Les mains du miracle

 

Résumé.

kessel_mains_miracle.indd

 

Editions Gallimard. Collection Folio.

Dernière parution :2013. Prix: 8.20€

Le destin fascinant et surréaliste de Félix Kersten, masseur thérapeutique, que son don conduisit à devenir un héros méconnu de la Seconde Guerre Mondiale. Amené par la force des choses à soigner Heinrich Himmler, chef inhumain de la Gestapo, Félix Kersten va peu à peu user de l’influence que lui procure le soulagement apporté à son patient pour lui arracher des victimes et sauver ainsi des milliers d’innocents.

Mon avis.

Ce récit que nous narre Joseph Kessel a ce quelque chose d’incroyable des histoires héroïques. Et pour cause, à l’issue de la guerre, Félix Kersten tomba dans l’oubli. Même parmi les hautes autorités, en dépit des preuves, on refusait de croire que ce médecin, cet homme débonnaire eusse pu avoir eu autant d’influence sur Himmler, pilier du régime nazi. Certains  alors l’accusent même d’avoir été un sympathisant nazi, d’être un imposteur. Y compris en Suède, pays avec lequel il œuvra pourtant pour la libération de prisonniers de camps de concentration et qui menace à cet instant de l’expulser.

En réalité, renier celui qui avait œuvré dans l’ombre contre le nazisme et pourtant si proche de ses dirigeants, c’était aussi oublier de fait ceux qui avaient véritablement collaboré avec ce régime. Étrange paradoxe pour se racheter une conscience qui faillit coûter cher à Kersten.

Pourtant, les faits sont là, incroyables et véridiques. Et Joseph Kessel nous les fait revivre avec puissance, les replaçant dans le contexte terrible de la guerre et de la toute puissance de l’Allemagne nazie.

Certes, l’histoire est quelque peu romancée pour garder une cohérence narrative et être plus compréhensible du lecteur. Mais nous plongeons sans détour au coeur d’un étrange épisode méconnu de la Seconde Guerre Mondiale.

Avec un style fluide, dynamique, Joseph Kessel s’aventure dans les rouages de l’histoire et nous explique avec talent le mystère de l’influence de ce masseur thérapeutique sur ce patient atypique et éminemment dangereux.

ob_a253e8_felix-kersten-by-twigcyl-d4lwgdm
Félix Kersten. Source: http://lekiosqueauxcanards.com/

La science que détient Kersten peut seule soulager l’effroyable souffrance du Reichsführer. L’intensité de ces douleurs qui le torturent est telle que le soulagement procuré par Kersten est comme une drogue.

Rapidement une dépendance va lier le chef de la Gestapo à son médecin. Celui-ci comprend alors très vite qu’il peut obtenir plus que sa propre sécurité du terrible Himmler en le délivrant de sa douleur. Dès lors, pour Kersten, les dés sont jetés. Traitement après traitement, il extorque patiemment une vie après l’autre.

L’impression de confiance et de bonhomie qui dégageait de cet homme aux mains miraculeuses a du certainement largement participer à l’ascendant qu’il a réussi à prendre sur Himmler. Il faut saluer le sang froid, la psychologie et le courage avec lequel le docteur, pourtant très éloigné des choses politiques, parvint à gérer chacune de ces négociations et la présence d’esprit avec laquelle il mena ses alliances pour sauver des vies.

Grâce aux témoignages, y compris de Kersten lui-même, aux documents, au journal de Kersten aussi probablement, Kessel parvient à nous restituer avec finesse la psychologie de ce médecin, bon vivant, optimiste, initié à la spiritualité tibétaine, qui va s’infliger la torture de pactiser avec le diable pour sauver des vies, au risque de la sienne et celle de sa famille. Ainsi, il fait revivre avec brio l’impensable, dévoilant même une part méconnue du chef nazi, nous laissant un document exceptionnel.

L’incrédulité première de l’écrivain face à ce destin incroyable et à  la figure de Kersten est probablement le ressort qui lui a permis de rendre ce récit historiquement juste et bouleversant. Convaincu de la sincérité du médecin et de la vérité des faits après sa première entrevue en Suède avec celui-ci, Joseph Kessel semble s’être imprégné de sa personnalité pour décrire au plus près la relation ambiguë et improbable qui s’instaura entre Kersten et Himmler.

« Malgré les preuves indiscutables que j’avais sous les yeux, il arrivait que je refusais d’accepter certains épisodes du récit? Cela ne pouvait pas être vrai. Cela n’était simplement pas possible. Mon doute ne choquait pas, ne surprenait pas Kersten. Il devait avoir l’habitude… Il sortait simplement, avec un demi-sourire, une lettre, un document, un témoignage, une photocopie. Et il fallait bien admettre cela, comme le reste. « 

Si j’avais entendu parler de cet ouvrage en termes élogieux sur différents blogs de confiance, c’est un documentaire sur Félix Kersten diffusé sur RMC découverte qui acheva de me convaincre de me plonger dedans. Mon affection pour le style  de Kessel ne faisant qu’ajouter à ma motivation.

http://dai.ly/x1sr56h

Il est singulier de voir quelle influence la douleur et son soulagement peuvent avoir sur le pire des hommes et comment la bonté naturelle d’un homme simple peut l’amener à devenir un héros.

Félix Kersten aurait pu se préoccuper de sa seule sécurité et de celle de sa famille. Mais réalisant l’incroyable pouvoir qu’il détenait, c’est l’inverse que sa conscience l’a poussé à faire, l’entraînant dans un jeu dangereux et à faire face à l’horreur elle-même.

contributor_1382_195x320
Joseph Kessel. Source Folio.

Il est plus singulier encore d’imaginer que Félix Kersten fut oublié et que son rôle fut nié à la fin de la guerre en dépit de nombreux témoignages. Que jamais il n’eut le titre de Juste parmi les Justes, ni le Prix Nobel pour lequel il fut tant de fois proposé. Et qu’il mourut avant de recevoir la Légion d’honneur française.

 En écrivant cet ouvrage, Joseph Kessel a ainsi accompli un important, un indispensable devoir de mémoire. On aurait pu écrire beaucoup de choses à propos d’un homme comme Félix Kersten. Kessel lui, a su raconter l’Histoire, son histoire avec humanité.

A lire Non classé

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

5 commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :