Born to be a mum.

Pour ce jour de la Fête des Mères, je vous ai réservé deux lectures thématiques, un peu spéciales. Deux lectures qui comptent d’un point de vue personnel car elles m’ont aidée à devenir une maman à ma façon .Et surtout à lâcher prise.

Je sais qu’il y a des mamans parmi vous et qu’elles souriront en voyant ces couvertures. Mais pour les autres laissez-moi m’expliquer un peu .

Voyez-vous le jour où votre enfant naît, aux yeux du monde, vous devenez maman. Et c’est comme si, par une transformation magique, vous étiez sensée devenir une entité opérationnelle multitâches dans laquelle la science de la maternité héritée de générations de mères serait infuse.

En réalité, c’est faux. Vous ne savez rien ou presque. Certes, si selon moi le fameux instinct maternel est une légende, vous allez trouver certains gestes de manière innée, pour les avoir vu faire par des mères, des tantes, des soeurs, des amies, des inconnues autour de vous ou même à la télévision. Votre cerveau n’est pas idiot, il les a enregistré.

Vous allez vous souvenir, sans savoir comment, que l’eau du bain d’un nourrisson doit être à 37° car il ne régule pas la température de son corps. Vous allez machinalement prendre la position juste pour soutenir sa tête.

Mais soyons franches, pour tout le reste, vous allez galérer, au moins un peu. Vous allez peiner à remettre dans ses douze couches et sa combinaison d’hiver un nourrisson peu coopératif sous le regard impatienté d’un pédiatre que vous retardez dans ses rendez-vous.

Vous allez subir le sourire amusé de votre généraliste qui vous dira que non 38.5° n’est pas considéré comme de la fièvre chez un nourrisson, alors que vous n’en avez pas dormi de la nuit.

Vous allez culpabiliser de ne pas comprendre ce qu’a votre bébé alors vous êtes SENSÉE reconnaître ses cris.

Tout le monde y mettra son grain de sel et y ira de son petit conseil, jusqu’à ce que la tête farcie, vous ayez l’impression d’être une mère complètement nulle.

Rassurez-vous. Vous vous en sortirez normalement beaucoup mieux au deuxième et de mieux en mieux avec le premier car vous allez apprendre.

Vous allez apprendre à suivre votre instinct et à ne plus écouter tout le monde car, après tout c’est votre bébé.

Vous allez apprendre à ignorer les regards désapprobateurs.

Vous allez apprendre que le Laurence Pernoud (*) est votre Graal référent contre les conseils des uns et des autres.

Vous allez apprendre que vous allez merder, un jour où l’autre forcément et que l’essentiel est d’éviter de paniquer.

Vous allez apprendre qu’en faire trop n’est bon ni pour vos nerfs, ni pour votre bébé.

Vous allez apprendre que vous avez le droit d’être fatiguée et de demander de l’aide.

Vous allez apprendre que l’allaitement est un choix, pas une contrainte. Et que mieux vaut un biberon réussi qu’un allaitement forcé qui se passe mal.

Vous allez apprendre que la purée et les compotes, si inoffensives, peuvent devenir des armes de destruction massive.

Vous allez apprendre à subir les regards d’incompréhension ou exaspérés parfois d’amis sans enfants.

Vous allez apprendre que vous avez le droit de ne pas aimer passer tout votre temps à faire des ateliers ludiques et pédagogiques avec votre Minion et que la surdose de gommettes ou de puzzles ne le rendra plus intelligent.

On vous regardera de travers : Vous allez apprendre à vous en foutre. Royalement. Sans un frémissement d’épaule.

Vous allez apprendre à vous adapter à votre enfant, à ses centres d’intérêts et non pas à ce qu’on estime qu’il DOIT savoir faire.

Vous allez apprendre que vous avez le droit de rester une personne à part entière en dehors de votre rôle de maman et que prendre du temps pour soi est salutaire pour votre disponibilité d’esprit vis-à-vis de votre enfant.

Vous allez apprendre que vous avez le droit d’être débordée.

Vous apprendre que la modératrice de SOS médecins est votre meilleure amie les week-ends et jours fériés.

Vous allez apprendre à devenir un maître jedi de l’organisation et vous rendre compter que malgré cela tout peut rater. Comme attraper grâce à son Minion, une conjonctivite suintante qui vous interdit lunettes ou lentilles, le jour du goûter d’anniversaire du dit Minion, par exemple…

Vous allez apprendre à tirer parti de vos erreurs.

Vous allez apprendre à vous adapter, à improviser en tous types de situations.

Vous allez apprendre à troquer votre sac à main contre celui de Marry Poppins.

