Les Grandes Médiévales d’Andilly

Copyright: http://www.lepetitpays.com/

Cela fait un moment que je vous cause costumes et préparatifs, eh bien ce samedi était le jour J.

Avec mes valeureuses et prestigieuses compagnes, le Tanuki et Le Charmant Petit Monstre nous nous sommes parées de nos plus beaux atours, paillettes, peaux de bêtes, fleurs et armes et nous sommes parties à la conquête des Grandes Médiévales d’Andilly.

La préparation.

Nous avions décidé d’y aller costumées, aussi cela faisait-il plus d’un mois que c’était le mode Atelier Loisirs Créatifs dans mon salon mais pas que. Les petites mains du Tanuki et de l’Alter Ego se sont activés d’arrache-pied pour tailler, couper, coudre, poncer, polir tout ce qui était nécessaire. Pour le coup, l’Alter Ego s’est senti pousser des ailes niveau créativité, ce qui ne lui était pas arrivé depuis des lustres. Perfectionniste, il a assuré jusque dans les moindres détails. La poignée de l’arc a été gainée de cuir et il a bien entendu ajouté la corde et un fourreau pour le caler, accroché dans le dos. Bref, Legolas ne m’arrivait pas à la ballerine. Sauf que lui il avait des flèches. Surtout que le Tanuki m’avait fabriqué une cape à rendre vert de jalousie un Hobbit. S’il n’avait pas fait 26°! Damned ! 

Le Charmant Petit Monstre s’est lancé dans la cousette de fleurs, le Tanuki à la sculpture en papier mâché et j’ai du cherché longuement au fond de ma mémoire les technique de broderie de ma grand-mère.

Plus jamais je ne brode sur de la satinette. Plus JAMAIS !

Bref, on était parés ou presque, parce qu’évidemment au jour J il y a toujours un truc qui part en saucisse. Mais ça c’est une autre histoire…

Les Grandes Médiévales.

Qu’est-ce-que les Grandes Médiévales d’Andilly ? Vous allez me répondre : C’est un truc genre Puy du Fou non ? Oui en gros. Mais en plus petit, donc moins commercial. Quoique, ça prend de l’ampleur cette affaire : 54 000 billets vendus sur deux week-ends cette année.

C’est un festival médiéval logé sous les arbres de la petite forêt d’Andilly, qui rassemble 500 artistes, un millier de figurants pour vous offrir une plongée dépaysante et féerique dans le Moyen-Âge

Montreur d’ours, fous et bouffons, gueux et fées, simples servantes, damoiseaux, gentes dames, elfes, sorcières, trolls, orc et dryades parcourent ces chemins. Nous avons même croisé un dragon précédé par une compagnie de cracheurs de feu.

Oui mes enfants, un dragon ! Un vrai, un beau, assez débonnaire.

Au cours de vos pérégrinations, vous pouvez vous arrêter pour vous entraîner aux armes avec des maîtres avertis au camp des archers ou au parvis de l’artillerie, éblouir vos mirettes avec le montreur d’ours, les acrobates ou le vol des rapaces. Dégourdir vos zygomatiques devant quelques saltimbanques ou vous réjouir les oreilles de musique avec les troubadours. Admirer des chevaliers bien faits de leur personnes prendre leur bain ou vous même marier à la façon médiévale. Mais le cœur des réjouissances reste les joutes des preux chevaliers en combat courtois se disputant la faveur d’une noble damoiselle.

Au détour d’un chemin, vous pourrez déguster un savoureux cochon rôti à la broche, quelques volailles rôties, une omelette aux herbes ou quelques crêpes, sans oublier un divin breuvage pour étancher votre soif sous cet ardent soleil: bières de toutes sortes, même au génépi, hydromel, cidre ou simple mais délicieux jus de pommes.

Mais ne traînez point car bien des merveilles vous attendent encore sur ces chemins et la foule est dense.

Respectant le savoir faire de l’ancien temps, de nombreux artisans vous éblouiront de leur habileté. Forgerons, selliers, tailleurs de pierre, souffleurs de verre, vanniers et bien d’autres risquent fort de vous aider à alléger votre bourse par les milles tentations issues de leur talent.

Chemin faisant d’étranges sonorités, des musiques exotiques captent votre attention. Ce sont là des invités venus de contrées lointaines pour animer la fête de leur chants et traditions. L’île de Pâques, la Mongolie et cette année l’Irlande passent vous charmer aux Grandes Médiévales. Dans l’arène désertée par les chevaliers, des musiques entraînantes font danser les chalands ravis. La fraîcheur du soir se pose.

Diable mais il se fait tard ! Pressons-nous sinon nous ne verrons pas les festivités pour célébrer les 20 printemps de Damoiselle Aurore.

La foule bruisse et converge vers le même point. On cherche des places. On improvise. On se coince dans un coin, se hisse sur un banc ou une table en équilibre chancelant. La nuit enveloppe la forêt de velours. Le silence se fait laissant place à l’émerveillement. La magie opère. On s’émerveille, on frissonne…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Grandes Médiévales d’Andilly ont  eu 20 ans cette année et malgré une météo capricieuse et toutes les problématiques/impondérables liés à ce type d’événement, elles font toujours rêver. Et on souhaite qu’elles le fassent encore longtemps.