Et si on regardait… Game of Thrones ? (ou pas !)

Dragons, trahisons, sexe et épidémie de morts violentes, après huit saisons, la cultissime Game of Thrones a tiré sa révérence. Non sans susciter moult débats parmi ses adeptes. Evidemment July ne pouvait pas rater ça.  Avec sa verve et son éloquence coutumières, il nous fait un débriefing qui ne manque pas de tranchant, jeux de mots foireux à l’appui.  Game of Thrones le final, attention, ça va couper, chérie…



Bon. Vous le saviez. Vous vous en doutiez. Il était impossible qu’alors que je fais une chronique depuis deux ans, je ne parle pas du phénomène, de la meilleure série de tous les temps, de l’événement de ces dix dernières années : Game of Thrones. Ne me dites pas que vous y avez coupé, à moins d’avoir vécu avec des chèvres au Népal. Encore que même là-bas, ils ont une page Facebook consacrée à Game of Thrones[1]. Game of Thrones, keskecé ? C’est une série qui… Non mais sérieusement ? Je dois sérieusement vous présenter ça ? Bon ben, c’est une série qui commence alors que se terminait Lost. Et ça tombe bien, ça suit le même schéma.

Point d’avion qui se crashe dans Game of Thrones, entendons-nous bien. La série est en effet basée sur les livres de George R. R. Martin qui écrit son univers et qui le voit adapté, plutôt bien. La série est plaisante à suivre, à condition d’être équipé d’un cerveau en état de marche ; si vous souhaitiez regarder la série alors que votre cerveau est une purée tellement il a fonctionné dans la journée, passez votre chemin. Nous sommes dans un monde imaginaire. Un monde où il y a deux continents : Westeros et Essos. Si vous avez l’impression d’acheter des Cheerios, c’est normal, et vous pouvez manger les céréales en regardant la série, sauf si vous n’aimez pas le steak ou le rôti d’humain et que vous avez peur de recracher ce que vous venez d’insérer dans votre cavité buccale[2].

La série se base sur un point : Ophélie Winter is coming. Ah non, ça c’est un porno, pardon. Elle se base donc sur un point : Winter is coming. Et il met du temps à arriver, l’hiver. On fait bouger chaque pion de l’échiquier politique lentement, parfois brutalement, mais en sachant où l’on va et en voyant chaque coup calculé, avec une anticipation digne d’un joueur d’échecs. Il faut dire que George R.R. Martin écrit bien ses livres et s’ils sont aussi gros, c’est qu’il y a du détail. De fait, l’adaptation n’est pas mauvaise. Certes, la taille ne compte pas, mais ça joue un peu quand même, surtout sur la pénétration du lecteur dans l’histoire. Cette immersion est plutôt bonne au vu des effets visuels et de la construction des décors, parfois pharaoniques afin d’aboutir à un rendu de qualité.

Tout arrive,  on monte petit à petit en tension. Jusqu’à la fin de saison 6. Oui, vous avez bien lu, la saison 6. La saison 7 ne compte que 7 épisodes et la saison 8 n’en compte que 6. Ces deux dernières saisons sont l’équivalent Lostien de la dernière saison, et c’est là, ma chère June, que je te mets au défi de trouver un .gif avec Jean-Pierre Coffe disant que « c’est d’la meeeeeerde ». Du coup, je recommence : ces deux dernières saisons sont l’équivalent Lostien de la dernière saison de la susdite série Lostienne :

Résultat de recherche d'images pour "gif jean pierre coffe c'est d'la merde"
Challenge accepted. Source

On passe d’une adaptation de roman plutôt lent et bien ficelé[3] à un truc écrit pour scénariste américain qui se masturbe en pensant que les fans ne font que regarder sa série 25 fois et en connaissent les moindres détails. S’il y a bien un truc que je déteste, c’est revoir un film ou une série (hormis quelques classiques) car je me souviens de la fin. Toujours. Tou-jours. Je me souviens donc même de la fin de Lost qui m’a procuré le même ressenti que Game of Thrones : on monte en pression, et on bâcle dans la dernière ligne droite parce qu’on ne sait pas comment finir. Les fans de la série argumenteront en disant que « oui, mais Martin avait donné quelques trames aux scénaristes pour qu’ils finissent la série comme il a imaginé la fin de ses romans ». Ben les amis, si c’est le cas, arrêtez-vous aux tomes déjà sortis et épargnez-vous les deux derniers prévus, si tant est qu’ils sortent un jour. Ça retombe comme un soufflé[4], ça fait pschiiiiit comme une bouteille de Coca éventée[5].

Scénario bâclé disais-je : on fait monter pendant 7 saisons la pression avec les marcheurs blancs pour régler le problème rapidement. On fait de Jon Snow un débile amoureux. On fait des conneries avec les personnages (je ne parle pas de Danaerys, qui a toujours été aussi sanguinaire, elle était juste contrôlée par les personnages autour d’elle).

Au final, j’ai passé de bons moments devant la série durant plusieurs années mais si la 7e saison m’avait laissé dubitatif, la 8e m’a convaincu qu’une fois de plus, quand un scénariste américain dit qu’il sait où il va, il vaut mieux le laisser y aller seul. Ou avec son pote qui écrit avec lui.

July

[1] https://www.facebook.com/NepalGoT/, consulté le 20  juin 2019.

[2] Je parle bien évidemment des Cheerios, et non d’autre chose. Quoique vous introduisez ce que vous voulez dans votre bouche.

[3] La sixième saison garde encore quelques intrigues des romans.

[4] Mais pas de June qui dans les trente premières années de sa vie n’en avait jamais manqué un seul. Je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui mais il y a fort à parier que c’est toujours le cas. Eh ouais ! La reine du soufflé au chèvre. Il n’y a pas de petite gloire. 

[5] Si, une bouteille de Coca éventée fait pschiiit avant de n’avoir aucun goût. Note de June :  C’est un spécialiste de la question qui parle. 

Publié par

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

8 commentaires sur « Et si on regardait… Game of Thrones ? (ou pas !) »

    1. Et en même temps, chacun regarde ce qu’il veut et je connais des personnes qui n’ont pas regardé juste car c’était trop connu et qu’on en faisait beaucoup trop autour de la série… Je peux comprendre.

      Aimé par 2 personnes

  1. On est bien d’accord que les saisons 7 et 8, on creuse un trou, on les jette dedans et on rebouche avec du béton.
    Je ne saurais dire ce qui était le plus navrant dans ces 15 derniers épisodes parce que le choix est tellement vaste que j’en perds mes mots à chaque fois que j’y pense… J’en ai la chair de poule, brrrr.
    Je décerne quand même la palme d’honneur du ridicule pour l’épisode Beyond the Wall (S7E6, il me semble) tout de même (parce que niveau enfilage de perles, ça se pose là) et celle du malaise ultime à l’escapade romantique devant la cascade en saison 8 (comme tout le monde, j’ai dû rembobiner le schmilblick après le premier visionnage pour être certaine que les dialogues étaient réels)(malheureusement, la réponse est oui). Et dire qu’ils ont apparemment amputé la saison de la scène où Cersei se réveille au milieu d’une mare de sang (bicoze fausse couche)…
    Bref, on va faire comme si tout ça n’avait jamais existé, à l’instar des saisons 7 et 8 de Dexter ou des deux derniers films de Pirates des Caraïbes, en se bouchant les yeux et les oreilles très fort.

    Aimé par 1 personne

    1. Disons que pour les saisons 7 et 8, j’ai fait des trous en camp scout que je rebouchais pas avec du béton… Et je pense qu’elles y auraient toute leur place ! Un ramassis de clichés…
      Et j’avais comparé à Lost en raison de ça magnifique conclusion (« it’s magic, Dude »), mais ça marche bien avec Dexter aussi (« it’s the beard, Dude » ^^)… Quant à Pirates des Caraïbes, je me demande encore ce que faisait Geoffrey Rush là-dedans…

      Aimé par 1 personne

  2. Saison 6… oui, et encore. Puisque certains arcs narratifs s’arrêtent bien avant la saison 6, on peut déjà dire que les scénaristes étaient bien en roue libre à ce moment-là. Bien sûr, ils ont eu les grandes lignes et quelque part, le travail est honnête. Ce ne serait pas GoT, on s’en contenterait. Mais, voilà où le bât blesse. C’est GoT. Et notre frustration est à la hauteur du budget de la série, à peu près😉.
    Un article qui résume bien tout.
    Ps: mes amitiés à June

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.