La schizophrénie du parent 2.0

Être en parent en soi n’est déjà pas facile.

Être une mère est un défi du quotidien qui nous fait parfois finir comme ceci, quand on a réussi la journée parfaite.

Le slalom olympique où tu réussis à passer toutes les checkpoints nickel dans les temps.

Pas forcément dans un parking, je vous l’accorde.

Mais dans la salle de bain ou la cuisine quand le Minion est (enfin!) couché et à l’heure.

Vous savez ce petit moment, où vous écroulez dans le canapé en mode fromage à raclette avec un râle de bonheur.

D’ailleurs certains ont bien saisi la complexité de la chose et ont essayé de faire passer le message par le biais de cette vidéo:

D’accord il y a un fond commercial, pourtant ça résume bien le job.

Mais être une maman made-self-woman en construction, ça demande un niveau de schizophrénie de serial-killer.

Un truc que même James Bond avec son entraînement de contre-espion, il ne peut pas faire.

A l’heure de la sortie de l’école, au moment où les parents se réjouissent de retrouver leur progéniture avec un air béat.

Vous paniquez.

Adieu concentration zen, efficacité et silence avec une tasse de thé et un bâtonnet d’encens.

Adieu articles, chapitres, analyses et autres activités inspirantes et gratifiantes où ton intellect s’épanouit.

Adieu instant de plénitude où tu captures le sujet de ton article au vol avec inspiration.

Adieu fluidité de l’écriture, notes ordonnées, chronologie impeccable.

Vous rattrapez avec fébrilité vos idées, vos post-its, votre agenda, notez tout en vrac.

Peu importe où.

Et partez avec un crayon dans les cheveux.

De toutes façons dans 30min, ce sera Beyrouth.

Il faut sauvegarder les données avant la mise à jour minionesque.

Car, le tout ne sera pas de récupérer le paquet et lui coller un gâteau dans le bec en minaudant.

Votre enfant va vouloir vous parler.

Pour de vrai.

Vous raconter ce qui est important à ses yeux.

Et vous allez devoir l’écouter parce que c’est important.

Tout en sentant  le fil de vos pensées se noyer sous un discours parfois plus difficile à suivre qu’une partie de Tetris Level 10 ou un documentaire d’Arte sur la danse contemporaine à 2h du matin.

Si l’enfant de trois ans parle couramment le mec bourré, comme le soulignait avec poésie Gad Elmaleh, l’enfant de cinq n’est pas toujours plus facile à suivre.

Certes, il a acquis l’essentiel, à savoir vocabulaire + bases grammaticales (sujet, verbe, complément dans l’ordre ou presque).

Mais il a sa propre logique.

Et je vous promets qu’il ne faut pas essayer de tout comprendre sous peine de craquer.

Parfois on se surprend à lui lancer des regards en coin.

Maman, les araignées elles nous piquent parce qu’elles ne veulent pas que les parents nous apprennent trop de choses.

Et là, parfois je me dis que certains dialogues d’Astier lui viennent de son expérience de parent:

 » Je gueule; c’est vrai, j’suis un peu sec, tout ça, mais pour quelqu’un comme moi qui a facilement tendance à la dépression c’est très important ce que vous faites, parce que… Comment vous dire… C’est systématiquement débile mais c’est toujours inattendu. Et ça c’est très important pour la… la santé du… du cigare… »

Kaamelott, Livre III, Legenda, écrit par Alexandre Astier

Aussi devant le portail de l’école, vous tentez une dernière fois de classer vos pensées.

Préserver l’ordre et la logique du monde avant… avant le chaos.

Quelques minutes auparavant, vous avez effectué le sas de décompression.

Planifié la liste des tâches du lendemain.

Sauvegardé les fichiers.

D’un coup, ils ouvrent les vannes et vous plongez.

En apnée, direct.

Sans transition, vous passez de l’analyse de la perception du temps dans un roman à  » Ah les crocrorco, les crorcrocro, les crocodiles ! »

De la classification des données à Tu veux une compote pour le goûter ? Lave-toi les mains avant.

Vous scindez votre cerveau en deux et demi.

Un bout de cortex pour la gestion du minion.

Un bout de lobe frontal pour la gestion de la maison.

Trois neurones en rond qui continuent de mouliner sur les sujets à traiter le lendemain.

Vous ne vous changez pas les idées avec votre enfant.

Vous êtes en tâche de fond.

Et tout en assumant votre poste de directeur des opérations du quartier général, vous répondez à des requêtes existentielles:

Tu peux remettre la queue de mon brachiosaure ?

Ton quoi ?Pourquoi ? Il est bien aussi comme ça ? Non ? Raaah mais comment on remet ce fichu machin ?

Il en profite aussi pour vous mettre face aux grandes questions de la vie:

Maman, pourquoi on ne construit pas le toit d’une maison avant les murs ?

A ce moment, votre cerveau de geek ou le lambeau qu’il en reste, vous dit d’oublier toute idée d’avancer vos articles et qu’il serait judicieux de faire une pause en jouant aux Sims.

Activité parfaitement compatible avec le remontage intempestif de ces cochonneries de Playmobil.

Mais non, Maman ça ne se met pas comme ça ! 

Eh bien non !

Car, figurez-vous que les Sims, ça l’intéresse aussi.

Je peux regarder ton jeu ?

Là dans tous les cas, vous êtes fichue.

Si vous dites non, il va utiliser la technique de la guêpe qui a repéré votre verre de grenadine.

Si vous dites oui, en parent indigne, vous condamnez votre Sims à vivre une vie de mormon.

Là faut qu’il retourne apprendre des choses. Il ne travaille pas beaucoup ton monsieur.

Pire qu’un moine bénédictin en pénitence.

Métro, boulot, bosser, bosser, étudier, étudier, dodo.

Autant dire que ça ne vous change pas de votre vie personnelle et que ça donne franchement envie de se pendre.

Vous vous résignez donc à l’ultime extrémité : mettre un épisode de Peppa Pig / Lulu Vroumette pour tenter de finir votre article.

Que c’est naïf !

Car le Minion est dans son moment de partage. Aussi ne manquera-t-il pas de venir vous résumer chaque épisode.

Ce qui peut donner des phrases du type: Les habitants du village sont alors confrontés au retour de The Lord, le plus grand super vilain de toute l’histoire, alors que John fait réparer le bateau de Papy Pig.

De toutes façons, comme vous êtes en veille maternelle permanente, votre cerveau se trouve perpétuellement parasité par des alertes:

Mince, c’est l’heure du bain ! J’suis à la bourreuuu! 
Chéri, mouche-toi ! 
Zut, je lui fais quoi à manger ?
Mais mouche toi !
Si j’étends le linge avec les orteils, j’ai le temps de checker le frigo en même temps. 
Bon sang ! Va te moucher !

Ce qui ne manque pas de provoquer d’autres parasites de réponse:

Mais je ne trouve paaaas les mouchoirs ! 

Résumons nous: inutile de persévérer.

A partir de 16h, tout espoir d’avancer est fichu. Il ne vous reste plus qu’à vous transformer en super agent ninja pour réussir à sauver le reste de la soirée.

Votre mission si vous l’acceptez, même si vous ne l’acceptez pas, sera de coucher ce Minion en temps et en heure, douché, repu, dorloté, écouté, histoirisé. Sinon il explosera. 

Attention au 3ème top, ce message s’autodétruira.

MAaaaamannnnnnn !

12 commentaires

  1. Je ne suis pas parent mais je compatis et j’ai bien ri XD 10/10 pour le choix des GIFs de réaction (ah, Arthur…). J’avoue que les questions de minion tels que tu les racontes, on dirait un peu du Karadoc ou du Perceval…

    Aimé par 1 personne

  2. Au pire tu lui fais la devinette : quelle est la différence entre un pigeon ? Normalement il partira en réflexion assez longtemps pour faire deux trois choses tranquillement. Quand il viendra te demander la réponse, faudra feinter et dire non mon fils faut deviner tout seul, histoire que la feinte refonctionne ultérieurement :p

    Aimé par 1 personne

  3. (oh, j’avais pas lu!)
    Mais dans qques années, tout ça sera un souvenir (presque) agréable. Disons qu’il existe cette tranche d’âge où les « minions  » deviennent bcp plus autonomes; du coup, c’est cool de partager des trucs avec eux. Puis, ils vont au collège, ils deviennent ados et là…bah, non, pas de spoilers !
    (non, c’est cool d’une autre façon, en fait, tout dépend du « minion »)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s