La Sorcière. Camilla Läckberg

Résumé.

Editions Actes Sud  Parution : novembre 2017 Prix : 24€

Disparue au petit matin, Nea, une fillette de quatre ans, est retrouvée morte.  Un fait divers qui pourrait paraître hélas tristement ordinaire pour les policiers de Fjällbacka, si le schéma n’était pas exactement le même que celui du meurtre de la petite Stella trente ans auparavant. La fillette avait le même âge, habitait la même ferme et est retrouvée au même endroit. Une concordance d’autant plus troublante qu’elle coïncide avec le retour en ville de l’une des suspectes du premier meurtre, adolescente à l’époque.

Les esprits s’agitent et s’échauffent dans la petite ville, tandis que Patrick Hedström et son équipe naviguent à l’aveuglette dans ce brouillard de similitudes. Ont-ils affaire un copycat ? Le véritable tueur est-il toujours en liberté et a-t-il frappé à nouveau ? Pourrait-il ne s’agir que d’une singulière coïncidence ?

Ericka qui avait entrepris la rédaction d’un ouvrage sur la première affaire, va venir leur apporter son aide, mais aucun d’entre eux n’imagine encore le séisme qui va secouer la petite communauté.

Mon avis

Voilà une lecture que j’attendais d’aborder avec impatience et qui m’a tenue en haleine. Pourtant elle m’a laissée mitigée.

Le style de Camilla Läckberg est toujours aussi agréable à lire. Elle a un talent de conteuse sans pareil qui fait jaillir d’entre les pages ses personnages et l’ambiance inimitable de ce petit village suédois. Derrière cette histoire dans laquelle on plonge sans difficulté, on perçoit et on apprécie le soin que l’auteur apporte à ses personnages et le travail de recherche qui nourrit son récit.

Dans ce dixième volume de la série Fjällbacka dont Ericka est l’héroïne, Camilla Läckberg use de trois voies de narration, jouant des générations mais aussi du lien entre passé et présent. Trois chemins se dessinent ainsi en parallèle pour converger progressivement vers le dénouement final:

  • L’histoire de Nea qui ouvre aussi la porte sur celle des adolescents (Jessie/Nils etc). C’est le présent, la voie principale de narration qui va nous amener vers le dénouement. Ce qui s’y passe porte les conséquences des événements antérieurs.
  • L’histoire de Stella (Marie/Helen) : C’est le premier niveau de retour dans le passé. Au coeur de cette histoire et de ce qui s’est véritablement passé se cache la clé des événements auxquels font face ErickaPatrick et son équipe.
  • L’histoire d’Elin et Märta : Un passé lointain de Fjällbacka qui se déroule en 1672.

D’autres parcours viennent se greffer pour nourrir le récit, essaimer les pistes, les indices et distiller le doute dans l’esprit du lecteur mais schématiquement tout tourne autour de ces trois voies. Un récit savamment architecturé donc, mais qui n’est pas parvenu à me convaincre entièrement.

Les allers-retours à deux niveaux dans le temps m’ont perdue au début du récit. Alors que je cherchais à prendre mes marques, mes repères, cela a semé la confusion. Au final, peut-être suis-je passée à côté de quelque chose mais l’histoire d’Elin et Märta m’a paru sans  autre intérêt concret que d’ajouter un peu de folklore et d’embarquer le lecteur sur une fausse piste. Ce qui est dommage car je m’étais attachée aux personnages et j’en espérais quelque chose. Mais il n’y a rien eu de plus que ce que j’avais deviné.

J’ai apprécié que les récits concernant Nea et Stella se construisent autour de thèmes d’actualité (les migrants, le racisme, la peur de l’autre, l’homosexualité, le harcèlement et la violence chez les adolescents, les violences conjugales), les ancrant concrètement dans notre époque et nourrissant une forme de réflexion. Cela leur apportait à mon sens une touche de crédibilité. Cependant, sans rien vous spoiler, j’ai trouvé le dénouement trop convenu, trop évident et la coïncidence trop grosse. Si j’ai continué ma lecture par plaisir, car j’aime à retrouver cet univers, en revanche j’avais deviné le fin mot de l’histoire bien avant la fin. Le problème étant pour moi qu’effectivement Camilla Läckberg fait monter avec brio ce soufflé très architecturé, mais que l’on s’attend, de fait, à quelque chose de bien plus surprenant que ce que le dénouement nous livre en réalité.

Par ailleurs, j’ai toujours autant de sympathie pour le personnage d’Ericka, qui est une figure de repère plaisante pour le lecteur, cependant elle n’apporte pas ici la touche dynamique qu’elle avait pu amener dans La Princesse des Glaces par exemple.

Même constat au niveau de la petite équipe du commissariat de Fjällbacka. Si on aime à retrouver l’équipe et suivre leur évolution, j’ai eu l’impression que tout cela tournait un peu en rond sur ce tome et ralentissait plus le récit qu’autre chose. Les passages avec Mellberg, bien qu’amusants, en devenaient presque une routine.

De nombreux aspects ont fait que j’ai apprécié La Sorcière et que je n’ai pas été déboutée de ma lecture. Les thèmes d’actualité intelligemment utilisés, le jeu avec le passé, les multiples pistes, la complexité de l’intrigue sont autant d’atouts qui démontrent que le roman a été savamment élaboré. Cependant, je lui ai trouvé moins de saveur, de piquant que d’autres tomes de la série. De fait, j’ai été plus sensible aux petites imperfections et j’ai eu du mal à me détacher des éléments qui me paraissent trop évidents ou trop convenus. La Sorcière n’en demeure pas moins un bon volet de la série Fjällbacka qui ne décevra pas les afficionados. Pour les novices en revanche, en raison des références aux parcours des uns et des autres, je vous conseille de commencer par un des tomes antérieurs, afin de ne pas être perdus et de prendre facilement vos marques dans ce tome.

A lire

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

4 commentaires Laisser un commentaire

  1. Personnellement je me suis lassée des aventures d’Ericka bien avant ce tome, j’ai trouvé que ça tournait en rond et surtout je devinais souvent bien avant la fin la ficelle à tirer pour dénouer toute l’intrigue…je crois que l’auteur aurait besoin de se renouveler, j’ai l’impression qu’elle applique toujours la même recette, j’ai arrêté avec le gardien de phare tellement j’avais vu venir l’intrigue…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :