Retour sur : Downton Abbey

Oui ! Vous ne rêvez pas ! J’ai enfin rattrapé tout mon retard sur cette série et on va pouvoir en parler. Mettez-vous à l’aise, car débriefer 6 saisons, ça risque d’être un peu long.

Fiche technique

Diffusion: septembre 2010/décembre 2015

Réal: David Evans, Michael Engler, Minkie Spiro,Philip John

Créateur /scénariste : Julian Fellowes

Casting: Hugh Bonneville, Maggie Smith, Elisabeth McGovern, Michelle Dockery, Laura Carmichael, Penelope Wilton, Jim Carter, Phyllis Logan, Lesley Nicol, Brendan Coyle, Rob James-Collier, Joanne Froggatt, Sophie McShera, Kevin Doyle, Raquel Cassidy, Allen Leech

Synopsis.

La série conte de 1912, moment où meurt l’héritier légitime du domaine, à 1926, la vie de la famille Crawley et de leurs domestiques, à Downton Abbey. A travers les affres de la Première Guerre Mondiale et les évolutions sociales et politiques de ce début du XXème siècle, cette famille d’aristocrates tente tant bien que mal de s’adapter tout en préservant un certain mode de vie.

L’histoire est vue à la fois par leur yeux mais aussi ceux de la domesticité qui vit dans la maison, ce qui permet de mieux appréhender les changements de mentalité et les différences de perception, selon qu’on se trouve à l’office ou dans la grande maison. Avec humour et justesse, c’est une véritable fresque sociale et historique que retrace Downton Abbey dans l’intimité d’une de ces grandes maisons.

Potins, suspens, trahisons, rebondissements et imprévus, entre deux thés, on s’ennuie rarement à Downton Abbey.

Mon avis.

Je pense que le petit résumé ci-dessus vous aura déjà donné une bonne idée de mon opinion. J’aime les adaptations bien menées et faites avec intelligence. J’avais adoré l’adaptation de Pride and Prejudice de 1995 par la BBC, alors je n’ai pas résisté à Downton Abbey qui s’inscrit dans cette lignée. Le scénario de Julian Fellowes reflète bien son intérêt pour l’époque edwardienne et croque avec finesse l’évolution et les moeurs d’un société et d’une classe sociale régies par les traditions et les codes.

On ne peut que saluer le travail de reconstitution effectué autour de la série, les décors, les costumes, le soin apporté aux postures et à la gestuelle des personnages, au langage aussi. Les tournures de phrase ou le ton employé par Mary ou Cora sont sensiblement différentes de celles de leurs femmes de chambres Anna ou Baxter qui elles-mêmes vont employer une manière de parler quelque peu plus soutenue que celle de Daisy dont la place est restreinte aux cuisines. Tout a été très étudié et chacun est bel et bien défini par un ensemble d’éléments correspondant à sa place dans la maison comme dans la société. Cet état des choses est d’autant plus important que certains personnages avec les bouleversements apportés par la guerre, vont connaître de nouvelles aspirations et une évolution sociale.

D’ailleurs, le grand atout de Downton Abbey c’est sa galerie de personnages très diversifiée et haute en couleurs. Au fil des saisons, la focalisation passe d’un panel mixte de personnages (domestiques et employeurs) à un autre, permettant ainsi que chacun arrive, au moins le temps d’un épisode, sur le devant de la scène. C’est aussi une excellente façon d’éviter au spectateur de s’ennuyer ou de rester embourbé dans une intrigue qui ne peut avancer dans l’immédiat. Ainsi, le spectateur trouve-t-il toujours un cente d’intérêt en fonction de sa sympathie pour tel ou tel personnage.

Mais puisque ses personnages sont l’essence même de Downton Abbey, je vous propose un focus sur ces derniers en reprenant les questions du 30 days challenge Downton Abbey. 30 questions one shot pour vous permettre de mieux connaître nos protagonistes.

30 days challenge Downton Abbey.

Pourquoi aies-je commencé la série ?

J’en avais entendu énormément de bien et l’époque comme la thématique m’inspiraient. Même ma mère était enthousiaste au sujet de cette série et voulait me la faire regarder. Alors pourquoi résister ? Surtout qu’il y avait Maggie Smith (ceci est un argument d’autorité.)

Ce que j’aime le plus/ Ce que j’aime le moins.

Les décors, l’ambiance, le soin apporté aux dialogues, la subtilité de certains aspects de la série. Downton Abbey c’est un tout qui a du charme et du chien.

La-chienne-Isis-de-Lord-Grantham-de-Downton-Abbey-victime-de-lEtat-Islamique-e1415890447431
En revanche, ce qui m’a agacée c’est la tendance à charger certains personnages comme les Bates ou Edith. Cet acharnement finit par agacer et faire perdre de la crédibilité. Les jérémiades de Daisy , en fin de série, m’ont aussi un peu tapé sur le système.

Mon épisode préféré.

Ma foi, difficile de choisir. Je dirais le Noël qui terminait la première saison. Pour le sourire de Matthew. Le seul moment où il est heureux ce pauvre homme, ça mérite d’être souligné.

Mes personnages féminins et masculins préférés.

Diable ! Question cornélienne ! C’est bien justement parce que chaque personnage a pour ainsi dire son moment de grâce que la série a un gros capital sympathie. Je vous fais un top 5 :

  1. Robert Crowley, Comte de Grantham. Cet homme-là a beau être empêtré entre son envie de ne rien changer et la sensation d’être dépassé, il possède une grande capacité d’empathie et a le courage d’assumer ses erreurs. Il aime ses filles et se soucie beaucoup de ceux qui l’entourent, y compris dans ses employés. Même s’il est parfois un peu paternaliste. Et il a un chien magnifique, notamment vu de dos. Argument d’autorité.
  2. Lady Violet Crawley, comtesse douairière de Grantham. Une vraie tête de mule et la reine de la répartie cinglante. Ses mines comme ses sorties m’ont faite pleurer de rire. Son duo magique avec Isobel Crawley, la lointaine cousine, est un vrai régal.
  3. Lady Sybil. Sybil c’est la beauté, l’audace, le vent de changement et la gentillesse. Elle reflète totalement les bouleversements de son époque.
  4. Mrs Hughes. Ah Elsie ! Une femme de caractère qui parvient même à couper le sifflet à ce cher Mr Carson, voir même à le mater. Elle est le coeur de l’office, prête à se couper en quatre pour aider tout un chacun. Mais elle a son caractère ! Mieux vaut ne pas lui voler dans les plumes !
Ma guest préférée.

Je me rangerais à l’avis de Bigre en disant Martha Levinson (Shirley MacLaine) la piquante belle-maman américaine de Lord Grantham. Celle qui fait enfourcher son cheval de guerre à Lady Violet à chaque apparition.

Le personnage que vous aimez le moins.

Désolée Edith mais là c’est pour ta pomme. Certes, tu finis par prendre de grandes décisions mais tu chouines beaucoup trop. Beaucoooooup trop. Je pense que c’est pour cela que l’univers est contre toi et que tu attires les crasses. La preuve quand tu finis par prendre ta vie en main, tout va mieux.

edith
Source

Ah et tu aurais mieux fait de t’engueuler une bonne fois avec Mary beaucoup plus tôt. Ça nous aurait tous soulagés.

tumblr_nxp7x1czkX1qmz4rgo3_540
Source
Le personnage sur lequel j’ai changé d’avis plusieurs fois.

J’en ai deux. Une fille, un garçon. Parité tout ça. Donc Thomas et Lady Mary. Et étrangement on peut dire qu’ils ont des points communs. Ils font tous les deux du mal aux autres sans trop savoir pourquoi. Ils passent pour des gens horripilants alors qu’en fait ils ont un bon fond. A se demander si Thomas n’est pas le frère caché de Mary dans une autre vie.

Le personnage le plus drôle.

