Hemingway : la part des femmes.

Résumé.

I23510Edition La Table Ronde. Quai Voltaire. Parution : mai 2017. Prix :  21€

Mrs Hemingway…

Derrière ce titre flatteur qui laisse rêveur, non pas une mais quatre femmes : Hadley Richardson, Pauline Pfeiffer, Martha Gellhorn et Mary Welsh. Quatre femmes pour un seul homme. Quatre personnalités très différentes dont le seul point commun est d’être toutes tombées sous le charme du grand Ernest Hemingway, et qui en feront les frais, chacune à leur manière.

Mrs Hemingway ou la part d’ombre du génie.

Dans ce roman à quatre voix, Naomi Wood donne la parole à celles qui ont vécu dans l’ombre du grand écrivain, qui ont donné une part d’elles-même pour faire rayonner son génie. Mrs Hemingway, un beau patronyme, synonyme de beaucoup de compromis, de sacrifices, de trahisons aussi. Charmeur, séduisant, charismatique, Ernest Hemingway se révèle aussi toxique dans l’intimité, poursuivi par ses démons, possessif, désirant à la fois son épouse et sa maîtresse. Une part sombre bien peu mise en avant d’ordinaire et que retracent les portraits de ses quatre femmes dont chacune est une étape de sa vie. La douce Hadley est le prélude à la gloire. La riche et glamour Fife (Pauline) est la reconnaissance, l’explosion du talent, la vie mondaine. L’intrépide et indépendante Martha Gellhorn est l’épouse du reporter de guerre. Tandis que la tendre Mary est celle de l’écrivain vieillissant et tourmenté.

Et inlassablement le scénario se répète comme un spirale infernale, de maîtresse adulée passionnément, elles deviennent Mrs Hemingway, celle que l’on relègue au rang d’épouse dans une belle maison et qui est invariablement est trahie… Facette singulière de l’écrivain que cette obstination (addiction ?) au mariage, qu’il finit toujours par briser. Quel souvenir d’enfance, quel schéma psychologique se trouvent ici cachés ? Des pistes sont soulevées sans plus de certitudes.

Tour à tour sous la plume de Naomi Wood, elles retrouvent une voix, un visage, une personnalité, traçant dans leur sillon un portrait tendre mais contrasté et sans concession de l’écrivain tant acclamé, dévoilant ses parts d’ombre, son addiction à l’alcool, sa violence, son terrible caractère intransigeant, la folie qui le guette vers la fin de sa vie. Mais en dépit de tout, et si différentes qu’elles fussent, jamais aucune ne restera insensible à l’homme, car l’autre part d’Hemingway reste la passion, l’éblouissement du génie et la fragilité. Rayonnant de charisme, dépendant comme un enfant mais adulte égoïste, voilà le portrait qui s’esquisse entre ses femmes d’Ernest Hemingway.

Solidement documentée et merveilleusement écrite, cette rencontre romancée avec Mrs Hemingway se lit toute seule. De la fin des années 20 à 1961 (année de la mort d’Hemingway), on se laisse transporter dans la frénésie d’une époque et d’un homme. Avec fascination et incrédulité parfois, on suit le sillage des multiples Mrs Hemingway, confirmant l’idée que derrière chaque grand homme, se cache une femme. Et parfois même plusieurs…

Vous pouvez retrouver et partager cette chronique

sur Les Petits Livres

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s