Kaamelott premier volet : retour au royaume de Logres

Avertissement
Cette chronique Kaamelott volet 1 est garantie sans spoiler.

Fiche technique

Sortie Kaamelott premier volet : 21 juillet 2021

Scénariste :  Alexandre Astier

Réalisateur : Alexandre Astier

Montage : Alexandre Astier

Musique : Alexandre Astier

Snack : Alexandre Astier

Casting : Plein de gens sympas. Vraiment plein. Dont Alexandre Astier.

Kaamelott premier volet

Synopsis

Dix ans sont passés au royaume de Logres, mais Lancelot, désormais au pouvoir, n’a pas oublié Arthur. Obsédé par sa haine et sa rancoeur, depuis Kaamelott, il consacre tous les moyens en sa possession à pourchasser les anciens chevaliers et à retrouver son rival…

Kaamelott premier volet : retour au Royaume de Logres

Cette chronique devait être objective, critique, avec plein d’arguments incisifs, constructifs et structurés. Mais on ne va pas se raconter des chars : le noir s’est fait. On a entendu trois coups de tsoin-tsoin bien connus et c’était foutu. On n’a pas passé le titre que déjà, mes croustillants, j’ai larguée les amarres. A moi, la table ronde et le Royaume de Logres.

Je voudrais bien vous faire la liste des défauts, vous causer de quelques petites choses un peu forcées, car il y en a. Il y en a forcément. Seulement quand notre souverain (rain, rain) nous fait lanterner dix ans pour faire les choses, il les fait bien. Magistralement bien. Dans les règles de l’art même pour vous dire toute la vérité. Jamais la confiance accordée n’aura été si bien justifiée.

Comme toujours perfectionniste, notre Sire a tout pensé, réfléchi, jusque dans les plus petits détails. C’est une partition savamment orchestrée, sans une faute de goût : les décors, les costumes, la musique (of course !), le casting (le casting !!) la réalisation et l’histoire… Ah l’histoire ! De l’épique, de l’aventure, de l’inattendu, de la romance, de la comédie, du drame, des trucs débiles mais systématiquement inattendus, rien ne manque. Alors on se régale. On s’en met plein la lampe de petits bonheurs et de références.

« Non, non, non ! Commencez pas ! J’suis absolument pas roi, pas la peine de se lever. »
Source

La continuité temporelle est à elle-seule un plaisir. Autant dans la réalité que dans la série, nous avions laissé le royaume de Logres, Arthur, sa bande de bras cassés et salopards divers, il y a dix ans. Nous reprenons donc les choses exactement dix ans plus tard. On y revient avec ce sentiment un peu singulier mais tellement agréable de retrouver presque de la famille, sinon des amis. On retrouve cette histoire comme si cette longue attente n’avait été qu’une illusion, une ellipse et que nous n’avions jamais vraiment quitté Kaamelott.

Aucun doute sur le sujet : ça va encore être épique.

Kaamelott premier volet
Kaamelott volet 1 Source

Avec tout cela, comment vous dire que les défauts on se les colle un peu sur l’oreille, vous voyez, car cela passe crème.

Alexandre Astier peut-il encore nous surprendre avec Kaamelott ?

La réponse est indéniablement oui. Kaamelott premier volet en est la preuve. La cerise sur la tarte aux fraises, c’est justement de sentir que, clairement, notre Sire avait préparé tout cela de longue date et que cela a carburé dur dans la soupière. Tout au long du premier volet de cette saga cela sonne comme une évidence : Alexandre Astier en a encore beaucoup sous le coude à nous raconter et lui-seul sait où cette histoire va nous mener. C’est tout simplement savoureux de le suivre, les yeux fermés, en terrain familier, avec la jubilation de se laisser surprendre, de voir les éléments bouger, s’assembler, sans comprendre encore où l’on va.

Sans jamais au grand jamais renier ce qui fait sa touche, Alexandre Astier nous mène d’une main de maître à travers cette histoire et le plus délectable c’est qu’en se faisant plaisir, en faisant les choses à sa façon, il nous fait plaisir. Cela déroule impeccablement, comme une symphonie. Si ce premier volet de Kaamelott nous comble à de nombreux points de vues, on en sort loin d’être rassasié. Car on en redemande !

Karadoc Salaud GIF - Karadoc Salaud Kaamelott GIFs

Publié par

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

2 commentaires sur « Kaamelott premier volet : retour au royaume de Logres »

  1. Ah, ce générique si mémorable entendu dès les premières secondes !

    Je ne suis pas une fan « hardcore » de Kaamelott, je n’ai tout vu en entier qu’une seule fois (et beaucoup revu certains épisodes en diverses occasions), et mes souvenirs n’étaient pas tout frais. Et ça n’a rien gêné dans mes retrouvailles avec cet univers, toujours aussi drôle, cinglant, bien campé, avec des bras cassés, de l’absurde, de l’épique et de l’émotion.C’est différent, ça va nous emmener loin (quelle frustration d’arriver à la fin avec les quelques images données pour la suite) et surtout c’était un vrai plaisir de retrouver Arthur et toute sa bande. Oui, il y a sûrement des défauts… mais ils ne gênent en rien.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.