansson, Sofia Coppola
Source allociné. Copyright : © Focus Features

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s