Cartes Postales de Grèce.

Résumé

Editions Les Escales. Parution : mai 2017  Prix : 22.50€

Confinée dans un quotidien morne et routinier et un emploi peu exaltant, sous la grisaille de Londres, Ellie s’ennuie. Son seul rayon de soleil sont ces splendides cartes postales de Grèce qu’elle reçoit par erreur dans sa boîte aux lettres. Dans l’incapacité de les renvoyer, elle garde précieusement ces cartes qui ne lui sont pas destinées, signées d’un mystérieux « A ».

Peu à peu ces visions de mer, de soleil sur des bâtiments blancs, de ciel bleu, de paysages majestueux vont nourrir ses rêveries, jusqu’à sauter le pas un jour…

Accompagné du carnet de voyage du fameux « A » trouvé le matin du départ dans sa boîte aux lettres, elle part à la rencontre de la Grèce et ses habitants.

Mon avis

Voici une lecture idéale pour qui a envie d’évasion. De par son format singulier, Cartes Postales de Grèce est un roman qui peut déconcerter, sauf si on est prêts à se laisser embarquer et à se balader d’aventures en aventures.

C’est d’ailleurs là tout le charme de la chose. Son format de poupées russes, des histoires imbriquées les unes dans les autres, pour flâner et découvrir la Grèce et ses coutumes, au fil des rencontres avec ses habitants. L’histoire d’Ellie, assez convenue et sans vraiment de surprise, n’est là que pour ouvrir la porte au lecteur, donner un cadre, un contexte, le faire glisser dans le journal de « A » qui lui le mènera plus loin.

Une balade improvisée sous le ciel de Grèce qui tout à la fois invite à la rêverie et fait découvrir les différentes facettes de ce pays : ses coutumes, ses traditions, ses difficultés actuelles, sa topologie géographique… Visiblement inspirée et fascinée par l’histoire et la culture grecques Victoria Hislop prend la plume avec passion et nous charme avec des histoires mystérieuses (faisant parfois un clin d’oeil à des mythes antiques) et des paysages somptueux, jouant de l’hospitalité de ses habitants.

Un joli voyage insolite et dépaysant qui demande de prendre le temps de laisser porter par les différentes escales. Un peu prévisible certes, mais dont on ressort avec une envie de soleil.

A lire

juneandcie View All →

“Eventually everything connects - people, ideas, objects. The quality of the connections is the key to quality per se.” Charles Eames

5 commentaires Laisser un commentaire

  1. Merci pour la découverte ! Le résumé à lui seul m’a déjà donné envie de découvrir ce livre : Londres, les cartes postales envoyées (par erreur ?), les paysages de vacances, la mer, et prendre le risque de quitter son quotidien pour découvrir quelque chose… Wishlist de l’été diiiirect ! Merci et bonne journée ! Maéva

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :