Escapade au Musée d’Orsay

Petit historique rapide : où le lecteur apprend où l’on va et pourquoi.

Le Musée d’Orsay et de l’Orangerie est un lieu singulier puisque c’est un musée dans une gare. En effet, il a pris la place de l’ancienne place d’Orsay construite en 1900 pour l’exposition universelle. D’où ses grandes verrières lumineuses qui lui donnent ce caractère si particulier, ainsi que ses superbes façades et ses remarquables horloges.

Situé face aux Tuileries, ce musée national fondé en 1986, a pour vocation de montrer, je cite, « dans toute sa diversité, la création artistique du monde occidental de 1848 à 1914. » Cependant ses collections sont en perpétuelle évolution et se balader au Musée d’Orsay c’est se promener dans une image riche et diverse de l’Histoire de l’Art, de la sculpture à la photographie, en passant par le cinéma, les arts décoratifs et bien évidemment, la peinture.

Ainsi vous pourrez y croiser, en expositions permanentes ou temporaires, aussi bien Picasso (exposition en cours jusqu’au  6 janvier/ infos) que Delacroix, Monet que Ingres, Renoir père et fils (exposition à partir du 6 novembre /infos), Millet, Cézanne, Degas, Courbet, Pissaro, Sisley et bien d’autres…

Réalisme, impressionnisme, antiquité, art nouveau, d’une aile à l’autre du musée, on se balade agréablement entre les mouvements, les époques et les inspirations. Les artistes se répondent et on s’amuse de trouver en Picasso dans sa période bleue un peu de Van Gogh ou de Monet. Tandis que le long des galeries, des allées de sculptures invitent le visiteur à la flânerie. A laisser le regard se perdre sur des courbes de marbre…

20181026_1414316319540696362621033.jpg

C’est donc dans ce lieu magique que July et moi-même avions deux très importants rendez-vous…

Picasso. Bleu et Rose.

Notre premier rendez-vous est avec un jeune peintre espagnol du nom de Pablo Ruiz. Nous sommes en 1900. Il vient d’arriver à la gare d’Orsay, fourmillant de talent et d’inspiration. Il a dix-huit ans et ne signe pas encore Picasso. De 1900 à 1907, nous allons suivre l’évolution de ses œuvres et de ses inspirations en bleu et en rose, jusqu’à enfin discerner les prémices de l’éclosion de son style : le Cubisme.

20181027_0101162807588264936113947.jpg
©June&Cie2018

Au fil de l’exposition, on s’émerveille de la façon avec laquelle Picasso se saisit littéralement de tous les mouvements, de toutes les influences pour se les approprier. Il y a une virtuosité impressionnante sous le pinceau du peintre, une boulimie de créer, de tester qui ne peut que subjuguer le visiteur. Et dans chaque tableau on perçoit une influence : Van Gogh dans  un autoportrait, Toulouse-Lautrec dans un autre. Tout se croise contribuant à rendre l’artiste toujours plus prolifique.

20181027_0100586516602266156587584.jpg
©June&Cie2018

Une exposition édifiante qui fait découvrir Picasso sous un autre jour et qui pourra même le faire aimer de ceux qui, comme moi, ne sont pas très sensibles au Cubisme.

Loving Vincent

L’une des raisons pour laquelle le Musée d’Orsay est réputé, c’est sa collection impressionniste et post-impressionniste. Il a en effet récupéré une large part des collections du Musée du Jeu de Paume devenu trop petit pour faire face à l’engouement du public face à ce mouvement.

Avant d’honorer ce rendez-vous que j’ai de longue date, on s’arrête chez Degas, Monet et Renoir. Degas capture le regard par sa grâce. Renoir tranche par son côté classique mais fascine par la brillance de ses toiles.
Et Monet… Monet subjugue par ses couleurs, l’ambiance particulière qui se dégage de chacune de ses toiles. On a envie d’y plonger. Impossible de capturer cela en photographie.

Cette fois, nous y voilà. Mes post-impressionnistes. Vincent et Paul. Van Gogh et Gauguin. Dans une même salle, leur toiles discutent, comme si on était revenu au temps de la maison jaune. J’admire Gauguin mais j’aime Vincent chez qui tout vibre. Profondément. C’est lui que j’attendais.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toutes les toiles ne sont pas là. Ils vont rénover la galerie. Mais quelques essentiels sont présents : La Nuit Etoilée, La Chambre de Vincent…  Pourtant il m’en manque un. Un incontournable. Mon rendez-vous.

Il nous faut louvoyer. Descendre à l’exposition Orsay par Julien Schnabel. Enfin le voilà. Il est petit mais on ne voit que lui dans la salle. Instinctivement il attire le regard. Vincent.

img_20181027_010716_3097875512398553214566.jpg

C’est étrange la présence que dégage ce tableau. Certains se postent même à côté pour prendre la pose aux côtés de Van Gogh. Je préfère laisser mon regard s’y perdre dans un dialogue silencieux.

Nous déambulerons encore un couple d’heures avec July dans les galeries, jetant un oeil aux Arts décoratifs, cherchant désespérément Delacroix pour n’en trouver qu’une seule oeuvre, croisant Ingres, Manet, Cézanne, Pissaro, Millet, oscillant en plein dilemme au milieu de la librairie. Nous n’aurons pas tout vu et regretterons l’exposition Renoir. Qu’importe. Elles étaient belles les heures passées au Musée d’Orsay

20181026_1235212122686766260468636.jpg

Infos pratiques

Musée d’Orsay
1, rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris

Métro : ligne 12, station Solférino
RER : ligne C, station Musée d’Orsay

Ouvert du mardi au dimanche (fermé le lundi) avec une nocturne le jeudi (fermeture à 21h15).

Pour éviter la queue, il est préférable  d’acheter des billets en ligne et de prendre des tickets avec réservation ou horodatés pour l’exposition Picasso. Bleu et Rose. Cela vous permettra de profiter au mieux de votre visite.

Le musée dispose d’un café et d’un restaurant. Il est donc possible d’y passer la journée et de faire sa visite tranquillement.

 

June vous balade

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

7 commentaires Laisser un commentaire

  1. Il faut aller à Amsterdam, au Musée Van Gogh, si tu aimes… (par contre, dans mon souvenir, on ne peut pas photographier ….).
    Sinon, je suis très fan d’Orsay et de l’Orangerie. En ce moment, une partie de la collection d’Orsay est au Musée des Arts de Nantes, d’ailleurs.

    Aimé par 1 personne

  2. Article bougrement intéressant !
    J’ai vécu 3 ans à Paris sans jamais y mettre les pieds (je sais pas ce que j’ai fabriqué) et après tes photos, je regrette un peu ^^
    Merci pour le partage, tes photos (notamment de la sculpture du début et la dernière du musée entier) sont sublimes !

    J'aime

  3. Je confirme pour le musée Van Gogh d’Amsterdam : photos interdites. Ou alors c’était seulement dans l’expo temporaire (sur les inspirations japonaises de Van Gogh, à ce moment là, qui m’ont davantage intéressée que le reste). De mémoire aussi, il n’y a pas énormément de tableaux majeurs de Van Gogh au musée d’Amsterdam : sa partie concerne plus des documents sur sa vie. Ou bien c’est ce qui m’a le plus marquée peut-être…

    Par contre j’adore Orsay car il est magnifique et recouvre beaucoup de mes périodes d’art favorites. Si tu n’y es jamais allée, le Petit Palais est très beau aussi, et même période. Gratuit hors expos temporaires (lesquelles sont toujours superbes). Bémol, comme pour Orsay : vaut mieux réserver sinon y a la queue…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :