Freaky Friday n°7: Cinéma, cinéma, cinéma. Chi cha !

Oui j’ai un peu de mal à retranscrire les onomatopées de ce type.

Pour ceux qui ont deviné et qui ont l’orthographe exacte, merci de la laisser en commentaire.

Sur ce, bonjour à tous.

Pour ce Freaky Friday, j’ai choisi (temporairement) d’épargner vos oreilles et les miennes. 

Quoique.

C’était beau, esthétique, moderne. Mais ça donne un peu mal à la tête.

Pourtant c’est resté dans l’histoire de la télé.

Un petit quelque chose de chant grégorien, comme pour annoncer le Messie.

Et pour les plus vieux d’entre nous (les croulants de plus de 30 ans que nous sommes) ce jingle a  bel et bien salué la naissance du divin enfant, le 4 novembre 1984.

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… 

Quand ce doux air chantait dans ton poste, de télévision le soir, vers 20h45, cela sonnait l’heure du petit bonheur.

Après l’apéritif des émissions en clairs, délirantes et impertinentes, venait la séance de cinéma dans ton salon, avec pop-corn maison et tes chaussons.

Summun de la geekitude. Tu posais un regard empli de reconnaissance sur ton décodeur.

Surtout si tu avais attendu fébrilement ce film toute la semaine et que tu connaissais le programme des autres chaînes.
Ô ciel ! Nous sommes un samedi soir au mois d’août, ça sent les vachettes sur TF1!

Rien que la musique, tu avais l’impression qu’on t’emmenait gratuitement en voyage à Tahiti.

Sauf pour ceux qui n’avaient pas de décodeurs, pour qui ça donnait à peu près ça:

Vu l’atrocité du truc, je pense que faire un beau bras d’honneur eusse été plus aimable.

A cet instant, la frustration et le désespoir te poussaient à faire des trucs absurdes, type plisser les yeux, mettre la tête à l’envers ou loucher.

En plus, avec les années, pour t’appâter, les petits rigolos de Canal avaient développé une technique de fourbe ultime.

Type Maître Shifu dans Kung Fu Panda. 

Ils laissaient les dix premières minutes du film en clair. Et toi, comme une quiche tu avais l’espoir naïf que pour UNE fois, ils t’aient oublié…

Genre il y avait un mec avec des millions de boutons sur une console et au dessus du tien, il aurait fait: « Non. Pas ce soir! »

Petite touche d’originalité, dans les années 90, la pin-up marqué l’ouverture des pages de diffusion en clair d’une touche de glamour rétro.

Le temps passe et les jingles se modernisent, tout à la fois épurés et complexifiés.
A chaque programme, ses codes couleur. On est esthétique et punchy.

Les chants grégorien s’allégent, laissant la place d’autres sonorités, parfois… déconcertantes.

Oui les gens du marketing aiment les concepts qui te donnent l’impression d’avoir fumé des herbes de Provence illicites avant de regarder ta télévision.

On notera les petits chants d’oiseaux (et les grenouilles ?), sur le mode On est zen.On est bien sur Canal +. On t’aime . Regarde, nous nous réveillons ensemble. Je suis Canal. Tu es Canal. 

Pour la séance cinéma, on a eu droit selon les pays et les années à :

OU

Mais le fameux Chi chaa  vaguement sensuel et dont la signification m’échappe, reste.

Un élément, certes évident, de l’identité sonore, dirons-nous, de la chaîne.

Mais quid de sa signification ?

Pourquoi ce truc ?

Un côté glamour, sensuel, sensé s’apparenter au cinéma ?

J’ai tenté de chercher l’explication sur Google et je suis tombée sur un article sur les herbes médicinales. C’est peut-être une piste. Je vais creuser !

Aujourd’hui on est passé dans une ambiance plus classe, soft et vaguement jazzy qui reflète quelque part l’évolution de la chaîne.

C’est dommage. Je ne regarde plus Canal.

Quoiqu’il en soit, ce Chi Cha est resté comme un symbole dans la culture populaire, dans l’inconscient collectif. Ces génériques marquent une page de l’histoire de la télévision et le début d’une nouvelle ère pour toute une génération de cinéphiles, sériephiles et autres téléphiles de tous poils.

Il n’y a pas à dire: chez Canal +, au jeu du marketing ils étaient quand même forts !

1 commentaire

  1. C’est Chi Cha ou Cheetah? XD Ca serait plus dans l’ambiance cinéma quand même!
    Moi ça m’évoque une version un peu plus chic de « chut! », le genre qu’on s’échange dans une salle de cinéma quand le film commence et que certains continuent à parler.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s