Le livre de toutes les réponses sauf une

Une petite lecture Jeunesse pour varier un peu les plaisirs. « Le livre de toutes les réponses sauf une » de Manon Fargetton est un roman sympathique et rafraîchissant qui aborde la thématique de l’adolescente sous un angle différent.

Résumé.

51A4duPNK3L._SX345_BO1,204,203,200_
Editions Rageot Romans

Editions Rageot. Parution septembre 2015. Prix 6.45. A partir de 11 ans.

C’est la rentrée et pour Bérénice se profile le cauchemar d’affronter les élèves de son nouveau collège.Comme toujours, elle redoute les moqueries que va lui procurer son nom de famille, Lamort. Mais cette année, tout sera différent, car Bérénice va rencontrer une autre nouvelle au nom aussi improbable que le sien, Pandora Hurlevent. Rapidement, le duo devient trio avec l’arrivée de Lazare qui leur apporte son aide.

Trois prénoms insolites pour trois personnalités singulières qui s’accordent dans leurs différences et leurs secrets. Bientôt un mystérieux livre se glisse au coeur de leur amitié…

Mon avis.

Avec ce style frais et léger qui fait sa marque de fabrique, Manon Fargetton s’attaque aux grandes problématiques qui se posent à l’adolescence. Et surtout à LA grande question: Comment assumer ses différences et qui l’on est quand on ne le sait pas encore tout à fait ? Un roman qui aborde la question de la différence et du regard des autres sans mièvrerie, ni dramatisation excessive, à travers une belle amitié et une intrigue relevé d’une pointe de fantasy.

Une lecture très agréable, empreinte de poésie, dans laquelle on se laisse entraîner tout en douceur mais qui évite les pièges des clichés et des excès inhérents à ce type de sujet.

L’écriture de Manon Fargetton est fluide et juste. La touche de fantastique dont elle enveloppe son récit y ajoute un certain piquant. Pris par l’intrigue, on se surprend à dévorer ce petit roman d’une traite, avec un plaisir indéniable, alors même qu’on a largement passé l’âge du lectorat visé.

La mise en page et les très jolies illustrations (tête de chapitre et couverture) de Claire Delvaux ne font qu’ajouter à l’agrément de ce roman.

Une lecture attractive pour un public jeunesse, même peu porté sur la lecture. Idéale sans aucun doute pour aborder, sans stigmatisation, les problématiques de l’adolescence ou l’angoisse de l’entrée au collège.

A lire

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

13 commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :