La dure vie du fan

Plus on est fan de quelque chose et plus ses absences, de longueurs variables selon qu’il s’agisse d’une série, d’un artiste, d’un acteur, d’un sportif ou même d’un dragon, sont difficiles à supporter.

Et, par un phénomène paradoxal à tendance elliptique (ça ne veut rien dire mais ça me faisait rire d’imaginer vos mouilles devant cette tournure), le fan cultive de plus belle sa fan-attitude pour compenser l’absence.

On crée des sites et des forums en pagaille. On dessine, on fan-fictionne (parfois un peu trop). On spécule (parfois beaucoup trop), on décortique, on analyse ( toujours trop). On replace des répliques à la moindre occasion, comme des balises de détresse pour trouver quelqu’un de sa tribu avec qui partager. Échanger pour le plaisir de retrouver des bribes, des miettes de ce qu’on aime. De se sentir compris. On revisionne/ écoute en boucle.

Bref on exaspère son entourage.

Chez certains, cela déclenche des élans culturels.  Les fans de Sherlock vont découvrir ou relire le canon jusqu’à réduire les livres en miettes. Dans toutes les langues, pour voir si ça diffère. Les Holmésiens se plongeront dans la biographie de Sir Arthur Conan Doyle et traqueront toutes les études sur le personnage de Holmes pour mieux en comprendre les rouages. D’ici que quelque chose leur aurait échappé… On ne sait jamais.

D’autres par désespoir, iront se jeter dans Elementary et y trouveront peut-être un substitut.

Chez d’autres encore, cela déclenchera des pulsions créatrices impressionnantes.

Je ne m’en lasse pas. Ils sont forts ces russes !

Mais jamais au grand jamais, de façon générale, le fan ne reste inactif. Ne plonge dans une patiente hibernation pour parer à l’attente. Étrange animal qui ne cesse de réinventer l’univers qui l’inspire.

Et lorsque, pour une série comme Kaamelott, le manque dure depuis plus de dix ans, on pourrait s’attendre à ce que ce phénomène s’estompe. A ce que la passion s’endorme.

Que nenni ! Tapi dans l’ombre, il reste à l’affût.

Car le fan est fidèle et patient, si on lui promis quelque chose, il l’attendra de pied ferme. Tel Méléagant, tapi sous un tapis de feuilles sèches, les oreilles aux aguets, les réseaux en veille, il guette. Jusqu’au jour où Internet bruisse d’un « Kaamelott, Kaamelott! » qui met tous ses sens en éveil.

Nous avons d’ailleurs eu l’illustration de ce phénomène, il y a quelques temps, lorsque, sonnez hautbois, résonnez trompettes, Dieu annonça qu’il reprenait le projet en main. 

Pensez-vous que pendant tout ce temps, sa passion reste inactive, en sommeil ? Non, il la travaille toujours, la modèle. Et parfois, cela donne des résultats des plus insolites.

Très improbables. Mais marrants.

Des sortes de patchs… mais pour fans.

Du style : La Boite à Kaamelott.

Comment vous expliquer le concept ? Vous voyez la boîte à Meuh pour les petits ? Ben pareil. Ou presque. En version site. Mais avec des répliques de Kaamelott.

Alors ça ne sert absolument à rien, en dehors de rigoler tout seul bêtement devant son ordinateur. A la rigueur, si vos collègues ont le sens de l’humour, vous pouvez tenter d’en jouer à la fin de la réunion du vendredi. Ou pour animer un repas de famille. Mais c’est le genre de choses qui égaye ma journée.

Même si c’est loufoque, parfois inattendu, souvent complètement inutile, je trouve qu’il y a une certaine forme de beauté dans la créativité bouillonnante que peut susciter un artiste ou une série chez ses fans. Quand celle-ci s’exprime de façon positive évidemment. Il y a quelque chose de magique qui m’émerveille toujours dans cette sorte d’émulation collective.

Et pour résumer le fond de ma réflexion sur cet article et ce sujet, je laisserais la parole à Arthur.

Geek Inside : tribulations, réflexions & complications

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

37 commentaires Laisser un commentaire

  1. « D’autres par désespoir, iront se jeter dans Elementary et y trouveront peut-être un substitut. »

    LOL! bon moi j’ai d’abord regardé Elementary avant de me jeter sur Sherlock. enfin la série..
    tu sais qu’il n’est pas rare que je me réveille le matin avec la musique de Sherlock en tête? pourtant ça fait bien 15 jours que j’ai terminé la série ^^
    ça sent l’addiction hein?

    Aimé par 1 personne

      • XD Il y a des sketch quej ‘apprécie d’autre pas dutout. J’aime bien les dernières saisons par contre vue que celles-ci sont plus travaillés, plus longue, plus dramatique que les premières ou ça envoie des vannes pourrit toutes les 15 secondes XD. en faite j’aime bien Alexandre Astier, mais les autres par moment ils m’agacent et me passent littéralement par les trous de nez tellement ils ont un rôle con XD Tu me dira c’et le but.

        Aimé par 1 personne

      • Ah enfin quelqu’un qui apprécie l’aspect dramatique des dernières saisons et le travail artistique fait dessus. Personnellement j’aime l’ensemble car j’y vois une évolution graduelle de l’histoire et de la psychologie d’Arthur. Mais ce tournant dramatique avait gêné pas mal de gens. Nous sommes assez peu à l’apprécier à sa juste valeur j’ai l’impression.

        Aimé par 1 personne

      • Pourtant c’est ce que je préfère, car le début de la série me passe réellement par les trous de nez XD Mon copain regarde régulièrement, par moment ça passe et par moment je me dit « mais comment on peut être aussi nul » Ca prouve d’une certaine manière que la série est bien faite au final XD

        Aimé par 1 personne

  2. « D’autres par désespoir, iront se jeter dans Elementary et y trouveront peut-être un substitut. » XD C’est pas la même limonade, mais pourquoi pas !
    Je reste craintive tout de même, faut bien l’avouer, sur ce que Dieu va nous pondre dans cette suite (qui n’est pas encore dans la boîte). Je vous entends déjà me crier « HERETIQUE ! AU BUCHER! » Mais ça fait partie de la panoplie de la fan que de ressentir de la peur, de l’appréhension et du doute. Et je reste sur mes gardes comme le cul de la poule de Kadoc. Au cas où.

    Aimé par 1 personne

    • Comme le cul de la poule à Kadoc, je sens que cette image va en laisser plus d’un perplexe. Sache que mêmes les plus rodés des fans de Sherlock appréhendent ce que ces 2 là peuvent nous inventer. A chaque fois que Moffat ouvre la bouche en interview, je flippe. A chaque fois que Mark Gatiss sourit avant de répondre en convention je balise. Et je ne sais pas si tu as lu ses aventures de Lucifer Box (sinon je t’y encourage + que vivement) mais quand on sait ce qui se passe dans cette petite tête britannique, on a beau en rire, on se dit que Sherlock a intérêt à s’accrocher aux boutons de sa chemise (qui sont déjà bien en peine les pauvres !) Pourtant je les aime mes deux psychopathes. Mais ils sont barrés, faut être honnête.

      Aimé par 1 personne

      • Je ne suis pas Sherlock Holmes, mais je ne rate pas des indices pareils. Tu me vois au regret de décliner l’invitation 😛
        Blague à part, ces dernières semaines il y avait la diffusion de Sherlock sur France 4 le jeudi et Elementary (sur M6?) le vendredi. Ben perso même si ce sont des séries très différentes, je serais bien en peine de déterminer une préférée. Ca se regarde bien et généralement ils ont des cas bien tordus pas trop mal ficelés. Les deux Sherlock sont horripilants. Mais j’aime bien Lucy Liu, alors que pas mal de persos secondaires de Sherlock me tapent sur les nerfs aussi. Possible qu’Elementary s’éloigne plus de l’original, mais n’étant pas une puriste, je considère les deux comme des séries procedural n’ayant que quelques éléments en commun avec Conan Doyle. Des fan-fictions en feuilleton, quoi.

        Aimé par 1 personne

      • Et c’est justement sur ton dernier point que tout diffère. Car d’un point de vue adaptation du canon, Sherlock est largement au dessus et Elementary par contre prend énormément de liberté. Je ne suis pas contre du renouveau et de l’originalité mais il y a des éléments sur lesquels on ne peut pas transiger comme le personnage de Moriarty par exemple. En revanche je suis une grande fan des films de Guy Ritchie qui sont pourtant bien décalés et allumés en la matière mais qui respectent les éléments clés.

        Aimé par 1 personne

      • Pour le coup (là je vais vraiment me prendre une bûche mais je ne dis pas ça exprès pour te faire enrager en vengeance contre le tag XD ), je préfère la Moriarty d’Elementary. En plus j’aime bien l’actrice. 😉
        Parce que pour être tout à fait honnête, l’autre fait partie de ceux qui me tapent sur les nerfs. Ca n’aide pas à l’appréciation d’une série quand la moitié des persos te donnent envie de les claquer et de les voir disparaître ^^

        Ce qui est drôle, c’est que j’étais partie avec pas mal d’a priori négatifs sur Elementary parce que le changement de sexe de Watson m’apparaissait comme une concession à la modernité « pour le buzz ». Mais l’important comme toujours c’est comment c’est traité, et finalement je pense qu’ils se sont donné plus de libertés et « ran away with it » pour au final faire leurs propres personnages qui tiennent debout.
        Mais j’imagine que c’est comme quand on regarde n’importe quelle adaptation suivant qu’on ait lu l’original ou pas : y a des cas où on hurle à la trahison, d’autres où on se dit « C’est pas comme dans le livre mais je suppose qu’ils étaient obligés pour l’adapter à l’écran », et d’autres où on se dit « pas mal du tout ».

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :