Et si on regardait… Dix pour cent ? (ou pas !)

Après une longue absence due à des problèmes techniques indépendants de sa volonté, July revient… tout en beauté. A cent-dix pour cent, dirais-je même, si je ne craignais pas de me faire conspuer pour ce jeu de mots. Pris par l’esprit des fêtes, il décide de jouer les Pères Noël en vous présentant une série coup de coeur. Profitez-en, Christmas is all around mais ça ne va pas durer… 



En ce moment, avec toutes les promotions que l’on fait pour Noël, j’ai l’impression que l’on nous prend de plus en plus pour des dindes. Ou des vaches à lait, c’est selon. Alors j’ai décidé de vous faire un cadeau. Un cadeau sans contrepartie. Ici, c’est Noël avant l’heure. C’est Dix pour cent. Dix pour cent, keskecé ? C’est une série de France 2 de 3 saisons de 6 épisodes chacune. Entre comédie et drame[1], la série nous parle d’une prestigieuse agence artistique, qui cherche à pallier la mort accidentelle de son fondateur. À chaque épisode, une star du cinéma joue son propre rôle, non sans autodérision.

Pourquoi « Dix pour cent » ? Parce que c’est, selon le mythe de la série,  ce que prennent les agents sur un contrat. Ah ben ils se font pas chier, les agents. Mais ils sont là. Ils sont notre liant entre les différents épisodes et les différentes stars. « Un Dujardin égale deux Canet », dit l’un des personnages de la série. On est toujours là à comparer les stars. Et quelles stars ! Dans l’ordre, Cécile de France, Line Renaud, Nathalie Baye, Laura Smet, Audrey Fleurot, Julie Gayet, Joey Starr, François Berléand, Virginie Efira, Ramzy Bedia, Fabrice Luchini, Christophe Lambert, Norman Thavaud, Isabelle Adjani, Guy Marchand, Juliette Binoche, Jean Dujardin, Monica Bellucci, Gérard Lanvin, Isabelle Huppert, Béatrice Dalle, Claude Lellouch ou Dominique Besnehard. Ce dernier est le producteur de la série initiée par Fanny Herrero, que l’on voit brièvement à l’écran.

On s’éclate avec de telles stars jouant leur propre rôle. Elles sont dans l’autodérision, tout en restant crédibles. Certaines stars ont refusé d’être dans la série mais d’autres acceptent pour notre plus grand plaisir. On sait bien que Nathalie Baye et Laura Smet ne sont pas dans la vie réelle comme elles sont présentées dans la série. On sait qu’Audrey Fleurot n’accepte pas les rôles de strip-teaseuse écolo juste pour payer ses impôts. On sait bien que Jean Dujardin ne tombe pas dans une « Daniel Day-Lewis », en n’osant pas sortir de son rôle une fois la caméra coupée. On sait bien que les phrases qui commencent toujours par la même proposition sont des anaphores. On sait bien que certaines stars ont refusé de participer à la série[2]. On sait bien que les anaphores sont utilisées par François Hollande dans un débat présidentiel. On sait bien enfin que mes blagues sont assez lourdes mais que je ne serais pas moi si je ne les faisais pas.

Tout au long des trois saisons, les stars sont la meilleure partie de la série. Mais n’oublions pas les agents. Les comédiens qui les interprètent sont excellents et formidablement choisis, de la vieille fondatrice de la boîte avec son petit chien nommé Jean Gabin[3] à la petite jeune qui débarque pour retrouver son père.

Au final, on se laisse porter par une série qui, au bout de trois saisons, ronronne par moments. Besnehard a déclaré que la quatrième saison serait la dernière. Cela n’est pas plus mal car les gimmicks des premières saisons ont tendance à perdurer et la danse agent/vedette est un poil redondante à terme. Mais la série reste super efficace et elle continue de mêler habilement la comédie moqueuse des stars à autodérision aux drames qui se jouent en coulisse dans la vie personnelle de nos agents. Au final, on est attaché aux destins d’Andréa, de Mathias, de Gabriel, de Camille ou de Hervé. Il y a un équilibre qui fut habilement trouvé par Fanny Herrero, la créatrice de la série qui tient ses personnages assez bien sur trois saisons. Espérons que la quatrième offrira une porte de sortie digne de ce nom aux personnages auxquels nous nous sommes attachés.

July

 

[1] Ne comptez pas sur moi pour parler de dramédie, bande d’hérétiques qui ne connaissez même plus le terme de tragicomédie, parce qu’on ne parle plus de drame, mais de drama, merci les US, qui en plus nous ont apporté le Coca-Cola dont cette génération est gorgée alors qu’il est tiede, tout comme leur inculture crasse, c’est le désordre culturel de cette génération, merde, quoi. Merci Desproges pour l’inspiration de cette note de bas de page. Repose en paix, Pierre, tu me manques depuis ta mort survenue avant ma naissance.

[2] https://www.voici.fr/news-people/actu-people/sophie-marceau-aurait-du-participer-a-la-serie-dix-pour-cent-pourquoi-elle-n-est-jamais-venue-629258, consulté le 14 décembre 2018.

[3] Authentique.

Séries series

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

2 commentaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :