Chemins de liberté.

Résumé.

1986365-gfEditions Rouergue. Parution mai 2016. Prix: 19.80€

Vétéran de la Première Guerre Mondiale, Louis-Joseph est une gueule cassée mais aussi un instituteur qui croit en la possibilité d’un monde meilleur et d’une société plus juste. Mais le voile de la Seconde Guerre va tomber sur ses espoirs. Il voit sa famille prise peu à peu par la tourmente de la guerre. Ses fils mobilisés et rapidement prisonniers dans la débâcle française qui prennent rapidement le chemin de la Résistance. Tout comme sa fille Rosine, fraîchement agrégée de Lettres Modernes. Un miracle pour une femme à l’époque. Les haines qui surgissent, qui se tissent comme un piège dans son petit village. Les amis que l’on cache, les étrangers que l’on sauve et peu à peu, comme une évidence, ce mot qui monte aux lèvres : refuser. Refuser la barbarie, la soumission, l’injustice, la honte. Refuser et résister malgré le dégoût de la guerre.

Mon avis.

Chemins de liberté est un récit intelligent. Simple, fluide, clair et intelligent. Principalement parce qu’il aborde les choses du point de vue de Louis-Joseph. L’instituteur, l’homme instruit et l’homme meurtri. Celui qui a connu la guerre et qui en porte dans sa chair les outrages. Celui qui voit tous les jours son frère Clément, dont l’esprit n’a pas su revenir des tranchées et de tant d’horreur. Louis qui passe ce Noël de 1939, sans ses deux fils mobilisés au Front. Louis qui a juré de ne plus toucher une arme. Autour de lui, différentes voix se mêlent, nous racontant l’état d’esprit de la population française face à l’Occupation, à la guerre, aux Juifs.

Ceux qui trouvent leur compte dans cette guerre. Ceux qui la craignent. Ceux qui la fuient. Et ceux qui tracent des chemins de liberté. Ceux-là pour qui résister et aider est venu comme un geste du quotidien. Comme une évidence. Des héros ordinaires qui, par chaque petit geste, contribueront à sauver des vies, à libérer leur pays.

C’est de ceux-là que nous parle Serge Revel avec une simplicité émouvante. A travers l’histoire de cette famille, il rend hommage à ces femmes et ces hommes de l’ombre devenus des héros malgré eux, sans le savoir et qui parfois en ont durement payé le prix.

Chemins de liberté est un très joli roman, édifiant, empli de justesse dans ce qu’il raconte. A lire et à conseiller sans modération. Pour ma part, il a ravivé dans ma mémoire une chanson de Bachelet, entendu dans l’enfance et le souvenir d’un grand-père…

Je remercie les Petits Livres pour cette découverte et je vous engage à aller voir ma chronique complète :

Chemins de liberté.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s