After Life : la claque de Rick Gervais

Coup de coeur absolu pour cette série écrite, réalisé et interprétée par l’humoriste et acteur britannique Rick Gervais. Il fallait absolument que je vous en parle.

Vous l’ignorez encore mais vous avez besoin d’After Life dans votre vie.

After Life, la fiche technique

Sortie : 2019
Plateforme : Netflix
Saison : 3 – production terminée
Episodes : 18 de 28 min
Producteur / réalisateur / scénariste : Rick Gervais
Casting : David Bradley, Penelope Wilton, Thomas Basden, Tony Way, Diane Morgan, Mandeep Dhillon, Kerry Godliman, Ashley Jensen, Roisin Conaty.

After Life : le synopsis

Depuis le décès de son adorable épouse Lisa, Tony s’est transformé en connard. Tout et tout le monde lui paraît littéralement insupportable. Et il rend bien la pareille.

Ne voyant plus l’intérêt du bien et du mal, il ne cesse de dire ses quatre vérités à son entourage et tout ce que l’on s’abstient de dire au quotidien, sort désormais sans filtre.

Tony cherche un palliatif à sa douleur dans des solutions extrêmes. Il se noie littéralement dans son chagrin, ne trouvant plus de sens au fait de rester en vie. Le seul être qui compte encore à ses yeux est sa chienne.

Il faut dire que son entourage pour le moins excentrique et son travail de journaliste dans une petite gazette de village ne sont pas exactement les choses les plus exaltantes du monde pour se raccrocher à l’existence.

Pourtant, petit à petit, au fil du deuil, des rencontres, des événements, sa vision va se nuancer.
Peut-être existe-il finalement une vie quand on pensait ne plus en avoir…

After Life : la claque de Rick Gervais

After Life est une série qui m’est tombée dessus par hasard. Comme on rencontre quelqu’un au coin d’une rue.

Je suis tombée sur un extrait sur Twitter. Au début, je n’ai pas compris.
C’était si réel. Les premières minutes j’ai cru que c’était un documentaire, du type Rick Gervais pour Children in Need ou quelque chose comme ça.

Quand j’ai enfin percuté que c’était une série, en ravalant ma morve et mes larmes, j’ai su que j’avais rendez-vous avec After Life fissa.

Nota : aucun spoil dans cet extrait. Mais c’est une scène marquante de la série donc si vous préférez vous la préserver, ne regardez pas.

After Life : “I don’t miss doing things with Lisa. I miss doing nothing with Lisa.

After Life est une comédie dramatique autour du deuil, qui pose LA question fondamentale : comment et pourquoi survivre quand on a perdu celle ou celui qui était sa raison d’être.

Ou plus prosaïquement : quel est le sens de la vie ?

Face à la mort de Lisa, Tony laisse tout dériver : son boulot, son hygiène générale et son franc parler. Enfermé dans son chagrin, il semble s’y cogner comme aux barreaux d’une cage, sans savoir comment en sortir.

Sa colère permanente est un échappatoire. A la mort de Lisa, il a simplement décidé que plus rien que ce qu’il ferait ou dirait n’aurait d’importance, puisque sa vie elle-même n’avait plus d’importance à présent.

On compatis et tout à la fois il nous énerve. Il nous fait rire et il nous choque. On aimerait l’aider et le secouer quand il rechute.

Puis on comprend….

On comprend que Rick Gervais touche là à un point crucial : le deuil c’est une forme de dépression. Cela ne se fait pas en quelques mois. Cela ne règle pas d’un coup en décidant d’aller mieux.

Souvent les premiers mois, les gens sont compatissants. Mais au bout de six mois, d’un an, leur patience s’émousse. On attend de vous que vous repreniez pied.

Mais le deuil ne fonctionne pas comme ça. On se noie. On s’écroule. On est en colère. On va mieux. On trébuche. On se raccroche. On rechute.

Cela prend du temps de retrouver l’équilibre, de s’ancrer à nouveau dans l’existence. De se donner à nouveau le droit de sourire, de rire, d’aimer. De se souvenir sans que la douleur ne vous coupe le souffle, sans qu’elle soit omniprésente. De vivre sans culpabiliser.

C’est précisément ce que nous raconte le personnage de Tony au fil de la série. C’est d’une justesse que je ne saurais exprimer. Toute personne vivant ou ayant déjà traversé un deuil ne peut que se sentir en phase avec le personnage de Tony.

Cette colère qu’on a envie de vomir en continu, même envers ceux qui compatissent. Ce sentiment d’injustice et de vide. Cette douleur qui vous percute dès les premières minutes de conscience du réveil et dont on se demande si elle disparaîtra un jour. Dont on ferait tout, tout pour qu’elle s’arrête. Pour combler le vide.
Le personnage de Tony vous raconte tout ça de façon terriblement vraie.

Vous allez me dire que je ne vous vend pas vraiment la série là, mais plutôt du Lexomil.
Sauf que After Life est bien meilleure pour votre moral que le Lexomil, grâce à Rick Gervais qui vous dériderait une assemblée de mormons au funérarium.

After Life : la justesse du ton

Souvent lorsqu’on traite des thèmes dramatiques comme le deuil, l’écriture tombe vite dans l’excès de pathos et le larmoyant.

Dans After Life, Rick Gervais a eu l’intelligence de venir directement contrebalancer le dramatique avec de l’humour noir so british, du cynisme, des situations et des personnages merveilleusement absurdes.

Les membres de l’entourage Tony ne sont pas tous très au point avec leur propre existence, c’est le moins qu’on puisse dire.

“We’re All Screwed Up In One Way Or Another. It Sort Of Makes You Normal.”

Ce que traverse Tony souligne leur propre singularité. Ils créent le contraste avec la douleur profonde que l’on perçoit sous la couche de provocation et de colère de son personnage.

C’est aussi grâce à cette galerie de personnages insolites mais très humains que la série garde un ton décalé qui lui permet d’être tout en nuances et de ne jamais basculer totalement dans le drame ou la comédie.

Le rire devient l’allié des larmes, créant un équilibre parfait.

C’est aussi grâce à ces ruptures de tons et de rythmes que la série peut avoir cette dynamique et cette couleur particulières.

Une mention ici particulière au personnage de Anne, incarné par une Pénélope Wilton merveilleuse. J’ai eu envie de la rencontrer, d’aller m’asseoir sur ce banc pour discuter avec elle.

After Life nous raconte tout ce qui fait que la vie est à la fois drôle, ennuyeuse, insupportable et merveilleuse.

Source

After Life : la mise en scène

Rick Gervais a fait le choix particulier de laisser la parole à Lisa, la femme de Tony, de façon posthume par le biais de vidéo.

C’est via son regard que nous découvrons leur histoire et surtout qui Tony était avant.

On passe de ses messages à leurs souvenirs. Cela vient nourrir autant la narration que le personnage. Cela apporte de l’émotion, sans ajouter au morbide.

Par le regard de Lisa, on saisit tous ces petits riens qui faisaient le bonheur de Tony avant et tout ce qui faisait leur couple.
Et à quel point elle a laissé un vide abyssal dans son existence.

Source

After Life : résilience

After Life est une série dans laquelle vous allez vous laisser envelopper et dont, au final, vous n’aurez plus envie de sortir.

C’est un Milky Oolong en hiver. C’est un plaid douillet où se lover pour se sentir mieux, se sentir bien.

Tout simplement parce que c’est une série profondément optimiste, qui nous parle de résilience. Qui nous rappelle que oui, un jour, nous mourrons tous. Et qu’avant cela nous perdrons des êtres chers.

Mais, que nous le voulions ou non, chaque fin cache un nouveau départ d’une façon ou d’une autre. Pour nous ou pour celui qui nous suivra.
L’essentiel est tout ce que nous aurons pu vivre, tous les souvenirs que nous aurons pu créer, tout le bonheur que nous aurons su donner et partager.

Source

Ce n’est pas larmoyant, pathétique, moralisateur ou mièvre. Ni pensez pas une seconde. Encore une fois : c’est Rick Gervais.

C’est drôle, cynique, tendre, vrai et terriblement, profondément humain.

C’est paradoxal à dire et en même temps tellement vrai : After Life parle du deuil avec une justesse que je n’ai trouvé dans aucune série ou film auparavant et pourtant ce n’est que du bonheur !

2 réponses à “After Life : la claque de Rick Gervais”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :