Sherlockians, Sherlockeds,

Si vous ne regardez pas Sherlock, et que vous étiez sur Twitter hier soir, le tsunami de réactions qui s’est produit  aux environs de 21h30 GTM,  a du vous surprendre.

Que se passe-t-il ? Une catastrophe humanitaire ? Une nouvelle guerre mondiale ? Un attentat ?

Non. Rassurez-vous.

C’était juste BBC One qui révélait enfin le nouveau trailer du Sherlock Spécial de Noël, après un teasing de folie.

24h d’attente pour de nouvelles images qui ont mis les fans en émois.

Résultat : à 21h 01min 30sec exactement GTM, la Twittosphère explosait telle l’Etna un jour d’éruption.

Pour une meilleure compréhension, je vous schématise la réaction émotionnelle :

Trailer  => Bond sur le canapé =>Cri => Gloussements « You’re Sherlock Holmes. Wear that damn hat ! »=> Tweet, tweet tweet => Désespoir « Can’t wait until Christmas! ».

Soyez indulgents, pensez-donc qu’il s’agit du seul épisode depuis janvier 2014 et qu’il faudra tenir avec jusqu’à janvier 2017 au moins !

Abnégation et pugnacité ! Telles sont les qualités du fandom.

Le Sherlocked est fan comme les autres. Il souffre juste d’une forme de frustration chronique.

D’une période de crise variable entre 2 et 3 ans environ !

Sacrifice nécessaire à la qualité de la série mais dont l’intensité est subtilement entretenue par un duo de scénaristes sadiques.

Au visionnage de ce trailer, je crois pouvoir, sans me tromper, résumer l’impression générale par:

« Oh my God ! »

Il est possible que la mienne ait été moins châtiée :

« Holly Crap ! »

La seule, la grande, l’unique question qui subsiste, ce n’est pas quand aurons-nous d’autres épisodes ou la date précise de diffusion du spécial, non.

C’est : mais comment font-ils pour nous faire chavirer les tripes avec autant d’émotions contradictoires en une poignée de secondes ?

D’ailleurs, on a ressenti une certaine satisfaction de l’équipe sur Twitter face au travail accompli.

Étrange contradiction que le plaisir de partager d’une certaine façon ce moment symbolique avec eux et cet horrible sentiment de frustration !

I need mooooore !

Mais quel coeur de fan aurait pu rester insensible à l’appréhension de Douglas Mckinnon, réalisateur du délit, face à cet instant ?

A lire sa nervosité pour un trailer, on comprend notre excitation, non ?

Un p’tit article de presse pour vous prouver que tout ça n’est pas le fruit de mon enthousiasme ?

The Independant

Allez, plus que :

Au risque de casser un peu l’ambiance de cet article joyeux, je rappelle que la BBC reste en danger à cause des coupes budgétaires envisagées par le gouvernement britannique.

Sans BBC,

Pas de Doctor Who

Pas de Sherlock

Pas de Poldark

Pas de Peaky Blinders

Pas de Pride & Prejudice (ah si quand même hein !)

Pour n’en citer que quelques uns.

Si la BBC peut avoir ces exigences de qualité, c’est parce qu’elle en a les moyens. Pour le moment…

8 réponses à “Sherlockians, Sherlockeds,”

  1. J’allais faire un article aussi !
    J’étais juste comme ça quand j’ai visionné le trailer : aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, OMFG, can’t waiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit, respiration ventrale uffff uffff uffff !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :