Carnets de voyage #5 

Attention, June & Cie ne peut être tenu pour responsable de toute dépression météorologique suite à ce billet. Que je t’explique, ami lecteur, ceci :

n’est pas le carrelage de ma salle de bain. C’est le ciel aujourd’hui. 

Selon MétéoFrance, au départ, il allait pleuvoir… C’est flagrant non ?

Journée idéale donc pour mettre le cap sur mon petit coin de paradis sur terre : l’Îlet Gosier.

Cet endroit j’y ai mis le pied pour la première fois à l’âge de quinze ans et ça a été le coup de foudre. C’est mon refuge. Un petit écrin de soleil et de solitude à cinq minutes de la côte. Autant dire le bonheur pour une allergique de la foule comme votre dragon.

C’est beau et sauvage comme un morceau de bout du monde. Devenu depuis 2003 une réserve naturelle, l’endroit est aussi un site archéologique. Habité jusqu’en 1989, par les gardiens de phare, Les habitations situées à la pointe Sud, à côté du phare sont désertées suite aux ravages du cyclone Hugo. Le phare quant à lui a été reconstruit à trois reprises depuis 1852 et automatisé grâce à l’installation de panneaux solaires en 1991, mettant fin au gardiennage.

On peut accéder à la première terrasse extérieure du phare. Elle offre un superbe panorama sur l’océa, les pointes des deux parties de l’île Grande-Terre à gauche, Basse-Terre à droite.

Les vagues se brisent sur la barrière de corail près de l’île, offrant à cette dernière des plages en forme d’havre de quiétude.

Eaux claires et sables chauds pour le farniente mais aussi site de choix pour chausser masque, palmes, tuba et observer à peu de frais une multitude d’espèces sous- marines. Dès les premiers pas dans l’eau de petits poissons blancs et argentés viennent vous souhaiter la bienvenue.

Une autre singularité vous attend. Ce bateau échoué depuis le cyclone Hugo (1989) a pris plus de vingt ans à rejoindre le rivage de l’îlet au gré des houles et des courants.


Le voilà maintenant arrivé à bon port, enfin posé sur le sable doux.

Au gré des baignades, pique-nique et exploration, la journée se passe agréablement. Et déjà il est l’heure de reprendre le bateau navette pour regagner la côte sur d’ultimes éclats de soleil et de ciel bleu.

À savoir :

  • Un bateau navette fait le lien toutes les 30min au prix de 5€ A/R. Le dernier bateau part de l’ilet entre 17h30 et 18h
  • L’embarcadère se situe dans la crique au pied du calvaire, dans le bourg de la commune du Gosier.
  • Il est préférable d’éviter les week-ends et vacances scolaires si on veut profiter du calme de l’îlet.
  • Il est possible de manger sur l’îlet, Un petit restaurant propose entre autres poulet et poisson grillés.
  • Si l’îlet est agréablement ventilé par les vents du large, il est préférable de bien boire et de ne pas oublier la crème solaire. Et prenez garde aux oursins noirs si vous partez en exploration sous-marine.
  • La traversée à la nage est possible mais à réserver aux excellents nageurs en raison des courants.

12 commentaires

  1. Je vois bien de quoi tu veux parler. Alors, ici, il pleut…
    Les infos sont totalement déprimantes.
    J’ai très hâte de partir quelques jours la smeaine prochaine (enfin!) en amoureux vers une destination bcp plus proche et bcp moins chaude (Berlin).
    Mais partir.
    Ps: Profite bien …
    Mais bon, je te déteste un peu ^_^
    Juste un peu

    Aimé par 1 personne

  2. Ping: Carnets #12

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s