Maggie, une vie pour en finir

Résumé :

9782259251556ORIEditions Plon. Parution : 27/09 Prix : 19.90€

Maggie, c’est le destin d’une femme du XXème siècle qui traversa deux guerres mondiales.  Une jeune anglaise d’origine modeste qui voit son destin basculer avec la guerre.
C’est l’histoire d’une vie portera  jusqu’au bout les stigmates des changements d’un monde.

Lancé sur les traces de cette grand-mère qu’il n’a pas connu, de l’Angleterre à la Belgique, Patrick Weber retrace avec émotion le destin de cette famille, avec en toile de fond les grands changements de l’Europe du XXème siècle.

Mon avis

J’ai passé vingt-quatre heures avec Maggie sous la plume de Patrick Weber. Vingt-quatre heures passionnantes et douloureuses, sans presque aucune trêve, durant lesquelles j’ai plongé dans sa vie. Altrincham, Bruxelles, la guerre, l’amour, la mort, les nouveaux espoirs, les séparations, le socialisme, le nazisme, la Guerre Froide… Une existence houleuse ballottée, malmenée par les remous d’un monde en pleine mutation.

Raconté à la première personne, ce roman biographique, basé sur une enquête familiale prend pourtant rapidement l’allure d’un portrait presque universel. A travers le destin de Maggie se reflète celui de toutes ces femmes prises dans ces conflits d’hommes. Celles qui restent à l’arrière faire vivre la patrie, protéger leur famille, soigner les blessés, compter les morts, les invalides, les disparus. Celles qui perdront un père, un frère, un époux, un fils… Celles qui se retrouvent, au lendemain de ces conflits mondiaux du XXème siècle, propulsées avec leur souffrance dans un monde bouleversé et changeant.

Parti en quête de cette grand-mère inconnue, Patrick Weber parvient à lui redonner une voix avec une intensité troublante, une émotion particulière. Son choix de lui laisser la narration, de la placer en en prise directe avec le lecteur, confère au récit quelque chose de vivant, de vibrant. Au fil des pages, s’esquisse, se dessine cette silhouette féminine qui se précise, prend des couleurs. Si fragile. Si résolue. Le portrait se trace dans une sensibilité pudique, à fleur de plume en un hommage tendre. Un destin entre drame familial et Histoire d’un siècle pour un roman se dévore tout simplement.

A lire

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :