Freaky Friday : Driving slow on Sunday morning

Des mélopées tendres et tristes, un peu nostalgiques pour ce long weekend de fête des mères. Dans le milieu des années 90, émerge une jeune chanteuse talentueuse et décalée du nom de Teri Moïse. D’origine haïtienne, la jeune femme a quitté Los Angeles pour Paris qu’elle avait découvert pendant ses études à la Sorbonne.

En 96, elle semble avoir trouvé sa voie et émerge sur la scène française avec ces deux titres doux-amers aux sonorités soul, dans les paroles desquels elle mêle espoir et une étrange lucidité, reflets de sa grande sensibilité et son intelligence.

La carrière de l’artiste semble toute tracée mais les choses tournent court en raisons de divergences avec sa maison de disque et de problèmes personnels.

En mai 2013, Terri Moïse disparaît mais ses mélodies ont définitivement marqué les années 90 et pour ceux qui ont connu cette période, elles resurgissent parfois comme un étrange parfum du passé… Doux et un peu entêtant à la fois.