Mary Poppins returns.

Julie Andrews

C’est la grande nouvelle ciné du jour: Disney a trouvé son interprète pour reprendre le rôle de Mary Poppins, dans la suite prévue pour Noël 2018 . Et ce sera la britannique Emily Blunt qui aura le privilège d’hériter du chapeau à fleurs et du sac magique de la plus mythique des nannies, rendue immortelle par Julie Andrews.

Je ne vous ai jamais caché mon amour pour Mary Poppins. En dépit des ans qui passent, ce film reste un enchantement où la grâce de Julie Andrews fait merveille et il est amusant de voir qu’il continue d’enchanter même les jeunes génération, pourtant habituées à des effets numériques bien plus élaborés.

Je n’ai donc jamais été favorable à cette suite, craignant que l’on ne brise la magie, en particulier par une erreur monumentale de casting. On en a vu d’autres, surtout ces derniers temps…

En ce sens, le choix d’Emily Blunt est assez rassurant.Osons le dire franchement, j’éprouve un certains soulagement. J’ai réellement redouté qu’on ne nous sorte largement pire du chapeau à reboots.

Je commence vraiment à penser que dans les studios de cinéma en ce moment, ils ont un Choixpeau, comme dans Harry Potter, qui tire au sort les malheureux films à succès à passer à la moulinette du reboot, remake, prequel et autre…

hat_harry3

Physiquement, elle est assez proche de l’original.

 

Même si elle n’a la finesse des traits de Julie Andrews dans sa jeunesse, je n’ai pas trop de mal à l’imaginer dans le costume. En revanche, il va falloir décrisper le sourire, ma grande, si tu veux être crédible.

Professionnellement, Emily Blunt a en plus pour elle s’être déjà frotté à des comédies musicales et d’avoir marqué les esprits avec son interprétation de la jeune Victoria en 2009. Donc, on peut lui faire confiance sur les métamorphoses.

19125475.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

MAIS…Oui il y a un « mais ». Avec cette annonce est sorti un court résumé de l’objet trouvé à venir et j’ai eu un petit hoquet. Oui, je suis parfois puriste, tatillonne et pénible. Voici le résumé livré par Le Point ( et confirmé par divers sites anglophones):

« La suite du long-métrage sorti en 1964 se déroulera à Londres, dans les années 1930, à l’époque de la Grande Dépression. Comme Harry Potter et Ginny Weasley, Jane et Michael Banks sont devenus adultes. Mais tout va changer lorsque les trois enfants de Michael reçoivent la visite de Mary Poppins après avoir perdu un proche. Avec son ami Jack, la nounou anglaise aidera la famille à retrouver le sourire et la magie qui manquaient à leur vie.« 

resize

Bien. Donc pour ceux qui ne le savent pas, Pamela Lyndon Travers avait bel et bien écrit des suites à son héroïne. 8 au total, donc le second est effectivement Mary Poppins returns. Cependant, les enfants Banks, s’ils ont grandi, ne sont pas adultes dans cette histoire. Voyez plutôt la 4ème de couverture.

« Rien ne va plus au numéro 17 de l’allée des Cerisiers depuis que Mary Poppins s’en est allée, emportée par le vent d’ouest. Un jour, Mme Banks, à bout de nerfs, envoie les enfants jouer au cerf-volant dans le parc. Et quelle n’est pas leur surprise de voir Mary Poppins descendre du ciel au bout de la ficelle ! Comme si de rien n’était, la nounou reprend sa place chez les Banks. Et c’est reparti pour de nouvelles aventures extraordinaires… En sa compagnie, tout semble possible.., Mlle Andrew, la vieille gouvernante de M. Banks, se fait enlever par son alouette. Jane se retrouve prisonnière d’un compotier en porcelaine. On prend son goûter la tête à l’envers. Les bébés parlent la langue des oiseaux. Les paresseux sortent des contes de fées. Le cirque des étoiles donne une représentation au milieu de la nuit. Le printemps se décore comme un arbre de Noël. Et ballons de baudruche et manèges sont réellement enchantés ! Classiques de la littérature anglo-saxonne, les histoires de Mary Poppins n’ont jamais cessé de fasciner petits et grands depuis la publication du premier volume de la série, en 1933. Après tout, la célèbre nounou n’est-elle pas une digne descendante d’Alice et de Peter Pan ? »

Source Amazon. Le retour de Mary Poppins, 4ème de couverture.

Ce n’est pas que je tienne absolument à ce qu’on respecte les choses à la virgule, mais l’idée de cette suite est déjà quelque chose de laborieux, de bancal, de chaotique en soi, alors ces premières transgressions me fichent des angoisses. Je flaire le n’importe quoi. J’aimerais juste qu’on respecte l’esprit du personnage original.  Même si Disney l’a lissé aux yeux de sa créatrice qui ne voyait pas ses livres comme des livres pour enfants. Ce qu’il en a fait, nous a enchanté. Cela a donné vie à un personnage merveilleux et tellement précieux pour les enfants. Si on pouvait éviter de gâcher ça en faisant n’importe quoi, pour une fois…

Mary Poppins returns, réalisé par Rob Marshalldevrait être sur nos écrans pour le 25 décembre 2018, espérons que le cadeau ne sera pas empoisonné…

En attendant, je vous laisse vous remémorer toutes les sages leçons de cette chère Mary via ce lien et siffler :