Star Wars 7

Copyright The Walt Disney Company France

Oui je suis en retard de trois wagons mais j’ai enfin réussi à voir LE film qui a mis en émoi tous les fans de la saga au mois de décembre, réunis devant les cinémas, tels les rois mages devant la crèche.

J’ai vu les différentes bandes-annonces, parodies incluses et lu vos articles élogieux, dithyrambiques ou déçus. Puis, fin prête, j’ai donc sauté dans l’aventure. Enfin sauté… à pas prudents…

Que les choses soient claires entre nous.

Je ne suis pas la plus grande aficionado de Star Wars que l’univers ait jamais porté. J’ai vu tous les films, j’apprécie l’originalité de l’univers et la petite révolution que cela a apporté au cinéma à son époque, tant au point de vue du style que des effets spéciaux. Star Wars fait partie des sagas cultes du cinéma et cela personne n’oserait le contester.

Cependant, ami lecteur, si tu es un inconditionnel et que tu as adoré ce dernier opus. Passe ton chemin car je crains d’avoir été un très mauvais public.

Fiche technique.

052074.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Copyright The Walt Disney Company France

 

Sortie: décembre 2015

Réal.: J.J Abrams (sic !)

Casting :  Daisy Ridley, John Boyega, Adam Driver, Harrison Ford, Carrie Fisher, Mark Hamill.

 

Synopsis.

Dans une galaxie très très lointaine, trente ans après la destruction de la seconde Etoile de la mort, un homme portant un masque au design de sèche cheveux ulta-moderne, tente de faire basculer l’univers du côté obscur et de faire renaître l’Empire Galactique, devenu le Premier Ordre, de ses cendres.

Mais il fait face à la Résistance, menée par la Princesse Leia, devenue la Générale Organa. Dans les deux camps, on est à la recherche de Luke Skywalker,  dernier jedi en vie, disparu trente ans auparavant et auquel la victoire semble suspendue. Un fragment de carte, caché un petit droïde sphérique du nom de BB-8, doit permettre de retrouver le héros perdu.

Pour livrer cette précieuse information à la Résistance, de jeunes héros vont se mettre en travers du chemin du Premier Ordre et certains y trouveront la Force.

La chronique qui pique.

J’attendais énormément de ce nouvel épisode. Peut-être trop en fait. En effet, je comptais sur lui pour basculer définitivement dans l’univers Star Wars.  L’action reprend trente ans après avec de nouveaux héros, d’autres plus iconiques, un nouveau méchant, des secrets de famille.

Donc j’ai pensé que c’était l’occasion idéale d’embarquer un bon coup et qu’il allait y avoir du nouveau, du suspens, des surprises… Et me voilà-t-y pas à me retrouver avec un scénario presque calqué sur les premiers opus.  J’ai eu vaguement l’impression que la réunion de production s’était passée comme ça:

– Bon alors les gars, il faut bien rester sur les rails. Donc il nous faut un bon méchant qui ait une relation compliquée avec son père ou ses parents, attiré par le côté obscur alors qu’il vient des gentils au départ. Une bonne opposition gentils/méchants.

– Est-que les armées du méchant, on peut les styliser « nazi » ?

– Parfait  ça John ! Ca aidera le spectateur à se situer. Et puis il nous faut un arme qui claque!

– Une Etoile de la mort ? 

– Ah ça va faire gros là quand même !  Non mais un truc qui utilise un soleil. Que ça en jette.  Oui J.J une question ?

– Je peux mettre des reflets ?

– Ecoute, J.J, on t’a pris parce qu’on a bien aimé ton travail sur Star Trek, mais c’est Star Wars  ici! On ne fait pas n’importe quoi. Alors les reflets t’as droit à une trentaine, pas plus. Il y a déjà des spectateurs qui se paient notre fiole.

– Il ne faudrait pas quelqu’un qui trouve la Force pour mettre du piquant ? Mode jeune initié.

– Tout à fait Bobby ! Et là je pensais à une femme. C’est tendance. Cela fera plaisir aux féministes. On ramène des vieux de la vieille et je pense qu’on tient un bon truc, les gars !

Alors oui, je sais. Certains éléments font pour ainsi dire des codes de l’univers Star Wars. Ça définit un peu l’identité de la saga. Cependant, même si j’adore la philosophie Jedi qui roxe de la licorne et du sabre, j’espérais une petite évolution, parce-que là, ça me donne envie de chanter ça, pour le côté très manichéen de l’histoire:

Je vais passer sur les coïncidences trop flagrantes du type:

  • Rey habite sur une Jakku, planète qui ressemble quand même drôlement à Tatooine. A croire que la Force doit se trouver sur les planètes désertiques, habitées par des mecs chelous, ferrailleurs en tous genre.
  • Lorsque Poe et Finn s’écrasent, ils s’écrasent évidemment là, pile poil et pas trop loin de chez Rey, c’est plus pratique. Bon allez on va dire que c’est la Force qui les attirés.

En parlant de Rey justement, bon c’est un personnage féminin fort, charismatique et un peu mystérieux parfait, mais c’est moi ou elle ne sert pas à grand chose jusqu’à la fin. C’est ce pauvre Finn qui en prend plein les dents.

D’accord, d’accord, « pas à grand-chose » c’est un peu fort, je le reconnais. Disons simplement que je trouve que Finn fait plus avancer le schmilblick.

Pour éviter d’en irriter certains, je ne vais pas m’appesantir sur la manie obsessionnelle des méchants à construire des armes qui nécessitent de boulotter un soleil, qui prennent des plombes à bâtir et pourraient les anéantir en passant… Ni sur le problème récurrent de  la relation avec le père. Est-ce dû à une crise d’adolescence tardive ? Un oedipe mal résolu ? Mystère mais enfin ça les poursuit dans la famille. Il faudrait se poser des questions. Il faut penser à la thérapie de groupe, moi je dis. Et puis alors autant Vador, le look face-de-Babyliss je pardonnais parce que c’était Vador quoi. Et puis raison médicale. Autant là le jeune, faut lui envoyer Cristina Cordula.

En parlant de look, depuis tout ce temps, la Résistance, ils n’ont pas eu le temps de s’acheter du matos ? Leurs pilotes ont toujours les mêmes zincs, les mêmes tenues, les mêmes casques. Ou alors, ils font dans le vintage…Auquel j’ai loupé quelque chose et les membres de la Résistance sont des hipsters.

En revanche, j’ai vivement apprécié de retrouver Han Solo et Leia fidèles à eux-mêmes mais avec une relation qui avait évolué. Il y avait là une cohérence dans l’histoire des personnages, une continuité aussi. C’était bien vu, bien qu’un peu court à mon sens. J’aurais aimé en savoir plus sur leur passif des trente ans écoulés.  Peut-être dans la suite ?

539170.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
© 2015 Lucasfilm Ltd. & TM.

Mention spéciale pour Mark Hamill qui se bonifie en vieillissant. Il apparaît une minute à la fin mais quelle minute ! Le moment ultra classe du film qui laisse augurer du bon pour la suite et qui donne envie de continuer.

fotonoticia_20160210184923_1280
Source http://www.europapress.es. ©Lucasfilm 2015

Mon côté fourbe m’a quand même fait échafauder une théorie, très très personnelle, selon laquelle Luke Skywalker se serait retiré, loin du monde, pour fabriquer de la bière au large de l’Irlande ou pêcher le saumon sauvage près de l’Ecosse (la situation géographique n’étant pas très précise). Une façon comme une autre de préserver son intégrité et son équilibre de Jedi.

Ah on me souffle dans l’oreille depuis Sainte Kilda que l’île serait celle-ci.

Si je devais résumer, je dirais que j’ai trouvé ce volet un peu plat. Très conforme à l’esprit de la saga, certes, mais sans surprises. L’intrigue est assez convenue et en dépit des petits nouveaux, je n’ai pas eu de grands moments de suspens. Les petits clins d’oeil aux épisodes précédents rendent l’ensemble sympathique et familier. On est content de retrouver ses repères et des visages familiers, mais pour un volet censé relancer une trilogie, j’en attendais plus. Beaucoup plus…