Non. Je ne me tairais pas.

Non, une fois de plus, je ne me tairais pas.

Parce -que je veux continuer de parler pour ceux qui ne le feront plus.

Parce-que je refuse d’avoir peur.

Parce-que parler, écrire, partager, être unis est le meilleur rempart pour empêcher les cons de gagner. Et c’est un combat où chaque voix compte.

Parce-que rester immobile, rester silencieuse, arrêter le quotidien ce serait les laisser marquer un point.

Alors oui aujourd’hui, je vais publier un article.

Je dirais des bêtises pour vous faire sourire, même si vous ne verrez pas mes larmes derrière l’écran.

Je vous parlerais d’autre chose pour vous dire de rester debout et vous ne sentirez pas mes mains se glacer sur le clavier.

Je vous enverrais de l’amour entre les lignes pour vous garder unis et tolérants et vous n’entendrez pas ma peine et ma colère.

Je vais sourire à mon fils, le serrer contre moi et lui demander de me raconter sa journée pour ne pas lui dire qu’un homme est encore venu tuer d’autres hommes pour on ne sait quelle raison.

Et je continuerais à lui apprendre que :

« Tous les hommes naissent libres et égaux en droits. […] Que ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. Et que la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme.« 

Art 1, 2 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Je comprends et je respecte ceux qui seront trop choqués pour trouver les mots ou la force. Je sais ce que vous ressentez.

Mais non, comme pour Paris, Bruxelles, Orlando et bien d’autres, je me tairais pas.

Parce qu’écrire me fait rester debout. Parce-qu’écrire c’est ma façon de résister. De répondre aux cris de haine sur les réseaux sociaux.

Si vous voulez savoir ce que je pense de tout ça, lisez, relisez ici ou

Debout. Toujours. Et plus que jamais:

#JeSuisCharlie 

#JeSuisleBardo

#JeSuisLaTunisie

#JeSuisParis

#JeSuislaTurquie

#JeSuisBruxelles

#JeSuisOrlando

#JeSuisBadgad

#JeSuisNice

#JeSuisLeMonde

Et je continuerais à garder cette citation gravée en moi:

« I don’t know who you are. Or whether you’re a man or a woman. I may never see you or cry with you or get drunk with you. But I love you. I hope that you escape this place. I hope that the world turns and that things get better, and that one day people have roses again. I wish I could kiss you. »

From V for Vendetta
Written by Alan Moore.

Je terminerais par ces mots d’un discours de Victor Hugo prononcé en septembre 1970, lors de son retour d’exil suite à la proclamation de la IIIème République par Léon Gambetta. Des mots repris en janvier, place de la République en hommage aux victimes des attentats:

« Je ne vous demande qu’une chose, l’union !
Par l’union, vous vaincrez.

Étouffez toutes les haines, éloignez tous les ressentiments, soyez unis, vous serez invincibles.
Serrons-nous tous autour de la république en face de l’invasion, et soyons frères. Nous vaincrons.
C’est par la fraternité qu’on sauve la liberté. »

#StaystrongForTheWolrd.

11 commentaires

  1. je suis triste mais je ne résiste pas à l’envie de te taquiner…
    je pensais Victor Hugo mort depuis bien longtemps, mais visiblement il était encore vivant l’année précédent ma naissance ,)

    J'aime

  2. je suis triste mais je ne résiste pas à l’envie de te taquiner..
    je pensais Victor Hugo mort depuis longtemps mais visiblement il était encore vivant l’année précédent ma naissance 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s