Le dompteur de lions

Résumé.

41JuMOlXiSL._SX195_Editions Acte Sud. Parution: mai 2016. Prix: 25€

Nous voilà de retour dans la bourgade de Fjällbacka où Erica Falck et Patrik Hedström sont désormais les parents de deux jumeaux infernaux en plus de leur petite Maja. Tout parait paisible ou presque dans la torpeur hivernale jusqu’au jour où Victoria, une fillette recherchée depuis quatre mois, refait surface près des lieux de sa disparition. Elle a les orbites vides, la langue coupée et les tympans percés.

Mais ce n’est pas le seul fait qui va glacer d’effroi la police de Fjällbacka: d’autres fillettes ayant le même profil ont disparu les mois précédents. Les policiers auraient-ils affaire à un psychopathe ou un tueur en série ? Quel esprit malsain serait assez pervers pour infliger un tel supplice à une enfant ? Et surtout dans quel but ?

Fascinée par l’affaire, Ericka ne peut s’empêcher d’interférer dans le travail de Patrick, comme à son habitude. Mais son aide parviendra-t-elle à mettre les enquêteurs sur la bonne voie ?

Mon avis.

Initiée à la plume de Camilla Läckberg par les bons soins du Petit Pingouin Vert, j’ai eu le plaisir de retrouver son style dans ce 9ème opus de la série mettant en scène Ericka et Patrick.

Si l’on peut estimer qu’il existe des éléments convenus dans le récit – par exemple, le fait que l’on sait dès le départ que ce sera Ericka qui apportera le dénouement de l’intrigue-une fois ce postulat admis et accepté, on plonge à corps perdu dans l’histoire et on n’en sortira qu’une fois la dernière page tournée.

Il faut reconnaître qu’en la matière, Camilla Läckberg connaît son affaire. De fausses pistes en faux-semblants, elle brouille les pistes et sème la confusion, tout en essaimant les indices. Jouant d’une main de maître un jeu de pistes dont nous sommes les dupes, elle nous mène par le bout du nez  d’un bout à l’autre de l’intrigue.

D’une affaire à l’autre, du passé au présent, on s’interroge et on se fourvoie. Qui joue double-jeu et qui est qui dans cette histoire ? Les figures se troublent au fil du récit et les protagonistes ne révéleront leur vrai visage qu’au dénouement.

En attendant, on se glace d’horreur, les deux pieds dans la neige, ne sachant plus si on tremble de peur ou de froid et les pages se tournent sans qu’on en ait conscience.

Un très bon opus donc, même excellent sur certains points, totalement dans la veine des précédents de cette série et qui ne fait que  confirmer le talent de son auteur.

Quel meilleur sujet d’article pouvais-je trouver en ce jour d’anniversaire du blog, je vous le demande ?

Mais ceci est une autre histoire et on en reparle le 15 juin… Oui, moi aussi je peux être une reine du suspens quand je veux…

A lire

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

16 commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :