Have You Met … Nathalie Dargent ?

Aujourd’hui nous inaugurons une nouvelle formule alternative du Have You Met. Et pour ce faire, j’ai convié une auteure jeunesse que j’apprécie énormément et dont je vous ai déjà beaucoup parlé, Nathalie Dargent. Je suis ravie qu’elle ait accepté de répondre à mes questions et de nous en dire plus sur son métier.

Sachez d’ailleurs que d’autres auteurs ont accepté mon invitation et que le Have You Met dans ce format vous réserve quelques surprises au cours des semaines à venir. Alors prêts à embarquer ?

Have you met… Nathalie Dargent ?

µµµµ

Fiche Signalétique.

nathdargent-copie
Source. Tous droits réservés. Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Nom complet : Nathalie Dargent

Profession: Auteur et scénariste.

Née le : Une année où la lune parlait aux étoiles. 

Signes distinctifs : Chasse les éditeurs au pistolet à eau. A été mordue par une licorne enragée. L’Auteur qui murmurait à l’oreille des Minions.

µµµµ

Nathalie Dargent en 10 questions.

Bonjour Nathalie, et pour commencer merci d’avoir accepté d’inaugurer cette nouvelle formule du Have You Met. C’est un vrai plaisir pour moi que de commencer avec une auteure et blogueuse avec qui j’ai déjà échangé et que j’apprécie beaucoup.

Si tu le veux bien, pour te présenter un peu, on va d’abord parler un peu de ton parcours. Tu travailles pour les collections jeunesse de différentes maisons d’édition (Milan, Sarbacane, Gautier Languereau, Picquier Jeunesse), comment es-tu tombée dans la marmite de l’écriture des livres pour enfants, quel a été ton parcours et de quelle formation viens-tu au départ ?

               Bonjour, June, merci d’avoir pensé à moi ! Je suis passée par le théâtre et l’histoire de l’art. Puis j’ai tout plaqué pour miser sur l’écriture en enchaînant des petits boulots inconfortables. J’ai envoyé mes histoires aux éditeurs que j’aimais. Ils m’ont rappelée. J’ai eu de la chance. Écrire pour les enfants est une évidence.

Est-ce-que le fait d’être toi-même maman a été une source d’inspiration ? Par exemple, certains albums ont-ils pour origine des réflexions de tes enfants quand ils étaient petits ?

          Les enfants sont mon inépuisable source d’inspiration. J’adore les observer. Ils vivent avec passion, énergie ! Ils sont curieux, entiers et toujours partants pour résoudre un bon mystère ou cuisiner des crêpes… Mes enfants et leurs copains étaient aussi zinzins que merveilleux. Ils m’ont abreuvée d’expressions et d’anecdotes dont je parsème mes histoires. Ma série Les Inséparables est directement liée à eux. Je pille aussi mes nièces et les enfants des amis. Je n’ai aucune morale. Il ne faut rien me raconter.

En tant que maman moi-même, j’apprécie particulièrement dans tes ouvrages ta capacité à éviter toute forme d’abêtissement. Tu parles aux enfants comme à des personnes à part entière, doués de raison, en évoquant des sujets qui les concernent. Je pense en particulier à la série des Inséparables avec Aminata veut des sous ou Tom s’est fait traiter de fils de lute. On est très loin (dieu merci !) du ton des T’choupi ou autre Peppa Pig. Est-ce que c’est quelque chose que tu as volontairement travaillé ou est-ce une façon naturelle de t’adresse aux enfants ?

          C’est ma façon naturelle de m’adresser aux enfants. Ils ont beau être indulgents, on ne peut quant même pas leur demander de respecter un adulte qui les prendrait pour des imbéciles.

Etais-tu toi-même une une dévoreuse d’histoires étant enfant et est-ce que cela a influé sur ta façon d’écrire ? Si oui, de quelle façon 

          Bien sûr, à cause de mon grand frère et de mes cousins, ces chiens putrides ! J’étais la petite, je comptais pour du beurre, ils me brisaient le cœur dix fois par jour en m’abandonnant dans une baraque pleine de livres. Alors j’ai lu TOUT ce qui me tombait sous la main, n’importe comment, au hasard. Bon, à neuf ans, je préférais quand même Stevenson à Kafka. Mais ces livres étaient mes amis, mes refuges, et ils le sont restés.

Et y-a-t-il un de tes ouvrages qui te tient  particulièrement à cœur, une histoire que tu as écrite  et qui te touchait ?

Tous mes ouvrages me tiennent à cœur. Chacun prend racine dans cette petite fille solitaire qui lisait avec passion. Le Kami de la lune et les Choses petites et merveilleuses ont toutefois une place à part dans mon cœur.

Quelles que soient les éditions, tu as de très jolies illustrations. Personnellement je suis tombée sous le charme des dessins très doux du Colonel Moutarde avec A Chouchou pour la vie et les illustrations de  Joëlle Ginoux-Duvivier pour Le Mandarin Musicien sont de toute beauté. Comment se passe le travail avec les illustrateurs ? Sont-ils imposés par la maison d’édition ? T’arrive-t-il de recommander quelqu’un en fonction du thème ?  Lorsque tu connais déjà l’illustrateur et que tu as l’habitude de travailler avec lui, cela influe –t-il un peu sur ta façon d’écrire ?

          Merci ! J’adore aussi le travail des gens avec qui je collabore. Certaines maisons d’édition imposent les illustrateurs. Parfois je choisis. Il y a des gens avec qui je rêve de bosser et ça ne s’est pas encore fait. Le Colonel Moutarde est un vœu qui s’est exaucé. Désormais, quand on travaille ensemble, le Colonel et moi sommes si proches que oui, ça guide mon écriture.

D’ailleurs en parlant d’écriture, comment se passe ton travail avec les maisons d’édition ? Les albums sont-ils des commandes par thématique ou arrives-tu avec un projet ? Dans le cas d’une collection comme Les Inséparables, y-a-t-il un fonctionnement spécifique ?

          Là encore, il n’y a pas de règles. Souvent j’arrive avec une idée, un projet, un livre. Et il arrive que des éditeurs me sollicitent sur des projets particuliers. Les Inséparables est un cas atypique. Ce projet a eu toute une équipe de marraines fées rassemblées autour de son berceau (illustrateur, DA, éditeur…) et maintenant il grandit à son rythme, nourri par cette énergie collective.

J’ai vu aussi que tu avais scénarisé des épisodes d’une petite série éducative pour enfants, La Cabane à Histoires, diffusée sur Piwi +. Comment s’est passé ce projet et comment as-tu embarqué là-dedans ?

Wha, quel œil de lynx ! Je suis en effet aussi auteur et scénariste d’animation. Concernant, la Cabane à Histoires, j’avais déjà travaillé avec Emma, la productrice. Elle a gentiment pensé à moi pour adapter mon album Le festin de Noël, choisi pour l’épisode de Noël, et après je me suis inscrustée. (Je plaisante). Je suis arrivée par hasard dans le secteur de l’animation, j’ai fait de belles rencontres et aujourd’hui je travaille avec des producteurs formidables sur de jolis projets. Là aussi, j’ai eu beaucoup de chance !

Dis-nous tout : quels sont tes projets pour la suite ? Des idées ? Des envies ?

Plein ! Ma vie fourmille de chantiers qui me font bondir de mon lit, ivre d’enthousiasme, chaque matin. Du steampunk, de la mythologie, la révolution, internet, des vaches, de la danse, de la haute couture, un hôtel parisien… C’est fou ! Je n’ai pas assez de temps pour tout écrire mais de nouvelles curiosités, de nouveaux désirs me poussent déjà vers des chemins inexplorés. J’adore me lancer des défis, j’ai besoin d’aller toujours un peu plus loin.

Qu’est-ce-que tu trouves le plus gratifiant dans ton métier ? Le truc qui te permet d’avoir toujours des idées et la pêche pour te lever le matin ?

          Rencontrer des enfants. Écrire. Lire. Vivre. Aimer !

Encore un grand merci Nathalie de m’avoir accordé de ton temps et au plaisir de te lire sur la blogosphère ou de te croiser pour l’Histoire du soir.

          À bientôt, June !

Vous pouvez retrouver Nathalie Dargent sur :

10 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s