Have you met the film editor ?

Ou, en français dans le texte, le monteur. Je sais, de suite, ça fait moins classe. Avis immédiat aux petits malins au fond de la classe amateurs de calembours et jeux de mots approximatifs (July c’est à toi que je pense) : non le monteur ne monte nulle part. Ni à l’étage, ni aux rideaux.

Et son rôle est bien plus complexe qu’on ne pourrait l’imaginer. Preuve en est : le montage d’un long métrage peut durer  8 à 18 semaines. Cela vous donne une idée du travail à réaliser…

So, have you met the film editor ?

film-movie-motion-picture-390089
Source : skitterphoto.com

Définition.

Le monteur ou film editor est celui ou celle qui va accomplir la tâche fastidieuse d’assembler des plans pour en faire des séquences, qui elles-mêmes mises bout à bout donneront vie au film. Il va également synchroniser l’image et le son, intégrer les bruitages et la musique.

En résumé, pour vous donner une analogie culinaire parlante, c’est lui qui fait le dressage et l’assaisonnement du plat.

Cependant, ceci est une vision très simplifiée de ses tâches qui combinent un aspect technique et un aspect artistique. D’ailleurs, il n’existe pas qu’un seul monteur : en sus de notre film editor, on trouve un monteur-son (en charge de la bande son), parfois une équipe dédiée à l’insert de textes ou d’effets spéciaux et selon l’importance de la production un assistant-monteur. D’où le fait que l’on voit parfois apparaître le titre de Chef monteur.

Mais qui fait quoi dans cette histoire ? Voilà le mystère que nous allons élucider.

Missions, pression et collaboration.

On a souvent tendance à associer, par une erreur bien naturelle, le montage à la postproduction. En réalité, même s’il n’est pas présent sur le plateau, le travail du monteur commence dès le tournage.

Les 4 phases du montage.

  1. Travail préparatoire : Au quotidien, le monteur va recevoir les rushes du jour ou épreuves, qu’il va dépouiller en collaboration avec le réalisateur, évaluant la qualité des prises, vérifiant l’exposition, le cadrage et autres aspects visuels. Il enregistre les choix du réalisateur et va effectuer un classement des prises sélectionnées par ordre chronologique, grâce aux indications données par la/le scripte supervisor. De ces prises, il va faire des séquences, dont le montage chronologique bout à bout, sans bruitage, ni musique, aboutit à une première version brute, généralement appelée l’Ours. C’est une version de base visionnée par le réalisateur et le producteur, qui permet d’évaluer la cohérence, le rythme, la compréhension du film. A l’issue de cette projection, des modifications sont décidées. Si tout va bien, le montage est affiné, les séquences ajustées et  les raccords retravaillés.
  2. Bande son : En parallèle de ce premier montage, une fois que les plans sont agencés en une version proche de la version finale, le monteur son se charge de la réalisation de la bande-son, afin d’insérer la musique et les bruitages, alors que la synchronisation de l’image et du son (dialogues) a, elle, déjà eu lieu, pendant le travail préparatoire. Ainsi notre monteur son va, avec le monteur, le réalisateur et le producteur, repérer les moments du film où interviendront la musique ou le bruitage. C’est à ce moment que va intervenir le compositeur de la musique du film qui, à partir de ce repérage, pourra passer à l’écriture des partitions puis à l’enregistrement, en fonction de la durée et de la nature des séquences.
  3. Finalisation : Commence alors l’étape dite du mixage, durant laquelle le monteur, le monteur son et le réalisateur vont assembler des douzaines de pistes pour obtenir le master (ou bande son finale du film), la piste musicale étant la dernière ajoutée pour obtenir le mixage définitif et la version terminée du film.

Comme mentionné plus haut, il arrive également qu’une autre équipe travaille durant le montage sur l’insertion à l’image d’effets particuliers, comme par exemple les effets de texte à l’écran dans la série Sherlock.

Résultat de recherche d'images pour "Gif Sherlock Mind Palace"
Source

Who’s Who : confiance et compétences.

Pour mener à bien ses différentes missions, le monteur ou film editor va donc travailler de près avec le réalisateur, car il est le garant de la vision artistique de celui-ci. En effet, vous n’êtes pas sans savoir que chaque réalisateur peut proposer une lecture différente d’un même scénario ou d’une même histoire. Ainsi la grande responsabilité du monteur est de ne pas trahir le propos du réalisateur, car un montage peut changer radicalement la face d’un film. C’est d’ailleurs l’une des grandes problématiques des grosses productions, car le monteur travaille sous la houlette du réalisateur et du producteur qui donne son avis sur la vision finale du film. Et il arrive que sous la pression du studio, des scènes soient coupées au montage final, en dépit de l’avis du réalisateur. Ce qui donne les versions avec Director’s Cut, qui ne sont pas toujours les Director’s Cut, mais ceci est un autre débat.

Certaines versions sont aussi modifiées selon leur pays de distribution, comme Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick pour correspondre à une certaine morale ou à la législation du pays de distribution.  En Chine, par exemple, des épisodes de Sherlock ont été amputés de scènes jugé subversives et porter atteinte à l’autorité des organes gouvernementaux.

BBC bbc sherlock benedict cumberbatch sherlock holmes GIF
Source

Notre monteur n’échappe donc pas aux pressions et doit savoir se montrer diplomatique, car une large part de son travail dépend de sa relation avec le réalisateur et de sa capacité à intégrer ses attentes. N’oublions pas que c’est lui qui a la lourde tâche de donner vie au film final en temps et en heure !

Tout en restant à l’écoute du réalisateur,  notre film editor doit apporter une critique constructive, gérer les impératifs techniques, manager une équipe, coordonner et synchroniser les apports sonores (musique, bruitages, dialogues), travailler avec le compositeur, le monteur son, le producteur, le réalisateur et garder un oeil artistique pour conserver le rythme, la cohérence et l’identité du film. En un sens, le monteur est celui qui prolonge presque directement le travail de la/le scripte, du réalisateur mais aussi du D.O.P (pour l’ambiance). Quel travail pour un seul homme !

Pour en revenir à ma métaphore culinaire, vous pouvez avoir le meilleur mille-feuille du monde, si quelqu’un vous le monte n’importe comment et met du sel sur le glaçage, ce sera immangeable. Je pense que c’est là une excellente image du travail du monteur. Cet homme-là tient à la fois un champion toutes catégories du puzzle pour le côté technique (chronologie, raccord, cohérence) et du chef étoilé pour la partie artistique (musique, choix des plans), tout en marchant sur des braises pour la diplomatie.  Un sacré poste caché dans l’ombre des salles de montage qui méritait bien, lui aussi, qu’on le monte au premier plan !

En savoir plus…

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s