Le p’tit bonheur # 6

« Cette idée de billet pleine de poésie et philosophie a été initiée par mon amie Pause Earl Grey. Une incitation pleine de douceur à profiter pleinement de la vie en racontant un petit quelque chose qui nous a rendu heureux cette semaine. »

quotes, Barney Stinson, How I met your mother, Awesome quotes
Source

Mon  grand p’tit bonheur de la semaine aura été de recevoir mes commandes de thé de Noël et de me lancer dans les dégustations. Même le nez bouché et la tête en vrac, un bon thé (et un bon plaid, n’est-ce pas Mimine ?) ça arrange tout.

IMAG0496[1]

On aura l’occasion de débriefer sur tout ceci pour l’Instant Thé vendredi prochain.

Dans la série Esprit de Noël y-es-tu, nous avons aussi fêté la Saint Nicolas. Alors avant que Mimine ne vienne nous sortir des versions à la Stephen King avec un vieux qui voyage en âne en noyer des enfants et leur trancher les doigts, je vais rappeler rapidement l’origine de cette légende : Saint Nicolas est une tradition qui remonte au Xème siècle et qui est célébrée notamment dans les régions et pays de l’Est, comme en Allemagne, en Belgique, dans certains cantons suisses, en Pologne, au Luxembourg, en Alsace, en Lorraine ou dans le Nord Pas de Calais, mais aussi un peu partout en Europe, y compris à Chypre. 

Cette tradition se base sur la légende de Saint Nicolas de Myre, évêque de son état, d’où la tenue traditionnelle du personnage. Ce saint aurait ressuscité trois enfants perdus assassinés par un boucher appelé Pierre Lenoir (Peter Schwartz) qui les aurait découpé en morceaux et mis au saloir (D’où la version Stephen King de Mimine). Une fois les enfants ressuscités, Saint Nicolas (pas content du tout) enchaîna le boucher à son âne et par extension celui-ci devînt… Le Père Fouettard.

Saint Nicolas lui est le saint patron de la Lorraine, mais aussi des écoliers et des navigateurs. Il passe le 6 décembre pour distribuer gourmandises, friandises et cadeaux aux enfants sages, tandis que Pierre Lenoir distribue aux chenapans des morceaux de charbon et des martinets. Il est recommandé de laisser devant sa maison du chou ou des carottes pour inciter l’âne sur lequel voyage Saint Nicolas à s’arrêter. On dit également que ce n’est qu’à la Saint Nicolas qu’on peut faire le sapin si on veut qu’il tienne jusqu’à Noël.

Vous l’aurez deviné ou vous le saviez mais Saint Nicolas est l’ancêtre du Père Noël. En effet par extension son nom Saint Nikolaus ou  Sinterklaas en Belgique ou aux Pays Bas a donné Santa Klaus. Le Père Noël a d’ailleurs hérité de la fameuse houppelande rouge et de la grande barbe blanche des représentations de Saint Nicolas.

Ceci était le Point Culture & Bonheur.

Enfin dernier plaisir, découvrir le nouvel album de Lindsey Stirling, Warmer in Winter pour se mettre dans l’ambiance des fêtes. J’adore écouter son violon me parler, c’est magique.