Les Maraudeurs.

Je vous parlais, il y a quelques jours de cela, du style de Carl Hiaasen et de ses saveurs du Sud des Etats Unis. Eh bien Les Maraudeurs de Tom Cooper, paru aujourd’hui aux Editions Albin Michel, s’inscrit dans cette veine et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’a rien à envier à son aîné. Les Tontons Flingueurs, petites magouilles et gros ennuis,version bayou, il n’y a pas à dire, ça décoiffe la Louisiane !

Résumé.

9782226325754gEditions Albin Michel. Parution 05/16. Prix :22€

A Jeannette avant, on vivait de la pêche à la crevette. Mais l’ouragan Katrina et la marée noire de BP ont laissé des traces indélébiles que les habitants portent sur leurs épaules, tentant de subsister envers et contre tout. Les destins à la dérive s’y croisent, chacun avec un passé ou un passif plus ou moins encombrant et un présent qui ne l’est pas moins.

Il y a Gus Lindquist, qui a perdu sa femme, son bras et même sa prothèse et qui tente de chasser le trésor de Jean Lafitte, célèbre flibustier, mieux qu’il n’arrive  à pêcher la crevette d’une main. Wes Trench et son père qui tentent de faire face tant à la mort de sa mère qu’à la misère apportée par le désastre écologique. Hanson et Cosgrove deux magouilleurs en goguette, pas bien futés, qui essaient d’attraper le gros facile par tous les moyens. Il y a Grimes, l’agent mandaté par la compagnie pétrolière pour contenir les langues contre des espèces sonnantes, qui vendrait père et mère pour fuir Jeannette.  Et il y a les frères Toup, les caïds du bayou et leurs petits trafics… Tout ce beau monde se croise à Jeannette, pataugeant peu ou prou dans la même galère. Et il ne faudra pas longtemps pour que certains destins entrent en collision tandis que d’autres vont prendre un virage inattendu. Mais qui en sortira indemne ? Pas le lecteur certainement.

Mon avis.

Naviguant en eaux troubles entre noirceur et humour, Tom Cooper nous offre avec ses Maraudeurs un cocktail plutôt cynique et très efficace qui ne peut qu’intriguer. Un récit drôle, singulier, vivant qui fait la part belle à l’ambiance si particulière du sud des États-Unis et à des protagonistes pathétiques mais terriblement humains dans leurs faiblesses. Suant dans la moite touffeur de la Louisiane, on embarque, avec une légère inquiétude devant une telle galerie de personnages, sur ce rafiot, grinçant et craquant de toutes parts, prêt à pêcher la crevette, un trésor ou des ennuis…

Surtout n’hésitez pas à aller voir ma chronique complète sur

Les Petits Livres By Smallthings

Les Maraudeurs

D’autres informations surprenantes sur ce roman vous y attendent !

A lire

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

9 commentaires Laisser un commentaire

  1. Ping : Carnaval.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :