Freaky Friday : Be Yellow

En 2004, arrivait sur nos écrans un film complètement déjanté, absolument barré qui allait remettre la couleur jaune au top des tendances.

Répliques cultes, casse et mouvements de mèche stylés, le personnage délirant inventé par Jean Dujardin allait squatter pour un moment nos esprits, notre langage, nos tics, nos manies mais aussi nos refrains.

Basée sur la chanson Give me the night de George Benson sortie en 1980…

Jean Dujardin va nous inventer une B.O 100% yellow qui nous colle encore aux neurones.

Mettons que je l’ai bien remise en tête, passons à la grande question :

Pourquoi c’est  freaky ?

Tube et remix yellow

A partir d’un tube des années 80, Jean Dujardin pond une rengaine moderne qui colle totalement à son personnage de Brice. Un casse funky qui fait un hit alors que les parole, en accord avec la psychologie caricaturale du personnage, ne cassent pas trois pattes à un canard. Cependant Dujardin ne faisant jamais rien à moitié, a l’intelligence de jouer sur les sonorités (cash/casse/Brice) et les répliques cultes du personnage. A l’arrivée, ça donne un truc marrant et rythmé, alors on se laisse embarquer, sans même avoir compris comment.

La potion de la chansonnette qui reste dans la tête…

Le moins que l’on puisse dire c’est que tout ça fonctionne limite un peu trop bien. Plus de dix ans après sa sortie, Brice hante toujours nos mémoires avec cette rengaine. Deux accords, une réplique et le disque s’enclenche de lui-même sur la platine et tourne en boucle. Moi-même je me suis surprise à fredonner cette chansonnette à mon insu, alors même que je n’ai pas revu le film depuis des lustres. Une forme de boomerang mémoriel sournois.

Comment cela  ? Vous pensez que cela vient de moi ? Possible… Mais nous verrons combien d’entre vous l’auront dans la tête ce soir, après avoir lu cet article… Fourbe moi ? Allons donc ! Soyez Yellow !

Bon week-end !

high-functioning-sociopath-with-your-number.png
La tête de June à la fin de l’article.

Freaky Friday

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

11 commentaires Laisser un commentaire

  1. Mon dieu… Que je n’aime pas ce film :/
    Tu va dire qu’à chaque fois que je commente, c’est pour être négatif mais… J’ai trouvé ce film si nul ! Enfin, c’est peut-être moi qui suis passé à côté 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :