Throwback Thursday de Bettie Rose # 33 : This is war.

Je ne sais pas si c’est l’approche d’Halloween ou la luminosité qui baisse, mais il n’est pas joyeux le thème de notre pin-up au flamand rose 2.0 Bettie Rose Books cette semaine. Je vous dirais même que dans le contexte actuel, il m’angoisse. Il faut dire que j’ai un peu pris le thème au pied de la lettre.

Bon ben, la fleur au fusil, le drapeau blanc dans la poche…

Présentez livres. Chargez !

Les tranchées livresques de June.

A l’évocation de ce thème, il y a un livre qui s’est imposé d’office. Pas bien original je vous l’accorde, mais c’était d’une telle évidence.

téléchargementEditions 10/18. Parution : janvier 2011. Prix : 8.80€

Londres. janvier 1946. Tandis que l’Angleterre panse douloureusement ses plaies, Juliet Ashton, jeune écrivain en plein succès, cherche en vain le sujet de son nouveau livre entre les décombres de la guerre et les tickets de rationnement.

Par le hasard du changement de mains d’un livre lui ayant appartenu, elle entre en contact épistolaire avec un singulier cercle littéraire, né à la faveur de la guerre sur l’île de Guernesey.

S’entame alors une bien étrange correspondance au fil de laquelle elle fait peu à peu la connaissance des différents membres.

Leurs discours croisés lui font découvrir comment la réalité de la guerre et de l’occupation dans les îles Anglo-normandes a pu donner naissance à quelque chose d’aussi improbable qu’un club de lecture au nom étrange.

Intriguée, Juliet décide de leur rendre visite pour approfondir ses recherches dans l’idée d’un roman. Elle ignore encore que ce qui lui reste à découvrir de l’histoire meurtrie de Guernesey et ceux dont elle va croiser le destin vont bouleverser sa vie.

Plus que la guerre elle-même.

Un coup de coeur à retrouver en chronique ici

De façon poétique, un autre ouvrage plus dur, plus cru m’est venu à l’esprit. Un recueil de témoignages qui dit l’atroce vérité de la guerre.

41EnO759SmLEditions Librio. Parution : octobre 2013 (nouvelle édition) Prix : 3€

Ils avaient dix-sept ou vingt-cinq ans et étaient palefreniers, boulangers, colporteurs, ouvriers ou bourgeois. Ils devinrent soudainement artilleurs, fantassins, brancardiers… Voyageurs sans bagages, ils durent quitter leur femme et leurs enfants, revêtir l’uniforme mal coupé et chausser les godillots cloutés… Sur huit millions de mobilisés entre 1914 et 1918, plus de deux millions de jeunes hommes ne revirent jamais le clocher de leur village natal. Plus de quatre millions subirent de graves blessures. Huit mille personnes ont répondu à l’appel de Radio France visant à collecter les lettres, jusqu’ici éparpillées, de ces poilus. Cet ouvrage en présente une centaine. Des mots écrits dans la boue et qui n’ont pas vieilli d’un jour. Des mots déchirants, qui devraient inciter les générations futures au devoir de mémoire, au devoir de vigilance comme au devoir d’humanité...

Que vous dire de ce livre sinon que ce n’est pas une lecture facile mais qu’elle est bouleversante. Ces lettres racontent des hommes au coeur de la guerre. De toutes origines, de toutes sortes. Elles portent leur histoire, leurs rêves, leurs angoisses et cette peur de la mort, ce parfum d’enfer qui flotte entre les lignes, enveloppé d’une note d’espoir : celui de revenir.

Les tranchées cinématographiques de June.

Allons-y pour une fresque chronologique de la guerre au cinéma. Des héros, de l’amour, des moments de grâce, des navets aussi, l’enfer, le feu et les armes.

Bataillon # 1

18377458.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réal Wolfgang Petersen (2004)

Bataillon # 2

24157

Réal Ridley Scott (2000)

Bataillon #3

18450187.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réal Christian Carion (2005)

Bataillon #4

042253_af_us.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Réal Steven Spielberg (1998)

Bataillon #5 (Hors ligne temporelle)

affiche2. LOTR

Réal Peter Jackson (2002)

Joyeux trève du Throwback Thursday à tous ! Et n’oubliez pas d’aller fraterniser sur les autres blogs participants. Vous pouvez les retrouver à la fin de l’article de Bettie Rose Books.

 

14 commentaires

  1. « My name is Maximus Decimus Meridius, Commander of the Armies of the North, General of the Felix Legions, loyal servant to the true emperor, Marcus Aurelius. Father to a murdered son, husband to a murdered wife. And I will have my vengeance, in this life or the next. »

    GLADIATOR QUOI 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s