Vous allez apprendre que les Sims vous ont menti et qu’on ne se sorts pas des couches et des biberons si facilement que cela. Les traîtres !!

Vous aller apprendre à développer votre imagination en inventant toutes sortes d’explications sur le Père Noël, la Petite Souris, les farfadets, les fées, les sorcières.

anim_kaamelott_cest-sans-alcool

Vous allez apprendre qu’à la question « Pourquoi ? » la réponse « Parce -que c’est comme ça » est rarement la bonne.

Vous allez chercher un mode d’emploi, vous allez apprendre qu’il n’y en a pas.

Vous allez apprendre que la patience est votre plus gros atout et pas seulement envers votre Minion : Chériiiiiiie il a fait caca ! Tu peux venir m’aider à changer la couche?

large
Source:http://weheartit.com/

Vous allez apprendre que la maternité n’est pas forcément que le merveilleux rêve épanouissant qu’on vous vend, mais que c’est aussi sportif.

Vous allez apprendre à lâcher prise. A admettre que vous ne serez jamais une mère parfaite. Mais qu’être vous et vivre votre rôle de mère à votre façon, c’est encore ce qu’il a de mieux pour votre enfant.

Quand on devient mère, le monde entier se met à vous juger. Sur votre façon d’élever votre enfant, de lui parler, de le gronder. Sur sa façon de se comporter. Des inconnus mêmes se permettront des réflexions, au restaurant, au supermarché, dans les parcs. Tout cela parce-que la société nous renvoie une image de la maternité biaisée et erronée datée des années 50 où il était encore normal que la femme ne soit qu’une mère et une épouse.

Aujourd’hui, il faut être une épouse, une maîtresse de maison accomplie, une femme active épanouie et une mère parfaite totalement dévolue à son bambin. Le tout avec une silhouette parfaite, le teinte parfait et l’oeil brillant,  if you please.

Eh bien ces deux ouvrages vont vous expliquer que non, vous n’avez pas à accepter tout cela et que cela ne fera pas du tout de vous une mauvaise mère pour autant. Bien au contraire.

Je n’ai pas prétention à être un modèle de maternité ou d’éducation. Les trois premiers mois de la vie de mon Minion m’ont mise dans un état de panique quasi-permanente. J’avais peur de ne pas assurer. Le fait de ne pas toujours comprendre ce que voulait mon fils m’angoissait terriblement. Je me sentais nulle. Comme je me suis sentie nulle plus tard, de ne pas avoir autant de patience que certaines de mes amies pour faire des gommettes ou autres.

Aujourd’hui, quand je regarde mon fils, je me dis que j’étais stupide. Ne pas faire les choses comme les autres ou galérer un peu ne m’a pas empêchée de passer du temps avec mon fils et de l’aider à devenir un petit garçon (trop) intelligent. J’ai fait les choses à ma façon et ça se passe très bien comme ça, même si il y a des hauts et des bas.

J’ai fait des erreurs parfois, j’en ferais d’autres. J’ai assuré aussi. Alors désormais ma devise c’est:

keep-calm-and-be-une-maman-qui-dechire-2

Bonne fête des mères à toutes.

A celles qui le sont déjà.

A celles qui le deviendront.

Personne n’a toutes les qualifications pour être maman. C’est le plus dur et paradoxalement le plus fun des jobs qui soit. Souvenez-vous en le jour où vous croiserez une maman au bord de la crise de nerfs  (ou de larmes), ne lancez pas la pierre à ceux qui disent ne pas vouloir d’enfants ou ne pas être prêts, et en attendant faites un bisou à votre maman. Un bisou pour toutes les engueulades, les larmes, les sacrifices, les sourires, les encouragements, les surprises, les petites attentions. Pour tout ce qui fait que c’est une maman et que c’est la vôtre.

(*) Laurence Pernoud, « J’élève mon enfant.« 

Geek Inside : tribulations, réflexions & complications

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

11 commentaires Laisser un commentaire

  1. Le 1er truc qui m’a fait rire c’est le livre « Comment ne pas être une mère parfaite » de Libby Purves pour la simple raison qu’il a été mon livre de chevet durant ma grossesse (et non Laurence Pernoud). J’ai suivi avec « Comment ne pas élever des enfants parfaits ».
    Donc, non, je ne suis pas une « maman qui déchire » parce que je déteste l’expression (c ‘est personnel) mais j’assume mes erreurs et je suis pleinement satisfaite de ce que j’ai pu faire de positif (et de ce que je ferais encore). Je n’étais pas spécialement née pour être maman; ça m’est venu un peu tard mais quelle joie….!
    alors bonne fête à toutes!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :