Favorite Characters : NCIS

Ce qui était à l’origine un TAG m’est apparu comme une excellente façon de faire avec humour une rétro sur des séries qu’on connaît tous plus ou moins.
Je vous propose donc aujourd’hui de passer en salle d’autopsie pour faire l’examen de NCIS.

La rétro en 3 mots

NCIS ou Naval Criminal Investigative Service est donc une série centrée, comme son nom l’indique, sur le service d’enquête criminelle interne de la marine américaine. Dérivée de la série JAG où certains de ses personnages clés font leur apparition, elle est créée par  Donald Paul Bellisario et Don McGill et diffusée depuis 2003 pour les Etats-Unis et 2004 pour la France.

NCIS rentre dans ce que j’appellerais les séries à la papa, sans connotation réellement péjorative. Tout simplement car chacun de ses épisodes s’inscrit dans un canevas narratif récurrent assez facilement identifiable pour le spectateur :

  • Prologue : on nous montre tout ou partie d’un événement louche se préparant ou se produisant.
  • Introduction : Une journée ordinaire commence pour l’équipe du NCIS qui se chamaille gentiment en arrivant.
  • Élément perturbateur : We have a dead marine ! Celui qui fait l’andouille (souvent DiNozzo) se fait griller par Gibbs Hop hop hop ! Tout le monde prend ses affaires et nous voilà partis. Hmmm, cet homme a des asticots dans les yeux et son anatomie est en plusieurs morceaux assez faisandés. Je serais bien restée prendre un café au bureau finalement.
  • Corps de l’intrigue : Investigations, déductions, recherches, intervention d’Abby, intervention de Ducky, moult rebondissements…
  • Résolution : L’intrigue est résolue ou pas. Oui ça arrive que le NCIS tombe sur un os, même dans la Marine.

Je schématise grossièrement mais l’idée est là. Ce schéma récurrent est à la fois une part de l’ADN de la série et un obstacle narratif majeur dont jusque-là les scénaristes avaient su plutôt bien se tirer en jouant sur les parcours personnels des membres de l’équipe. Je dis jusque-là car, soyons sérieux, NCIS s’est tenu environ de 2004 à 2010. Après Semper Fi d’accord mais faut pas déconner.
L’originalité et l’atout de la série était de se concentrer à la fois sur un contexte précis (les enquêtes criminelles de la Navy) et sur les backstories de chacun des personnages. Celle de Gibbs étant de loin l’élément central attisant la curiosité du spectateur. C’est donc de ces personnages que nous allons parler ici.


Mon personnage préféré

Résultat de recherche d'images pour "gif NCIS"
Source

On entre direct dans le vif du sujet ! Gibbs c’est à la fois le boss qu’on adore et qu’on redoute. C’est un personnage qui en a sous le pied car il a un vécu qu’il nous faudra plusieurs saisons pour explorer.

Sa vie est régie par un corpus de règles personnelles qui l’amènent aussi parfois à transgresser celles imposées par la légalité ou sa hiérarchie. Pourtant Gibbs est un homme d’honneur avant tout  guidé par sa morale et le fameux Semper Fidelis. Jamais il n’oublie celui qui a placé sa confiance en lui.
Sous son intégrité et son intransigeance sans faille se cache aussi une sensibilité. En revanche, il ne faut pas lui chier dans les bottes, si vous me passez l’expression. Gare à celui qui viendra le chercher.
Taiseux, obstiné, allergique à la technologie, accro à la caféine, amateur de bourbon, grand constructeur de bateaux en cave, solitaire mais séducteur aussi (5 ex-femmes ! ) Gibbs est un personnage brut de décoffrage et c’est sa complexité qui en fait le pilier de la série.

La petite info en plus : Le nom complet du personnage est Leroy Jethro Gibbs, Jethro étant un prénom biblique qui signifie « l’ami de Dieu ». Faut-il y voir comme un clin d’oeil au caractère justicier du personnage ?

Le talentueux Mark Harmon qui a su saisir l’essence du personnage et lui insuffler le charisme nécessaire. Au même titre que le colonel O’Neill de Stargate ne serait pas ce qu’il est sans Richard Dean Anderson, Gibbs ne serait pas Gibbs sans les inflexions et le regard de Mark Harmon. Sans parler de ce sourire qui vaut un ticket de loto gagnant.

Le personnage qu’on a envie de tuer

Résultat de recherche d'images pour "gif NCIS Palmer"
source

De tuer, c’est peut-être exagéré. Mais Jimmy Palmer est à mon sens le personnage qui apporte le moins de choses à la série. Il pourrait disparaître sans vraiment que cela déséquilibre les choses. Mais avouons-le, il finit par se forger une place intéressante et devenir attachant. Donc on va le laisser vivre…

Le personnage qui me fait pleurer

Résultat de recherche d'images pour "gif NCIS"
Source

Spoiler : la mort de Kate est sûrement l’un des pires coups de *** scénaristique des premières saisons. L’ascenseur émotionnel violent qui te prend au détour d’une scène alors que tu commençais à te détendre. Je me souviendrais toujours du bond que j’ai fait sur mon canapé et je ne le pardonnerais jamais aux scénaristes. Même si c’était drôlement bien joué, niveau effet de surprise.

Le méchant qu’on aime bien

Résultat de recherche d'images pour "gif NCIS"
source

Il n’est pas vraiment méchant Tobias Fornell, notre agent de la CIA, juste cachottier et un brin à cheval sur son territoire d’action. Il lui aura fallu des années et une ex-femme en commun pour enfin se montrer plus coopératif avec Gibbs. Les années passant, ces deux-là finissent par avoir une relation hilarante de vieux couple.

Un personnage qui fait toujours rire

Résultat de recherche d'images pour "gif NCIS"
source

Car aussi doué qu’il soit,  notre Thimoty McGee restera toujours « le bleu ». Ce n’est pas de sa faute, c’est dans son caractère de chaton.

Le personnage qu’on n’aimerait pas s’il n’était pas joué par lui

Résultat de recherche d'images pour "gif NCIS"
source

Il fallait une touche d’élégance dans NCIS, paradoxalement elle vient de la morgue. Le personnage de Ducky aurait pu être rébarbatif ou cliché. Un enième personnage de légiste. Oui mais voilà il est joué par David McCallum qui apporte sa classe écossaise avec lui.
Ducky est le seul qui ose tenir tête à Gibbs et lui dire ses quatre vérités quand il le faut, rappelons-le. C’est aussi l’un des personnages pour qui Gibbs a le plus de respect et qu’il écoute… même si c’est parfois d’une oreille.

La mort qui m’a le plus frappée

Résultat de recherche d'images pour "gif NCIS Jenny Shepard"
source

J’ai mis beaucoup de temps à me faire au Directeur Shepard. A son petit ton autoritaire.  A son style. A sa relation étrange avec Gibbs. A leurs dossiers communs.
Ce personnage mettait mal à l’aise car, à l’instar de Gibbs, on ne savait pas sur quel pied danser à son égard. Beaucoup trop de sous-entendus dans leur relation. On attendait le moment où cela allait faire boum.
Mais les scénaristes lui ont offert un grand final. Un ultime road trip plein de panache qui en dit long sur le personnage. Respect donc au Directeur Jenny Shepard.

Le personnage le plus canon

Résultat de recherche d'images pour "gif NCIS Ziva"
Source

Aucune surprise ici ! Qu’elle chante en robe de soirée ou qu’elle botte le postérieur de ses coéquipiers, Ziva a la classe. Un point c’est tout. Et ce n’est pas Tony qui dira le contraire.

Le personnage qui évolue le plus

Image associée

Jusqu’à son départ c’est bien l’agent Dinozzo qui nous en remontre le plus dans son évolution. Que ce soit dans sa relation avec son père ou celle avec les femmes, Tony fait un sacré parcours. C’est un personnage qui se bonifie avec le temps, gagnant en maturité. Il se révèle également de plus en plus complexe au fur et à mesure qu’on découvre des éléments de son histoire. Même s’il garde cet humour parfois agaçant qui fait aussi sa fraîcheur.

Je m’identifie à :

Résultat de recherche d'images pour "gif NCIS Abby"

Forcément l’excentrique du groupe. Abby assume sa personnalité à 200%, se plonge à fond dans ce qui la passionne, affirme son look, se déguise en Marilyn comme moi en licorne, fait du bowling avec des bonnes soeurs, parle à ses ordinateurs, déclenche des tempêtes de câlins avant de retourner cultiver son côté asocial dans son labo.
Bref c’est une nature pleine et entière. Je l’adore, Miss Sciuto ! Même si je n’ai pas son esprit scientifique, son enthousiasme est un régal. On serait trop copines en vrai.

En plus, elle a avec Gibbs une relation quasi filiale absolument à croquer.

On se quitte sur une scène culte

Séries series

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

2 commentaires Laisser un commentaire

  1. J’aimais beaucoup NCIS mais j’ai arrêté au bout d’un moment, suivant de loin les personnages arrivant et quittant la série. Je suis contente de m’être arrêté avant que ça commence à partir en cacahuète, j’aurais déjà eu du mal à vivre le départ de Ziva, alors celui de Dinozzo T_T
    Du coup je garde de très bons souvenirs de la série, même si au bout d’un moment on commence à deviner qui est le coupable, c’était une série assez chouette et puis Gibbs il pète la classe ♥

    Aimé par 1 personne

  2. Une de mes séries préférées !!! ❤ J'ai aussi arrêté bien avant les dernières saisons, j'aimais trop l'équipe pour la voir changer ! Quand je lis ton article, je me rends compte à quel point ce sont les personnages (et leurs interprètes) qui nous font aimer NCIS.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :