Freaky Friday : Rainbow… and drug ?!

Cela faisait bien longtemps que nous ne nous étions pas penchés sur les génériques de dessins animés qui ont marqué notre enfance. Les vacances m’offrent l’occasion idéale pour vous en ressortir un petit de derrière les fagots. Un cru japonais 1982 qui envoyait du lourd.

Ah Gigi ! Ses cheveux  roses ! Ses grands yeux innocents. Ses personnages colorés. Son sucre d’orge magique. Ses transformations. Ses fringues qui disparaissent…

De quoi ?!  Mais ? Mais elle est toute nue la petite là ?

Hé oui, la magie des dessins animés d’enfants des années 80 où tu pouvais avoir un générique mièvre  avec des paroles aussi culcul la praline que :

« Gigi oh Gigi
Personne ne sait d’où tu viens
Tu nous crées un monde angélique
Où tout devient féérique
C’est grâce à toi Gigi ! »

Et une petite fille qui se sert d’un sucre d’orge magique pour se transformer en jeune femme, en passant par la case Tahiti douche. Le tout en flottant sur des bulles colorées. Tout cela prête le flan à des interprétations freudiennes et à la consommation de stupéfiants. Et je passe sur la symbolique phallique du sucre d’orge qui fait d’elle une jeune femme quand elle s’en sert… Je vous laisse réfléchir là-dessus.

Tu m’étonnes que :

« Gigi, quand tu viens
On est si bien
De cet autre univers
Tu viens souvent sur Terre
T’es une fée sympatique
C’est toi, Gigi »

Je vous le dis, ça sent la drogue tout cette histoire. La drogue et le trip communauté hippie post-année 70. Je suis sûre qu’il y a des licornes dans cette histoire. Et la vérité c’est que Gigi était une marchande de bonbons qui dealait en douce. Et puis c’est tout !