La drôle de vie de Zelda Zonk.

71hpgegsxclRésumé.

Éditions de l’épée. Parution : mai 2015

Prix : 19.90€  Prix Kindle : 7.49 €

Hannah Reagan mène une vie tranquille, rangée et bien rodée. Du moins, jusqu’à ce qu’un accident de voiture la propulse au rang de rescapée dans une chambre d’hôpital, aux côtés d’une adorable petite mamie.

Sous ses dehors sages et sereins, ses yeux bleus et son teint de porcelaine, Zelda Zonk perce à jour sans aucune difficulté le mal-être qui envahit alors Hannah.

Et si finalement, cette vie trop bien rangée, isolée dans le calme trop paisible de la campagne irlandaise, n’était pas du tout ce dont elle avait besoin ? Est-elle vraiment heureuse au fond ou s’est-elle juste endormie dans son train-train rassurant ?

Et si cet accident était le signal pour bouleverser un peu tout cela ?

Au fil des discussions et des silences, entre Zelda et Hannah va naître une douce connivence. Une complicité à demi-mot. Mais si Zelda peut si bien comprendre ce qui tourmente Hannah, c’est qu’elle-même a bien des secrets et des tourments enfouis dans un passé. Un passé dont elle ne parle guère. Cette petite dame est aussi experte avec son aiguille à broder que pour changer de conversation. Peu à peu, ses mystères intriguent Hannah.

Après tout, Zelda Zonk n’est -il pas le pseudonyme utilisé par Marilyn Monroe quand elle voulait changer de vie ?

 Mon avis.

Et si  Marilyn Monroe avait simulé sa mort pour changer de vie ? Si finalement, elle était devenue une petite vieille dame  adorable coulant des jours paisibles au fin fond de l’Irlande.

Et si tout le monde avait le droit de changer de vie ?

Voilà en trois questions résumé le postulat original et intéressant de ce roman.

Autant vous dire que cela partait bien et même très bien. Le pitch était singulier et attractif, posant LA question que tout le monde se pose un jour : et si je voulais tout envoyer balader, est-ce-que je pourrais ?

Outre sa singularité, le grand atout de l’histoire sont ses personnages  étoffés,complexes et attachants. Comment ne pas tomber sur le charme de cette Zelda Zonk, avec sa chevelure de coton, sa perspicacité chaleureuse et son franc parler ? De la pétillante Marsha ou de l’indépendance de Gail. J’ai aimé le fait qu’Hannah ait une relation spécifique à chacune d’entre elles. C’est une façon juste et crédible de révéler différentes facettes du personnage. Tout autant d’ailleurs que j’ai apprécié que le point de vue masculin de Jeff intervienne dans le récit, donnant un autre point de vue sur leur vie de couple, sur le changement d’Hannah.

Par-dessus tout, j’ai adoré le lien qui se noue entre Zelda et Hannah. Cette complicité de femmes, déjà riches de l’expérience de l’existence. Cette compréhension qui passe au delà des mots. La complexité du mal-être d’Hannah qui s’installe progressivement et la finesse de Zelda dans son discernement.

Et surtout la façon dont l’hypothétique identité de Zelda intervient dans le récit comme un levier. C’est l’hypothèse fantasque que Zelda soit Marilyn ayant refait sa vie qui donne à Hannah l’énergie de voir la sienne autrement.

Seulement c’est après que cela se gâte. Et là mille excuses à mon P’tit Pop-Corn dont c’est le coup de coeur. Je me suis régalée jusqu’à ce que la composante masculine entre en jeu. Car, oui mes amis, il y a un homme dans tout cela. Evidemment ! Alors même qu’Hannah est mariée. Ciel mon mari ! Alors je refuse de vous spoiler une partie du récit, mais l’idée que refaire sa vie pour une femme, passe automatiquement par le fait de tomber dans les bras d’un autre homme… C’était trop cliché pour ma petite fibre féministe.

Et même si cela n’enlève rien au charme de l’écriture,  ni à l’agrément du récit. Même si ce n’est pas la morale de l’histoire, j’ai tout de même eu l’impression qu’on venait de m’enlever subitement la menthe de mon mojito.

En réalité, tout était si subtilement mené depuis le début, qu’on se sent un peu frustré d’avoir eu tout cela pour avant en arriver là. Alors ça reste beau, bien écrit et plutôt juste dans la logique psychologique des personnages, mais ça m’a quand même fait l’effet d’être tombée par surprise sur le Mon Chéri à l’alcool de cerise. Ces personnages étaient si attachants, si bien pensés, que j’en voulais plus, ou du moins autre chose.

La Drôle de Vie de Zelda Zonk reste néanmoins une très bonne lecture, drôle et touchante, à l’image de son personnage titre. Une lecture qui passe à un cheveu du coup de coeur. A l’image d’Hannah, on se prend à rêver que Zelda soit en effet Marilyn, juste pour se dire la vie peut réellement être ce qu’on décide d’en faire.

6 commentaires

  1. Tu m’apportes un point de vue intéressant sur ce point masculin ! Je t’avoue avoir pleurer à chaudes larmes à cause de cette fin, de cette histoire. Mais je comprends ton point de vue. Je ne te conseille pas la suite Hannah alors parce que c’est les réponses qui me manquaient sur ce fameux point of view haha. Bisous !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s