Last day in Alsace

Comment terminer cette parenthèse de Noël en Alsace  autrement qu’avec une petite visite à un vieil ami: le Haut-Koenigsbourg.

Avant de vous emmener en balade, je fais un rapide aparté historique: Édifié au 12ème siècle, le Haut-Koenigsbourg est ravagé par les flammes des attaques suédoise durant la Guerre de Trente ans. En 1633, il est laissé à l’abandon pendant deux siècles. Classé monument historique et acquis par la ville de Sélestat, il est offert en 1899 à  l’empereur Guillaume II, suite à l’annexion de l’Alsace en 1871. Celui-ci y voit le moyen de marquer symbolique l’appartenance germanique de la région et se lance dans un chantier de rénovation pharaonique qui rendra au le Haut-Koenigsbourg sa majesté d’antan après 8 ans (seulement !) de travaux. (cf illustrations ci-dessous).

Outre la visite du donjon et des logis du château qui offrent un étonnant aperçu de la vie médiévale à travers cuisines, salles d’armes, de réception et appartements privés…

  • Cuisines : moules à pains d’épices médiévaux et réserve (conséquente ?!) d’alcool.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Appartements de l’impératrice, appartements et décorations de la salle de réception.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Cours intérieure et colimaçon donnant accès aux logis. Porte (détail)

… on peut également accéder au Bastion qui impressionne tant par la taille de ses pièces d’artillerie ….

IMAG1042

… que par le panorama à couper le souffle qu’il nous dévoile sur la ligne des Vosges.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout au long de la visite sont données de nombreuses explications sur l’histoire de la rénovation du château, les personnalités qui en furent les acteurs, les moyens utilisés et la minutie de cette rénovation.

Visiter  le Haut-Koenigsbourg  c’est donc aussi un peu naviguer entre les époques, entre la grandeur passée du château, la restauration de sa gloire et sa majesté retrouvée. Point besoin de DeLorean ici, il suffit de se laisser guider.

Mon seul grand hoquet a été l’arrivée au jardin intérieur qui, normalement, ressemble peu ou prou à ceci:

Mais en arrivant cette fois-ci, avec cette foutue manie de coller de l’art content-pour-rien partout, j’ai eu droit à ceci:

IMAG1031

Je ne vous cache pas que ma réaction a du évoquer le brame du cerf qui agonise le soir au fond de la Forêt Noire pour les nombreux touristes présents. Je n’ai rien de façon générale contre l’art contemporain mais là non ! Juste non. Je n’ai pas réussi à relativiser pour trouver une justification objective à ce WTF… Posé là tel un fétiche africain en tutu rose à l’Opéra de Paris.

Heureusement j’ai bien vite oublié cette vision inopportune en me replongeant dans les magnifiques vues qu’offre le château. Je crois qu’on pourrait passer des années entières à photographier  le Haut-Koenigsbourg  que jamais il ne serait pareil.

Et puis un dernier clin d’oeil m’attendait à la sortie…

IMAG1003

Mais comment ? Quoi ? Sherlock Holmes ici ? Eh oui mes bons amis, figurez-vous que les alsaciens aussi sont férus de ce cher Consulting Detective. Preuve en est qu’une société d’études holmésiennes oeuvre à Strasbourg depuis 1998, les Evadés de Dartmoor. Subtile référence vous le noterez  à The Hound of the Baskervilles. Ils ont d’ailleurs apporté leur concours à deux auteurs du cru, Jacques Fortier et Christine Muller qui ont écrit, avec une grande fidélité au canon, les aventures rhénanes du plus londonien des détectives.

En effet, avant d’en arriver aux terribles Reichenbachfall en Suisse, Holmes aurait fait une brève halte à Strasbourg. Partant de là, les chemins aux aventures les plus trépidantes sont ouvertes.

IMAG1073[1]

Des lectures palpitantes et amusantes, qui se rapprochent autant que possible du style original, et que je conseillerais sans réserve aux plus holmésiens comme sherlockians d’entre vous.

Je ne pouvais pas clore cette visite au  Haut-Koenigsbourg sans un clin d’oeil cinématographique. Cela eusse été une hérésie de ma part. Aussi je vous laisse sur une devinette : De quel film célèbre avec Jean Gabinle Haut-Koenigsbourg fut-il le décor ?

La photo ci-dessous en est un indice…

IMAG1001

Par une curieuse association, il me plaît d’imaginer que ce château impressionnant qui trône, veillant sur l’Alsace, puisse avoir la voix bourrue et grave de Jean Gabin.

DSCN1367[1]

Préparer sa visite au  Haut-Koenigsbourg => ici

Nota : J'en profite pour vous signaler que je reprendrais demain le cours à peu près normal de mes articles. Aussi pour rattraper le retard, vous aurez un Mash-Up Sunday un peu décalé de fait, ainsi qu'un point sur les costumes de Doctor Strange, le special de Sherlock qui approche et bien d'autres. 
Merci de votre compréhension et de belles fêtes à tous.