Et si on regardait… Occupied ? (ou pas !)

Pour cette ultime chronique série de la saison, avant la pause estivale, July a décidé de nous rafraîchir en nous amenant du côté de la Norvège et de la Russie. Oubliez la visite chez Ikea la dégustation de vodka ou les danses folkloriques, cette série très actuelle nous offre une petite plongée dystopique sur fond d’écologie et d’enjeux économiques.

Mais je laisse la parole à July qui en parle bien mieux que moi, très inspiré par l’approche des vacances. Même si au fond il n’y a pas de bonne ou de mauvaise présentation. Mais j’anticipe un peu sur la digression là …

Et si vous êtes très gentils et que vous lui faites plein de bisous en commentaires, July reviendra peut-être à la rentrée. N’hésitez pas à dire si vous plébiscitez ses articles.

A ce sujet, petit sondage ci-dessous histoire de se quitter sur une note d’humour.

 


Bon. Je ne croyais pas si bien dire, mais la dernière fois, je parle de Danny Ocean, et pouf, Ocean’s 8 sort avec l’histoire de sa sœur. Pas mauvais film au demeurant, mais pas mon sujet non plus. Du coup, sans transition on va parler d’Occupied. Occupied, keskecé ? C’est une série norvégienne[1], mais produite aussi par Arte qui l’a diffusée en 2015 et en 2018. Il y a deux saisons, une de 10, une de 8 épisodes et le pitch est assez intéressant car, vous le savez, j’adore la géopolitique : la Russie a envahi la Norvège.

Bon. Plus sérieusement, reprenons ce pitch pour détailler un peu : les États-Unis ont quitté l’OTAN[2] et la Norvège a élu un gouvernement écolo dirigé par Jesper Berg (ancien militant de Greenpeace), qui décide de passer au thorium, et de laisser donc toute production gazière et pétrolière afin de lutter contre le changement climatique, tandis que l’Union européenne est touchée par une crise énergétique, entre autres parce qu’elle vivait du pétrole et du gaz norvégiens. L’UE décide alors d’appeler son meilleur allié : la Russie, pour qu’elle aide un peu. Non parce qu’on sait qu’ils ne veulent que le bien des autres, les Russes, et qu’ils sont très philanthropiques. Du coup les Russes enlèvent le Premier ministre et le décident amicalement et gentiment à reprendre la production d’hydrocarbures, sous contrôle russe, parce que faut pas déconner. C’est ainsi que se passe en douceur, avec les Américains qui laissent faire et l’UE qui approuve, l’invasion, économique puis militaire, de la Norvège par la Russie.

De cette manière, on voit les Russes, dans un monde totalement fictionnel où ils n’ont pas envahi la Crimée, envahir la Norvège et la contrôler. Et c’est cela qui est intéressant dans cette série car elle fait écho à l’invasion de la Crimée par la Russie en 2014. C’est un coup de bol : la série a été tournée alors que les Russes se posaient la question d’aller en Ukraine, pour le tourisme de ses armées histoires qu’elles visitent un peu. Ah ben en plus, les Russes sortaient des Jeux de Sotchi,

On se laisse prendre et surprendre par cette série qui ne réinvente rien. Elle ne réinvente pas le politique, ni le scénario-catastrophe. Elle montre les personnages, les uns après les autres, tenter de réagir à ce contrôle économique de la Russie. Les personnages sont dans une situation jamais prévisible, car l’opposition n’est en aucun cas simplement celle de la Russie et de la Norvège[3], mais plutôt celle des diplomates et des bellicistes. Chaque personnage est tiraillé et il n’y a pas de bon ou de mauvais choix[4] : on oscille entre les deux catégories.

Alors les détraqueurs de la série me diront que la série comporte quelques incohérences, et que c’est parfois facile. Oui, ça l’est. Mais honnêtement, il y a tellement de scénarii alambiqués et de showrunners qui pensent qu’on a revu tous leurs épisodes entre la diffusion de deux d’entre eux, que c’est pas un mal. J’en ai un peu assez de ces scénaristes qui ne se prennent pas pour de la m… et qui se branlent sur leur création, persuadé que c’est génialissime.

Là on ressort de la série en se demandant simplement en qui on peut avoir confiance. Simple, mais efficace.

Sur ce, il est temps pour moi de tirer ma révérence, de finir le montage de quelques podcasts et de partir pour les vacances. Bon été à tous !

July

[1] Oui, June,  comme l’omelette norvégienne, sauf que la série ne se mange pas.

[2] Non j’déconne, ça reste de la fiction. Trump l’a pas encore fait, ça. Il pourrait. Ou pas. Ou si. Ou non. Lui seul le sait. Ou pas. Ou si…

[3] Non mais c’est vrai, s’il ne s’agissait que de cela, on les mettrait sur un terrain de foot et voilà !

[4] C’est vrai, comme le dit Édouard Baer : « Mais, vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée… Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face, je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n’est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu ; et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… Je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? », eh ben je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain, qui sait, peut-être seulement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi… » Alain Chabat, Mission Cléopâtre, 2002.

Séries series

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

1 commentaire Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :