Freaky Friday : You, you, you !

Voulez- vous  une jolie histoire de cinéma et de musique pour ce Freaky Friday.

Asseyez-vous sagement, je vous raconte ça.

Fan Actuel et Charmant Petit Monstre, sortez vos doigts du Tardis/Pot à melons pan du Tanuki ! Vous savez qu’on vous grille là ? Bah oui ! Ça fait « WoushWhoush » et ça s’allume quand on l’ouvre. C’est un Tardis quoi.

Donc je disais… Une histoire de musique et de cinéma…

Si le nom de Dan Aykroyd vous évoque quelque chose, c’est probablement d’insolites chasseurs de fantômes en corbillard, accompagnés par un ectoplasme vert. Et pourtant, bien avant Ghostbusters, le monsieur s’était déjà singularisé. Et c’est un euphémisme 

En 1976, un duo comique et musical en costume noir de mafiosi fait son apparition au Saturday Night Live Show. Composé de Jake (John Belushi) et Elwood (Dan Aykroyd) Les Blues Brothers  font un tabac et deviennent des réguliers de l’émission. Accompagnés de musiciens de talents, sous ces identités fictives, les deux compères deviennent vite un véritable groupe et leur premier album , Briefcase Full of Blues sorti en 1978, devient vite disque de platine.

En 1980, un film racontant l’histoire fictive du groupe sort sur les écrans avec une pléiade d’apparitions prestigieuses tant musicalement que cinématographiquement, comme Aretha Franklin, Ray Charles, John Lee Hooker, Steven Spielberg ou Carrie Fisher.  Cela donne naissance à nombre de scènes cultes, mais une en particulier, avec une musique, marquera les esprits. Un pur régal.

Désormais Les Blues Brothers sont un véritable phénomène, jouant dans les domaines de l’humour, du cinéma et bien entendu de la musique. Mais le succès a ses sombres revers et en 1982, Dan Aykroyd perd son ami et acolyte : John Belushi meurt d’une overdose.

Pourtant Les Blues Brothers ne sont pas morts.  Le groupe continue de tourner. Un nouvel album voir le jour en 1992 et en 1998 un nouveau film Les Blues Brothers 2000 raconte la suite des aventures des frères Blues, dix-huit ans après le premier opus, après la sortie de prison d’Elwood. John Goodman y seconde Dan Aykroyd  en second frère Blues, cependant il ne remplace pas John Belushi dont la mort est intégrée au scénario.  Il y incarne Mack McTeer un barman qui va intégrer le groupe qui se reforme. Là encore le film est émaillé de nombreuses apparitions célèbres, comme de coutume : Aretha Franklin, James Brown, Eric Clapton.

A noter que Les Blues Brothers ont fait une récente apparition sur scène à l‘American Festival de Tours en juillet 2016.

Tout ça c’est très bien, June, mais en quoi est-ce freaky ??

  1. C’est tout de même une histoire de fous, imaginez un peu : un groupe de blues fictif monté sous des identités imaginaires par deux acteurs et comiques pour une émission de télévision, qui devient un véritable groupe et dont l’histoire imaginaire est déclinée en deux films avec de véritables stars de la musique blues et du cinéma. Il y a de quoi y perdre son solfège, non ?
  2. Tout le monde connaît le morceau Everybody need somebody to love, mais peu finalement connaissent l’histoire que je viens de vous raconter. Pourtant le morceau est resté emblématique des Blues Brothers.
  3. Ce morceau est une des chorégraphies les plus éreintantes et les plus folles du jeu Just Dance édition 2014. Basée sur la fameuse scène du film de 1980, la chorégraphie est aussi folle que le morceau et reprend de façon évidente et assumée Dan Aykroyd et John Belushi en personnages de joueurs. Un bel hommage… donne envie de danser pour faire passer le blues !

Si vous vous posez la question : Non ce n’est pas moi. Oui je fais les cinq étoiles en sautant de façon proprement ridicule dans mon salon. Non personne n’a été blessé. Oui je prends John Belushi en perso, car c’est la classe de se dire qu’on danse avec Dan Aykroyd. Allez je vous laisse : il faut vraiment que je prenne une douche !

6 commentaires

  1. Anecdote monomaniaque: Dan Aykroyd a fondé au début des années 90 une chaîne de salles de concert appelées les House of Blues (rachetées depuis par Livenation). C’était l’époque où les célébrités essayaient de diversifier leurs investissements pour éviter les impondérables du showbiz, comme le Hard Rock Café par exemple. Dan Aykroyd avait donc fait appel à ses nombreux amis et collègues pour rassembler les fonds de départ à l’aventure HoB.
    Parmi eux, un jeune acteur avec qui il était en train de tourner un film appelé Sneakers: River Phoenix. C’est d’ailleurs, me semble-t-il avoir lu, le seul investissement qu’il avait réalisé qui ne soit pas lié à l’environnement.

    /fin de la parenthèse.

    Enfin non, la fin, c’est que 2 ans après il est mort du même « cocktail » que John Belushi.

    Aimé par 2 people

  2. Ah, mais c’est un (deux – ) film culte!
    Un truc au sujet de « Everybody loves somebody.. »: la chanson n’a pas été écrite par Belushi et cie, comme on sait. Qui veut écouter la version du créateur (Solomon Burke)?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s