Si tard, il était si tard.

Copyright Editions Métailié

On poursuit cette rentrée littéraire, décidément très riche, avec Si tard, il était si tard, de James Kelman. 

Copyright Editions Métailié
Copyright Editions Métailié

Résumé

Au terme d’un weekend de beuverie, Sammy se réveille un dimanche matin dans une rue de Glasgow, complètement désorienté. Ses chaussures lui ont été échangées, il n’a plus de portefeuille, ni d’ailleurs de souvenirs de ce qui a bien pu se passer les heures précédentes. Et la situation ne va pas s’arranger. Encore aviné, son comportement lui attire une altercation avec la police. Embarqué au poste, les choses dégénèrent et il se réveille aveugle. Sa vie bascule alors. En tentant de faire reconnaître son handicap nouveau, il se heurte à l’absurdité du système social et administratif. Mais ce n’est pas encore là le seul de ses soucis. De retour chez lui, sa petite amie a disparu et la police semble s’intéresser à lui pour différentes raisons.

Si tard, il était si tard est une admirable prouesse narrative. James Kelman parvient à nous immerger complètement dans l’esprit de Sammy, au cœur de ce dialogue continu qu’il entretient avec lui-même. Plongé dans le flot ininterrompu de ses pensées, on se retrouve aussi désorienté et désemparé que lui face à cette situation brumeuse et insolite.

Que s’est-il passé durant ce fameux weekend ? Où est passée Helen ? Pourquoi les policiers s’intéressent-il autant à lui ? Comment va-t-il parvenir à s’en sortir, seul et aveugle dans cet imbroglio ?

Vous pouvez également retrouver cette chronique en intégralité sur le site Smallthings mais également sur Babelio, puisque cette lecture est le résultat de ma participation à une opération Masse Critique spéciale Rentrée Littéraire.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour aller sur la fiche Babelio