Freaky Friday : Oh Happy Days !

Pardonnez-moi mes frères parce-que je vais honteusement tricher sur ce Freaky Friday.  Mea Culpa. Profitant d’une bande originale  atypique, je vais revenir sur un film sans prétention. Une comédie bon enfant mais qui aura marqué la carrière d’une actrice et laissé sa petite touche dans le paysage du cinéma des années 90.

Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, levez les bras vers le ciel et entonnez avec moi en choeur…

Pourquoi c’est Freaky ? Des tas d’excellentes raisons.

  1. Ça aura rendu la musique religieuse ultra cool et les chorales tendance.
  2. Ça aura remis le gospel à l’honneur.
  3. Le rôle de Dolores aka Soeur Marie Clarence restera à jamais indissociable de l’aura énergique et généreuse de Whoopi Goldberg.
  4. C’est un film emblématique des années 90 dans le style, les costumes, les coiffures, les référence. On dirait un instantané, un moment capturé.
  5. Même une grosse hérétique comme moi prend un immense plaisir encore aujourd’hui à ré-écouter cette bande originale.
  6. D’ailleurs pas besoin d’être croyant pour que ça dynamise ta journée.

Avec ses allures de comédie musicale décalée, Sister Act et Sister Act 2 embarquent dans leurs divins castings, outre Whoopi Goldberg, la non-moins divine Maggie Smith, la toute jeune Lauryn HillKathy Najimy, James Coburn, Harvey Keitel.  Pas beaucoup de grands noms mais une énergie formidable qui se émane du film.

Il faut dire que toute cette histoire partait d’un pitch un peu farfelu. Une chanteuse de cabaret, témoin d’un meurtre, cachée en immersion chez les bonnes soeurs et qui reprend en main la chorale… On ne partait pas sur de grandes remises en question psychologiques mais l’idée avait de quoi piquer la curiosité.

Mais c’est la musique qui va véritablement faire un succès du film . Reprenant des chants religieux parmi les standards de la musique américaine des années 60, soigneusement ré-orchestrés au goût du jour, la bande originale s’avère tout simplement miraculeuse. Un véritable shoot de bonne humeur, d’énergie et d’espoir.

La rencontre de ce scénario loufoque avec cette musique est un cocktail gagnant. Le premier opus est d’ailleurs nommé aux Golden Globes et au Festival de Deauville. Marquant l’inconscient collectif, le film est adapté en comédie musicale sur scène vingt ans après sa sortie et connaît un grand succès et tourne toujours actuellement dans plusieurs pays. Un an auparavant, en 2011, le Time Out London le classe toujours dans les cent meilleures comédies. Si ça ce n’est pas freaky ! Mais après tout, quel autre destin pour une histoire dont le premier volet se terminait devant le Pape himself !

Aussi étrange et freaky que cela paraisse, Sister Act est un petit miracle de film, un ovni improbable, excentrique qui a su conquérir le public. Si Whoopi Goldberg a su démontrer son talent d’actrice par différents registres et des rôles bien plus profonds comme dans La Couleur Pourpre, à mes yeux le film n’aurait pas eu le succès qu’il a obtenu, si elle n’avait pas empli le personnage de Dolores aka Soeur Marie Clarence de toute sa gouaille, son énergie et sa générosité. Bien qu’elle ait eu des prises de positions en tant qu’animatrice télévisée discutables ou controversées, c’est l’actrice talentueuse autant que la femme engagée que j’avais aussi envie de saluer avec cet article.