Have you met… Douglas ?

Non, non, ni Kirk, ni Michael. Désolée, on ne fera pas dans le glamour hollywoodien aujourd’hui.

Nous allons retourner du côté anglo-saxon de la planète cinéma pour nous intéresser à un réalisateur de télévision méconnu…Et pourtant, il se cache derrière les épisodes d’au moins deux séries emblématiques de la BBC.

Have you met Douglas MacKinnon ?

*******

Douglas-Mackinnon-cold-war-director1-300x168
Source :http://www.doctorwhotv.co.uk/

Profession: Réalisateur/scénariste.

Né le : ….

Nationalité : britannique

Signes distinctifs : L’homme de tous les « Special »

 

*******

  • « Who » is Douglas ?

Et vous allez me dire: D’accord, très bien. Mais tu le sors de ton chapeau celui-là ?

Eh bien pas du tout. Sachez-le, ce monsieur n’a pas moins de 50h de drama en tant que réalisateur à son compteur. Il se cache derrière de nombreux épisodes de Doctor Who  de la saison 4 à la saison 8, à savoir :

[Source Tardis Wikia]

Il a d’ailleurs même été choisi par le public de Doctor Who comme meilleur réalisateur pour la saison 8.

S’il s’est essayé au cinéma, les séries semblent être son terrain de jeu de prédilection. Pour preuve, c’est aussi l’un des réalisateurs aux commande de Line of Duty, de Jekyll et d’Outlander (qui a quand même raflé trois nominations aux Golden Globes rappelons-le!). Autant dire qu’il connait son affaire et qu’il est résolument estampillé BBC Corporation. Ce qui n’est pas peu dire quand on sait que la BBC collectionne les talents.

A ce stade, ils pourraient presque sortir un jeu des 7 familles chez BBC. Dans la famille « acteurs » je voudrais le petit frère, carte Matt Smith. 

L’homme est discret, pourtant il n’est pas inconnu du grand public car c’est l’homme de tous les « Special ».

  • The special director.

Enfin « tous », là j’exagère. Un peu par favoritisme je l’admets. Mais 2015/2016 fût l’année du cru des épisodes spéciaux dirigés par Douglas Mackinnon, et c’est pour cela que son nom doit résonner comme une lointaine musique familière à vos oreilles.

Il a ouvert le bal avec le spécial de Noël de Doctor Who, « The Husbands of River Song ».

Mais surtout, il a eu entre les mains, un événement que beaucoup ont attendu avec impatience. Un épisode dont les deux minutes de trailer nous ont fait frissonner.

Oui, le Special de Sherlock c’est lui, et c’est l’une des raisons pour lesquelles je vous en parle aujourd’hui. Car, Douglas Mackinnon a beau être rôdé à l’exercice, il n’en a pas moins appréhendé la sortie de cet épisode ( de ce film pourrait-on dire !), presque autant que les fans.

Pour preuve, le message qu’il a tweeté lors de la sortie du premier trailer en octobre.

Plus les jours avancent et plus notre director semblait tout à la fois fier et anxieux pour ses bébés.

Pourtant ce Spécial j’en garde un souvenir ému. C’était un véritable exercice de style auquel notre director s’est livré, jouant de deux plans de narration et multipliant les transitions délicates entre les scènes.

Sans oublier le chou farci : Ce Special, contrairement aux premières impressions, était bel et bien un épisode de transition vers la saison 4. Quand on voit le résultat final, on se dit que notre réalisateur a joué avec maestria du scénario. Chapeau l’artiste !

J’aime les réalisateurs à taille humaine. Ceux qui n’ont pas peur de montrer leurs doutes ou leur satisfaction, qui acceptent de les partager avec le fandom, de le laisser jouer son vrai rôle, celui de support (sans pour autant dépasser certaines limites). Douglas Mackinnon est l’un de ceux-là et je pourrais presque dire que cela se ressent dans sa façon de réaliser. Il y a une certaine douceur et une humanité, un amour du travail bien fait aussi qui se dégagent de ses épisodes. C’est peut-être ça qui le rend spécial…

Si vous voulez en savoir un peu plus sur lui, je vous renvoie vers cette fiche et cette interview ou  celle-ci pour les plus Whovians d’entre vous, car les sources sont rares.

Et pour ceux qui se poseraient la question, je ne saurais vous expliquer exactement pourquoi j’aime ce réalisateur. Il a une finesse, une fluidité dans ce qu’il fait qui me conviennent. Pour être honnête, je vous dirais que c’est tout simplement ce qu’on appelle un bon feeling. Il m’arrive régulièrement de me rendre compte qu’il est derrière des épisodes que j’apprécie particulièrement.

La bonne grande nouvelle c’est qu’il est aux commandes de l’adaptation du génial Good Omens de Neil Gaiman et Terry Pratchett, où l’on retrouve, entre autres au casting, David Tennant et Michael Sheen. Un choix que je salue et une raison de plus de ne pas louper cette adoption en série. S’il en fallait une, of course…

Have you met...

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

3 commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :