Have you met Dan ?

Sa filmographie est en partie composée de seconds rôles, pourtant quand il prend le devant de la scène, on ne l’oublie pas. Preuve en est que vous connaissez bien sa bouille, même si épeler son nom de famille reste un casse-tête.

Acteur et chanteur, il a le rythme dans la peau. Le blues est sa vocation et la musique sa religion, à tel point qu’il va en faire un de ses rôles titres dans un duo que le cinéma n’oubliera jamais.

Si on le voit peu aujourd’hui à l’écran, il reste un acteur culte qui a marqué les années 80.  Alors, ladies and gentlemen…

Have you met Dan Aykroyd ?



Fiche signalétique

Nom complet : Daniel Edward Aykroyd

Né le : 1er juillet 1952

Nationalité : Canadien

Profession : acteur, musicien, chanteur, producteur, scénariste, producteur d’alcool (vodka)

Signes particuliers : Chasse aussi les fantômes

Everybody need somebody : Dan Aykroyd et John Belushi

Le succès de Dan Aykroyd c’est une histoire de fous et une histoire d’amitié avant tout. Originaire d’Ottawa (Canada), il devient surveillant de chantiers dans le canada arctique et cultive son amour de la musique pour lutter contre le bruit, à grand renfort d’harmonica. C’est alors qu’au hasard de sa carrière naissante de comédien et d’humoriste dans les nightclubs, sa route croise celle de John Belushi. 

Ces deux-là sont fait pour s’entendre, à la vie, à la mort. Ils ne tardent donc pas à former un duo à la fois comique et musical qui décroche la timbale, et ce grâce un petit coup de pouce du destin en 1975. Costumes noirs et dégaine de mafiosi, notre duo est choisi pour participer au Saturday Night Live Show. Il fait un tabac. Jake et Elwood, personnages fictifs du non moins fictif groupe The Blues Brothers, sont nés.

A l’origine humoristique, ces identités fictives deviennent vite un véritable groupe qui sort des albums et entame des tournées. Clou de l’histoire qui boucle la boucle, sort en 1980 un film éponyme qui va raconter l’histoire des Blues Brothers.

Récapitulons ici cinq minutes si vous le voulez bien : un groupe de blues fictif monté sous des identités imaginaires par deux acteurs et comiques pour une émission de télévision, devient un véritable groupe. Groupe dont l’histoire imaginaire est déclinée en deux films et qui continue à se produire aujourd’hui.

Une histoire de fous, vous disais-je… Mais quel génie !

D’autant plus que nos compères embarquent dans leur aventure cinématographique des légendes de la soul et du cinéma tels que Aretha Franklin, Ray Charles, John Lee Hooker, Steven Spielberg ou Carrie Fisher.

Il y a un fucking talent dans ce duo. Un sens comique indéniable qui se couple à un sens endiablé du rythme. Une osmose qui fait exploser le génie. C’est irrésistible.

Les Blues Brothers deviennent un phénomène. Mais chacun a ses démons et en 1982, le rêve se brise avec la mort par overdose de John Belushi.

Dan Aykroyd  se refuse à ne plus raconter cette histoire extraordinaire. Avec la complicité de James Belushi frère de John, il continue l’aventure. En 1992, le groupe sort un nouvel album. En 1998, l’histoire cinématographique continue. Comme rien ne peut remplacer son meilleur ami, Dan Aykroyd décide d’intégrer sa mort à l’histoire. Dans Blues Brothers 2000, John Goodman incarne Mack McTeer un barman qui va intégrer le groupe qui se reforme dix-huit ans plus tard. Il enfile ainsi le costume du second acolyte Blues sans pour autant remplacer l’absent. Le film garde sa recette : du rythme, de l’humour, de l’action et… de la musique avec de multiples apparitions musicales prestigieuses : Aretha Franklin, James Brown, Eric Clapton.
Même il ne sera pas aussi bon que l’original…

Si le groupe continue de tourner, étant même en concert en juillet 2016, pour Dan Aykroyd, la page musicale de son histoire au cinéma se tourne.
Heureusement une autre famille d’adoption l’attend pour partir à la chasse aux fantômes.

Who you gonna call ? Dan Aykroyd !

Les Blues Brothers ont ouvert la voie de la notoriété à Dan Aykroyd et le Saturday Night Live Show lui offre un réservoir d’amitiés et de talents. Si en 41 années de carrière, on croisera l’acteur surtout dans des seconds rôles, il donne pourtant la réplique à des noms connus du cinéma comme Robert Downey Jr (Chaplin, 1992), Eddie Murphy et Jamie Lee Curtis (Un fauteuil pour deux, 1982), Morgan Freeman (Miss Daisy et son chauffeur, 1989). Il prête également sa bonne bouille à des réalisateurs de renoms comme Steven Spielberg pour 1941 (1979), John Landis (Susan a un plan, The Blues Brothers) ou même Michael Bay dans Pearl Harbor (2001). Ce qui lui vaut au passage une nomination à l’oscar du Meilleur Second rôle masculin pour Miss Daisy et son chauffeur.

Evidemment sa carrière ne s’arrête pas là, mais l’autre personnage iconique qui va marquer sa carrière est celui du Dr Raymond Stantz, chasseur de fantôme de son état.

Grâce au Saturday Night Live Show, il rencontre Bill Murray et Harold Ramis qui vont devenir ses nouveaux comparses d’aventure. Reprenant une idée que Dan Aykroyd avait eu à l’époque avec John Belushi, ils sortent en 1984, sous la houlette du réalisateur Ivan Reitman, un truc improbable, kitsch, allumé et assumé : Ghostbusters. Ils sont rejoints à l’écran par Sigourney Weaver, Nick Moranis, Annie Potts et un quatrième larron Ernis Hudson. L’équipe des chasseurs de fantômes est désormais au complet et prête à devenir une incontournable référence geek.

Effets en carton pâte mais humour décapant, le film au ton décalé connaît un si joli succès qu’il se dote d’un second opus en 1992.

Cette comédie de fantômes qui ne prétend pas à faire peur, ne se prend pas non plus au sérieux. C’est bien ce qui va faire son succès.
Musique, répliques, les fans vont tout s’approprier. Le film va même se décliner en jeu vidéo. La référence s’incruste également dans d’autres éléments de la culture populaire, séries ou films. Ghostbusters traverse ainsi les décennies et les générations jusqu’à même connaître un reboot en 2016. Dont nous ne parlerons pas.

Si les films sont un travail commun, puisque Harold Ramis vient aider Dan Aykroyd à mettre la dernière main au scénario, on ne peut nier que la patte de ce dernier et sa fascination pour le surnaturel se retrouvent clairement dans le concept. Il a d’ailleurs comme son personnage (cf deuxième opus) une importante collection de livres sur ce sujet.

 Il y a des carrières comme celle de Dan Aykroyd dont on n’explique pas la trajectoire mais qui sont centrées autour de points d’attraction qui rayonnent comme de petits miracles. Si son parcours a sans doute souffert de sa bonne bouille, il aura su malgré tout tirer son épingle du jeu en tant qu’acteur ou scénariste pour faire son petit bonhomme de chemin. On peut certes regretter qu’il n’ait pas eu plus d’opportunités vraiment porteuses, alors même qu’il fut considéré pour bons nombres de premiers rôles qu’il n’eut pas : Alan Parish (Jumanji), Willy Wonka (Charlie et la Chocolaterie) par exemple.
Mais Dan Aykroyd semble être quelqu’un qui trace sa propre voie. Businessman il a monté sa propre marque de vodka (Cristal Head) et continue en parallèle de se consacrer à la musique et surtout au  blues, sa grande passion. Il porte toujours les Blues Brothers et a monté House of Blues, chaîne de lieux de concert pour promouvoir le blues et son histoire. Il n’en a pas pour autant renoncé au cinéma. Des projets et des notes plein la tête, Dan Aykroyd n’a pas fini de nous mettre des étoiles dans les yeux.

Source

Have you met...

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

6 commentaires Laisser un commentaire

  1. A reblogué ceci sur Bigrebloget a ajouté:
    Il a un nom imprononçable et impossible à orthographier du premier coup. Pourtant, vous connaissez par coeur son visage et certaines des répliques cultes qu’il a pu nous offrir au cours des ans.
    Alors flanqué de son meilleur ami, de Bill Murray, ou de John Goodman, il marquera toujours les esprits.
    La Califette vous le présente ce soir: have you met Dan Aykroyd?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :