La Splendeur & l’Infamie : God save Winston

Cherche Midi Éditeur. Parution 26/08/21. Prix : 24,90

La Splendeur & l’Infamie : God save Winston

Vous avez aimé The Darkest Hours, The Crown, ou même les épisodes de Doctor Who où le Docteur rencontre un certain Winston en plein Blitz ?

Si c’est le cas, ce fabuleux livre d’Erik Larson est fait pour vous. N’hésitez pas, il vous tend les bras.

Plus palpitant que le meilleur des romans d’espionnage, La Splendeur et l’Infamie va vous entraîner dans le sillage du Prime Minister et de son entourage, durant l’année la plus cruciale  de cette Seconde Guerre Mondiale : celle où Churchill insuffla à la Grande Bretagne la force de résister à l’annihilation.

Mais ne vous y trompez pas. Il ne s’agit pas ici d’une biographie romancée ou d’une fiction enthousiaste à la gloire de Churchill. Bien au contraire, son auteur, Erik Larson prend soin de préciser en prologue que chaque citation, faits, anecdotes émane des archives personnelles ou officielles de Churchill ou de son entourage.

Et croyez- moi sur parole si je vous dis qu’avec Churchill et dans un tel contexte, la réalité dépasse de très loin tout ce que pourrait broder la fiction.

Après tout, qui d’autre que Winston Churchill, accueilli à la Maison Blanche, pourrait recevoir, sans gêne aucune, le Président Roosevelt, dans sa chambre, nu, sa serviette de bain sur l’épaule, devisant ainsi une heure entière ?

Assurément, il fallait être présent pour pouvoir le raconter…

Et quel autre premier ministre que Winston pouvait pleurer publiquement, sans retenue, devant le désastre de Coventry ?

I have nothing to offer but blood, toil, tears and sweat.

Déclarait le Prime Minister à la Chambre des Communes, le 13 mai 1940, face à l’offensive massive déclenchée par le IIIe Reich le 10 mai sur les Pays-Bas, la Belgique et la France. Ô combien cela fût vrai !

Durant cette année cruciale 1940-1941, la Grande Bretagne va endurer le pire, concentrant les foudres allemandes face à son obstination à ne pas céder.

Portée par un Prime Minister insolite qui mobilise les énergies sans relâche, de son bain jusqu’au cœur de la nuit, le cigare aux lèvres, le verre à la main, en robe de chambre comme en haut de forme, la nation britannique va pousser le terme résilience à son paroxysme.

En collectant les mots et impressions de Clémentine son épouse, Pamela sa fille, ses ministres Pug Ismay, Beaverbrook, aides de cabinet, ambassadeurs et de Churchill lui-même, Erik Larson assemble un incroyable puzzle. Un récit historique digne d’un thriller, reflétant tout à la fois la réalité de cette terrible année, le cœur du peuple britannique et la personnalité de Churchill lui-même.

Car, que l’on apprécie ou pas le personnage, on ne peut qu’être soufflé par sa force de caractère et prendre la mesure autant de ses échecs que de ses victoires.

Alors qu’un soir de 1941, Diana Cooper, épouse du Ministre de l’information Duff Cooper, lui disait que la meilleure chose qu’il ait faite était de donner du courage aux gens, Churchill répondit ce trait plein d’humilité :

« Je ne leur ai jamais donné de courage. J’ai été capable de concentrer le leur. »

C’est bien cela dont il est question au cœur de ce récit. Comment au pire des heures sombres que connut la Grande Bretagne, face à des drames et des désastres sans pareil, cet homme, accablé par la responsabilité de sa tâche, parvint-il à coaliser le courage d’une nation entière et infléchir le cours de la guerre ?

Winston Churchill est un personnage complexe, aussi humain qu’inflexible. Erik Larson nous le restitue avec une réalité, une proximité troublante, faisant de cette année de guerre un véritable page turner.

Et c’est à grand regret que l’on referme le livre. Cela a beau être la Guerre, on en aurait bien voulu plus… en compagnie de Churchill !

Publié par

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.