Lady Violet pour ses réparties.
Mr Carson pour ses mimiques. Et hop !

Le personnage le plus touchant/ Le meilleur acteur.

Tom Branson. Sans aucun doute et du fond du coeur. D’ailleurs, je le mets en doublette avec la catégorie meilleur acteur, histoire de ne pas re-nommer Maggie Smith. Que du coup, je renomme en passant. Notez la fourberie.

Le fait qu’il soit chou et qu’il en mette plein les dents à Mary en saison 6 quand elle redevient insupportable joue probablement beaucoup. Il fait franc, honnête, droit dans ses bottes et son personnage est cohérent dans ses choix de bout en bout. Comme il est extérieur à la famille, ses jugements sont plus objectifs. Comme son épouse, il est le reflet du changement amené par son époque. Allen Leech parvient parfaitement à rendre tous les aspects de ce personnage avec naturel.

Le personnage qui ne sert à rien.

Andy. Il est juste là pour faire le Happy End de Daisy mais il n’a pas le temps de vraiment s’installer comme personnage. Il n’était pas indispensable.

Mon couple préféré…

Tom et Sybil, c’est un couple positif malgré tout. Un couple qui va de l’avant sans s’auto-apitoyer, qui prend des risques ensemble. Et malgré les événements, la série reste marquée jusqu’au bout de leur empreinte.

Mon couple détesté / Ceux que j’aurais aimé voir en couple. Le personnage que j’aurais aimé être.

Aucun. Next !

La plus grande garce / Ce que j’aurais voulu savoir avant la fin.

O’Brien ! Mais quelle peste ! Menteuse, traficoteuse, hypocrite, elle cumule. Rien que d’en parler, ça me crispe. Et j’aurais voulu comprendre pourquoi elle s’en va en fouine au lieu de donner sa démission proprement. Que quelqu’un m’explique ! Ça sent la flemme scénaristique ou l’imprévu.

Le plus mauvais acteur.

Je ne trouve pas qu’il y en ait de vraiment mauvais. Peut-être que certaines réactions de Cora sont un peu trop posées. Elle minaude énormément et elle a toujours le même jeu de physionomie : regard par en-dessous, en coin, petit sourire pincé.

Les répliques cultes.

Un petit florilège de Lady Violet avec votre thé ? Cette scène où elle demande à un importun si son affirmation de partir et de ne jamais revenir est une promesse, est un petit délice. Notez le regard de Lord Grantham sur sa douce mère au passage.

La mort qui vous a le plus touché.

Celle de Sybil évidemment. Celle qui m’a le plus choquée: celle de Matthew. Franchement le pauvre homme ! Il a été rejeté, éconduit, paralytique, il a perdu sa fiancé de la grippe espagnole, il a retrouvé Mary et culpabilisé à mort. Enfin tout va bien pour lui, il remarche, il a épousé la femme de sa vie, sauvé le domaine, il a un fils et paf pastèque. Il a un chat noir dans la poche, ce n’est pas possible !

Ce que vous auriez aimé qu’il se passe.

Revoir Tom Branson heureux en couple. Mais cela aurait fait trop de bisounours. L’épisode spécial de fin de série était déjà sérieusement chargé niveau Tout le monde est heureux. Tout va bien. Point trop n’en faut.

La scène la plus romantique/ la plus drôle/ Ma préféré

Raconter ne vous rendrait pas absolument pas le piquant de certaines scènes. Et puis il faudrait que je vous explique le contexte donc spoiler, spoiler, spoiler !

La pire décision scénaristique.

L’agression d’Anna. Franchement non, là c’était de trop. Les Bates ont été trop chargés. Un karma pareil, ce n’est pas possible non plus. En plus cette histoire ne se tient pas juridiquement du début à la fin. L’incarcération d’Anna n’est pas plausible. Et le retournement de situation après n’en parlons pas !

Que diriez-vous à quelqu’un pour le convaincre de regarder Downton Abbey?

Si tu rates Maggie Smith dans ce rôle, tu as raté ta vie.