La séance classique by Mimine : Notre Dame de Paris

 

Or donc, dans un temps pas si lointain, Mimine (aka Charmant Petit Monstre lit tout cru) avait motivé Déjeuner sous la pluie pour aller vers l’infini et au-delà, à la conquête d’un monument de 660 pages (hors notes)  : Notre Dame de Paris, de Victor Hugo.

©Charmant Petit Monstre

Au final, ça donne du grand, du beau Mimine. Du Mimine des grands jours, en mode Valérie Damidot, qui te maroufle du classique à la pelleteuse. Une chronique hilarante mais enthousiaste qui rend justice à l’oeuvre avec un humour décapant et une analyse de fond.

Le genre de chronique qui bousille ton enfance (si tu n’avais pas lu l’oeuvre) mais qui motiverait une armée de lycéens en parcours scientifique à lire le bouzin. Oubliez les manuels scolaires et les analyses commentées, Mimine est dans la place avec une plume gouailleuse acérée. Personnages, contexte, style, rien ne lui aura échappé. Et si ça, ça ne vous motive pas à lire Notre Dame de Paris, vous êtes une cause perdue, car cette chronique est un monument à elle-seule.

C’est bien, c’est beau, c’est B… C’est Mimine !

Résultat de recherche d'images pour "gif révérence"

Mimine revient après une petite absence qui lui a permis de faire le plein de lectures, dont une en commun avec ma copine Maned Wolf de Déjeuner sous la pluie (<= son avis). Et là mes p’tits loups, disons que niveau lecture, on a tapé dans du sacrément lourd, dans de l’ambitieux, dans du pétage intellectuel, bref dans du classique.

Une lecture commune qui tombait à pic, je vous avoue, puisque je n’avais jamais lu Notre Dame de Paris (la meuf elle a fait Lettres Modernes, hein), alors qu’enfant des années 90, j’ai eu comme tout le monde l’impression de connaître déjà l’histoire, quand le bossu était hype tendance :

  • le dessin animé de Disney,
  • la comédie musicale (premier CD que j’ai acheté de ma poche) (en ce moment, en hommage à cette période de l’enfance béni des dieux j’écoute l’album) (« il est venu le temps des CATHEDRALEUH »)
  • et le…

View original post 2 401 mots de plus