Have you met…Strasbourg ?

Et là double salto arrière, roulade parallélépipédique, poirier et feinte. C’est bien à la découverte de Strasbourg sous ses plus beaux atours que je vous emmène aujourd’hui.

Avant de commencer  notre périple au sein du Marché de Noël, il fallait bien prendre des forces. Ce fut chose faite avec un plat typique roboratif, le Baeckeoffe.

Si un jour vous devez vous lancer dans une mission de survie de plusieurs jours ou une émission type Pékin Express, le Baeckeoffe vous sauvera sûrement la mise:

  • 3 sortes de viandes (boeuf, porc, agneau)
  • 3 couches de légumes (poireaux, carottes, oignons, pommes de terre  surtout) qui les séparent.
  • 6 couches au total qui mijotent au four (au risque de le faire exploser) dans du Riesling ou du Sylvaner pendant deux bonnes heures voir trois.

image

Et nous voilà partis à travers les ruelles de la ville en quête de vin chaud pour faire passer tout ça.

Enfin surtout le reste de la troupe, parce que moi antibiotiques tout ça, tout ça, j’avais surtout ma réserve de Kleenex chevillée au corps.

image

Tenter de renier à Strasbourg son titre de capitale de Noël, ce serait un comble de la mauvaise foi. Les Strasbourgeois ont la magie de Noël chevillée au corps. En déambulant dans les ruelles, on ne peut que rester subjugué par l’inventivité et la beauté des décorations mises en oeuvre pour parer la ville de féerie.

image

image

Dans ce bestiaire magique aux couleurs de Noël, toutes sortes de créatures viennent s’inviter aux façades. Licornes, ours polaires, nains, oies sauvages, rennes… Tous caracolent aux fenêtres avec allure.

image

Dérivant le long des ruelles dans le Carré d’Or, le nez en l’air, on se laisse porter par les effluves imprégnées d’épices et soudain une flèche majestueuse perce notre vue. Le flot de la foule ralentit comme frappé par sa présence. Elle est là. Fière et imposante, dressée comme un défi aux siècles.

image

Peu importe la foule qui se presse à ses pieds ou les anges de lumières qu’on y dépose, seule compte sa silhouette qui se découpe sur la voûte céleste.image

Un peu plus loin sur la place Gutenberg, Strasbourg honore son statut de capitale européenne en faisant place à un Noël Luxembourgeois.

image

Sous la façade bienveillante de l’Hôtel de la Monnaie qui en rosit de plaisir !
image

Poussant toujours plus loin, nous continuons de louvoyer jusqu’à la place Kléber où la magie de Noël parait toucher à son apogée avec un sapin immense et chatoyant, digne du Polar Express. Un rêve de môme que ceux-ci dévorent de leurs yeux écarquillés, la bouche ouverte, en oubliant leur gaufres dégoulinantes de chantilly, réclamée à corps à et à cri quelques mètres auparavant.

image

image

Après trois heures de déambulations, à considérer parfois avec une certaine sidération les touristes japonais dévorant à 17h une choucroute à emporter, nous nous attardons pour un dernier regard sur la façade baroque de la pâtisserie Christian où des oies s’envolent gracieusement entre les lumières. Strasbourg à Noël semble un rêve…

image