Have you met David ?

Fiche signalétique.

david-tennant-doctor-who
Source/ ©BBC

Nom complet : David John McDonald

Profession : Acteur, comédien, présentateur.

Né le : 10 avril 1971.

Signes distinctifs : EcossaisThe Doctor. Bouille d’écureuil. Ten de son p’tit nom.

Lettre ouverte à David Tennant

ou

Portrait d’un acteur emblématique.

Cher Ten,

Oui, Ten, pas de chichi entre nous, appelez-moi donc June. 

Je m’étais promis de faire à votre sujet un beau Have You Met posé, sérieux, argumenté. Le truc carré et constructif. J’avais même fait un plan assez précis.

J’avais prévu de parler de votre carrière sur les planches, notamment avec la Royal Shakespeare Company depuis 2008. De vos performances en Roméo, TartuffeHamlet ou Richard II pour n’en citer que quelques unes parmi les plus remarquables. Je me serais d’ailleurs attardée sur votre remarquable capacité à vous métamorphoser, à changer de peau pour devenir un sombre psychopathe sur scène.

Claudius, played by Patrick Stewart, prays desperately for his soul while Hamlet decides what to do next
Source / © Alastair Muir

Le théâtre qui vous offre vos premiers pas professionnels dans votre vocation d’acteur. Une vocation précoce d’ailleurs. Très précoce. Vous aviez quoi ? Trois ou quatre ans ? Lorsque vous avez décidé devant votre écran de devenir le Docteur. Voilà ce qui s’appelle une sacrée intuition. Et vous n’avez jamais lâché l’affaire, intégrant à seize ans la Royal Scottish Academy of Music and Drama de Glasgow. Vous auriez pu vous tromper. Devenir un comédien raté, un artiste aigri. Mais non ! Car vous êtes doué. Magnifiquement doué, petit chenapan !

J’aurais pu parler de vos multiples projets, de vos talents pour le petit ou le grand écran, rappeler combien vous étiez inquiétant dans Harry Potter & The Gobelet of Fire ou drôle dans How to train a dragon. Je n’aurais pas manqué de mentionner également les multiples et excellentes séries où vous démontrez l’ampleur et la qualité de votre palette de jeu comme Broadchurch ou Jessica Jones. Poursuivant dans ma lancée, j’aurais pu aussi dire combien je jubile à l’idée que vous incarniez Crowley dans la série Good Omens, tirée de l’oeuvre éponyme de Neil Gaiman. J’aurais alors ajouté que c’était là un coup de génie de vous choisir pour ce rôle, quand on voit votre travail dans Jessica Jones.

De là, j’aurais pu enchaîner pour expliquer à quel point votre carrière démontre que vous êtes polyvalent, vous essayant à tous les registres, vous frottant à tous les genres, que ce soit à la radio, à la télévision, au cinéma. J’aurais pu alors argumenter pour prouver l’étendue de votre talent et de votre sensibilité d’acteur avec force d’exemples.

J’aurais pu dire tout cela…

Mais voilà mon cher Ten, comment parler de vous, sans que mon petit coeur de Whovian ne soit dévoré d’un enthousiasme totalement objectif. Si si, vous avez bien lu : objectif. Car il est basé sur une longue étude.

Vous êtes le dixième docteur. Comme si le destin avait fait un clin d’oeil à votre pseudonyme d’acteur (Ten /Tennant).

Le Docteur qui tombe amoureux.

Le Docteur qui ne veut pas partir.

giphy (1)
SOURCE 

Vous êtes comme un point d’équilibre entre toutes les régénérations.

Même si j’ai une tendresse particulière pour chaque interprète, vous avez une place  bien particulière. Pour vous confesser toute la vérité et rien que la vérité, je n’ai pas commencé mon voyage dans le temps et l’espace avec vous mais avec Matt Smith au détour au hasard d’une aventure avec Van Gogh. Pourtant, reprenant les choses dans l’ordre, c’est vous et vous seul qui m’avez incité à poser mes valises dans le Tardis définitivement.

Vous avez repris et développé avec brio ce que Christopher Eccleston avait initié dans la première saison de la nouvelle série. Avec sensibilité, vous avez donné une part de vous au Docteur, cette part profondément humaine. Vous avez joué des paradoxes du personnage, raconté dans chaque regard sa dualité. Car ce n’est pas toujours facile d’être un Seigneur du Temps. Vous avez su vous emparer du personnage avec respect, ayant toute conscience de la place qu’il occupe dans la culture  geek et britannique. Quand on vous voit dans ses Converses, accoudé au Tardis, on se dit que votre intuition d’enfant était une évidence. Vous étiez né pour être le Docteur et vous avez fait de moi une Whovian.

Je vous suis reconnaissante d’avoir fait ce personnage plus beau, plus drôle, plus touchant encore, mais je suis encore plus reconnaissante à Doctor Who de m’avoir permis de découvrir un acteur si talentueux.

Mon cher Ten, il y a une aura qui émane de vous lorsque vous jouez qui fait qu’on embarque les yeux fermés, en totale confiance. On a envie de vous suivre, peu importe l’histoire, peu importe la situation On croit tellement en vous que l’on n’a aucun mal à vous suivre lorsque vous débarquez d’un Tardis en disant :

Résultat de recherche d'images pour "Gif  Doctor Who Come with me"

Alors, comme vous savez si bien nous mettre des étoiles dans les yeux, continuez de briller sur le petit et le grand écran. Quant à moi, je vous attends au tournant pour de Bons Présages (Good Omens), rendez-vous en 2019…